VOD > Acteurs

Pour en savoir plus sur les différents acteurs VOD, cliquer sur les liens suivants :
Les distributeurs de films (IFC Films)
Les chaînes de télévision (HBO, Sundance)
Les câblo-opérateurs (Comcast, Time Warner Cable, Cox Communications, Cablevision)
La TVIP (FiOS TV/Verizon, U-Verse/AT&T)
Les opérateurs du satellite (DirecTV, Dish Network)
Les sites Internet spécialisés (Netflix, Hulu, Vudu, Blockbuster, YouTube, Amazon, Jaman, Apple)
Les distributeurs/kiosques à DVD (Redbox)



1- LES DISTRIBUTEURS DE FILMS


IFC Films

Lancée en 1994, la chaîne câblée IFC (The Independent Film Channel) est la première chaîne entièrement dédiée aux films indépendants, non censurée et sans interruption publicitaire 24h sur 24.

En 2000, IFC a lancé sa propre société de distribution de films, IFC Films. Spécialisée dans les films indépendants et étrangers, IFC Films distribue entre 10 et 12 films par an, dont de nombreux films français, tels que, récemment, Parlez-moi de la pluie d’Agnès Jaoui ou Le père de mes enfants de Mia Hansen Love.

IFC Films sort également certains films uniquement en VOD, sans passer par les salles, grâce à son offre IFC Midnight / IFC Festival Direct. Chaque mois, 6 films sélectionnés dans les plus importants festivals de cinéma du monde, sont proposés aux spectateurs. Ce fut notamment le cas en juin 2010 de Ne te retourne pas de Marina de Van, avec Sophie Marceau et Monica Bellucci, en compétition officielle au dernier festival de Cannes. Mon Ange de Safy Nebbou, avec Catherine Frot et Sandrine Bonnaire, en sélection officielle à Toronto, est également sorti directement en VOD.

—————————————————————————————————————————————————-


2- LES CHAÎNES DE TÉLÉVISION


HBO

La plupart des chaînes du câble et des networks ont développé leurs propres chaînes en VOD. Les systèmes changent selon les chaînes. L’accès illimité à HBO on demand est gratuit pour les abonnés de la chaîne. En termes de contenu, HBO propose plus de 140 programmes, disponibles 1 mois, et dont une partie est renouvelée chaque semaine.

La chaîne a lancé en février 2010 un nouveau service de VOD, HBO GO. Cette plate-forme de visionnage des programmes de HBO en streaming sur Internet est accessible uniquement depuis les Etats-Unis et aux internautes abonnés à HBO via leur opérateur du câble ou du satellite. Ce service permet à la chaîne d’offrir 3 fois plus de contenu que celui qui est actuellement disponible sur HBO on Demand, soit 600 heures de programmes, dont 25% renouvelés chaque semaine. D’après Eric Kessler, co-président de HBO, 20% à 30% du public de HBO regarde ses programmes par le biais de son service à la demande. HBO s’est également associé avec Verizon FiOS TV et avec DirecTV (au mois d’avril 2011, voir article : DIRECTV to Launch HBO GO and MAX GO April 12, The Hollywood Reporter) afin de permettre à ces services de proposer HBO GO à leurs abonnés. Accessible uniquement depuis un ordinateur, le service devrait être accessible depuis iPhone, iPad et certains produits Android au cours de l’année 2011. Le lancement de HBO GO s’inscrit dans un effort commun aux différents câblo-opérateurs américains qui tentent de conserver leur audience et leurs abonnés en proposant de plus en plus de contenu à la demande sur Internet.


Sundance

Sundance Channel a lancé son service de VOD au mois d’août 2009. Pour Sundance Channel, le système est celui du « pay-per-view » : le spectateur paie chaque programme qu’il visionne. Il propose entre trois et six films à la demande par mois, soit près de 50 films par an, dont 1/3 de documentaires, et majoritairement des films non diffusés dans les multiplexes.

—————————————————————————————————————————————————-


3- LES CÂBLO-OPÉRATEURS



Comcast

Plus important câblo-opérateur des Etats-Unis avec plus de 24 millions d’abonnés, Comcast est aussi le 1er câblo-opérateur à s’être lancé dans la VOD, Comcast On Demand, et se positionne en n°1 sur ce marché, en termes de nombre de visionnages et de chiffre d’affaires. Au mois de décembre 2010, la société a annoncé qu’elle avait enregistré 350 millions de visionnages en VOD par mois sur l’année, soit un total d’environ 4 milliards de visionnages. Le service Comcast On Demand a atteint, en 2010, 18 milliards de visionnages depuis sa création en 2003.

Possédant 20% du studio Metro-Goldwynn-Mayer (MGM) depuis qu’il l’a racheté conjointement avec Sony en 2005, Comcast détient un des plus importants catalogues de VOD au monde. Sa vidéothèque propose en effet près de 25 000 titres dont 6 000 en HD. L’acquisition d’une majorité des parts de la société NBC Universal (51%) au début de l’année 2011 devrait faire croître ces chiffres.

Parmi ses services en pay per view, Comcast propose notamment des films de la sélection IFC à partir de 6.99$ et des films diffusés avant leur sortie en salles, notamment produits par Magnolia, à partir de 10.99$.

Au mois d’octobre 2010, Comcast a lancé sa plate-forme TV Everywhere baptisée Xfinity Online TV. Grâce à ce service, les abonnées du premier câblo-opérateur du pays ont maintenant accès à du contenu issu des chaînes premium du câble et des films sur une grande variété de plates-formes : ordinateur, iPad, iPhone, iPoud touch, tablettes fonctionnant avec le système d’exploitation Android, et, prochainement, sur d’autres smartphones comme le BlackBerry. Pour accéder aux 150 000 programmes disponibles sur ce service, les abonnés de Comcast doivent passer par un système d’authentification. D’après les analystes, Comcast espère ainsi concurrencer les services de VOD en ligne et freiner la baisse du nombre de ses abonnés (- 275 000 au troisième trimestre 2010). En effet, le lancement de Xfinity Online TV s’inscrit dans un effort commun aux professionnels du câble américains qui tentent de conserver leur audience et leurs abonnés en proposant de plus en plus de contenu à la demande sur Internet.


Time Warner Cable (TWC)

Deuxième câblo-opérateur des Etats-Unis, TWC s’est lancé dans la VOD en 2002. Depuis sa séparation avec Time Warner en 2009, TWC a perdu toutes ses chaînes (notamment HBO) ainsi que les studios Warner Bros. Toutefois, cela n’empêche pas la société de se placer en deuxième position, derrière Comcast, sur ce secteur.

Le groupe a compté près de 2 milliards de visionnages en 2010 sur la globalité des Etats-Unis et dénombrait 8.8 millions de ménages utilisateurs réguliers de la VOD en janvier 2010.
Sur la région de New York, où le groupe compte 1.4 millions d’abonnés, Time Warner Cable dénombre près d’1 million de sessions VOD chaque nuit et 1.3 millions d’utilisateurs du service en général. Les programmes musicaux sont les plus populaires, suivis par les blockbusters.

L’offre VOD de TWC comprend les programmes diffusés la semaine précédente par les différentes chaînes que propose l’opérateur, ainsi que 2000 films, dont la location varie entre 2$ pour les plus anciens et 5$ pour les plus récents.

TWC propose également quelques packages de films étrangers et notamment une dizaine de films français.


Cox Communications

3ème opérateur du câble aux Etats-Unis, Cox Communications a également un service On Demand. Composée d’une centaine de titres en partie payant (3.95$/film) et renouvelés chaque semaine, l’offre VOD de Cox comporte également une partie SVOD avec les chaînes On demand attachées au chaînes premium du câble.

Toujours dans le secteur de la VOD, l’opérateur a innové à l’automne 2009 en lançant MyPrimetime qui permet aux abonnés de regarder gratuitement leurs séries télévisées à la télévision le lendemain de leur diffusion et ce durant 28 jours. Depuis le lancement du service, la chaîne a multiplié par deux le nombre de programmes disponibles pour atteindre 100 programmes parmi les plus diffusés sur les 20 principaux réseaux de communication, dont des networks (ABC, NBC, TBS, etc.) et des chaînes du câble (IFC, Disney Channel, Travel Channel, etc.).


Cablevision

Câblo-opérateur couvrant essentiellement le Nord-Est des Etats-Unis, Cablevision possède, grâce à sa filiale Rainbow Media Holdings, plusieurs chaînes de télévision dont les chaînes dédiées au cinéma IFC et Sundance Channel. Cablevision propose des offres VOD et SVOD importantes, avec près de 4000 titres au total.

L’opérateur du câble devrait également prochainement lancer sa propre version de TV Everywhere, qui permettrait à ses abonnés d’accéder à un certain nombre de programmes sur tout appareil relié à Internet à l’extérieur de leur domicile. Pour l’instant, l’opérateur propose à ses abonnés d’accéder à l’intégralité du contenu proposé à la télévision, sur leur iPad, grâce à une application lancée au printemps 2011, Optimum for iPad. Toutefois, les abonnés doivent être chez eux pour utiliser ce service.

—————————————————————————————————————————————————-


4- LES OPÉRATEURS DU SATELLITE



DirecTV

1er opérateur satellite du pays, DirecTV inclut une offre de VOD dans chacun de ses 4 packages. Composés d’une partie gratuite et d’une partie payante, ses services de VOD comportent environ 800 films et 92 films en pay per view dont les prix vont de 2.99$ à 5.99$ par film. L’offre on demand comprend également une catégorie internationale avec une dizaine de films étrangers gratuits ou à un prix variant entre 2.99 et 4.99$.

A noter, DirecTV propose à ses abonnés aux packages comprenant HBO d’accéder au service de VOD HBO Go, sur Internet, depuis le printemps 2011.


Dish Network

2ème opérateur satellite aux Etats-Unis, Dish Network propose une offre VOD depuis janvier 2005. Toutefois, celle-ci est assez limitée et se réduit à une vingtaine de blockbusters récents à 5.99$ par visionnage en HD.

Dish Network a cependant développé des services originaux avec notamment une offre à 11,99 dollars par mois qui permet de visionner 5 films à choisir parmi les chaînes Premium. Ce produit permet de concurrencer l’offre VOD classique, à l’unité, nettement plus coûteuse.

D’autre part, Dish a lancé, fin 2010, un nouveau service de VOD sur Internet baptisé DishOnline.com. Cette interface permet aux abonnés de l’opérateur satellite de visionner, en streaming, sur leurs iPhones, iPads, BlackBerrys et Android plus de 150 000 clips vidéo, épisodes de séries télévisées et films, stockés sur leur DVR ou en cours de diffusion.

Parmi les fournisseurs de contenu figurent Discovery Communications, Scripps Network, MTV et Nickelodeon du groupe Viacom, Epix, Starz Entertainment, Ovation et Encore.

—————————————————————————————————————————————————-


5- LA TVIP


FiOS TV / Verizon

FiOS TV est le 1er opérateur de TVIP américain en termes de nombre d’abonnés. Il propose un vaste service de VOD en partie payant (30% du contenu est payant) avec 18 000 titres au total dont 2 800 en HD. FiOS TV propose également des chaînes premium on demand.


U-Verse / AT&T

2ème opérateur de TVIP américain, U-Verse propose environ 100 000 programmes en ligne. L’offre U-verse On Demand comprend une partie payante, avec des films à partir de 5$ en SD et 6$ en HD, une partie gratuite et une partie sur abonnement avec 8 chaînes premium on demand (Disney Family, Kids Unlimited, The Karaoke Channel, etc.). L’opérateur propose également des programmes sportifs en pay-per-view dont le tarif peut varier de 15 à 55$.

D’autre part, AT&T a présenté, au début du mois d’août 2010, son 1er service mobile de type « TV Everywhere », sous la forme d’une application pour iPhone destinée uniquement aux abonnés à son offre IPTV, U-verse. Grâce à cette application, les abonnés pourront télécharger et regarder dans leur intégralité des épisodes de 52 séries différentes en provenance du Disney-ABC Television Group, de Discovery Communications et de PBS (Voir l’article “TV Everywhere” sous la forme d’une nouvelle application pour iPhone).

—————————————————————————————————————————————————-


6- LES SITES INTERNET SPÉCIALISÉS


Netflix


Netflix

Netflix

Lancé en 1997 par M. Randolph R. Hastings, ce système de location de DVD combine online et offline. L’utilisateur a maintenant plus de 117 000 références de films à sa disposition dont 100 000 en DVD et 17 000 disponibles directement sur Internet en streaming. Pour les DVD, l’utilisateur dresse une liste de films sur le site de Netflix et reçoit les films, dans l’ordre, par voie postale. Il renvoie ensuite les films visionnés par enveloppe pré-affranchie et reçoit généralement deux jours après le DVD suivant sur sa liste.

Parmi les séries et films disponibles figurent des programmes de distributeurs importants tels que NBC Universal, MGM, 20th Century Fox, CBS/Paramount, ABC-Disney, Warner Brothers, Lionsgate Entertainment et New Line Cinema.
Netflix propose plus de 200 films français en streaming et environ 450 autres en DVD.

Les abonnements qui permettent de commander un nombre illimité de DVD et d’avoir un accès illimité aux films et séries en ligne sur Netflix vont de 8.99$ à 47.99$/mois.

Courant 2010, la société a lancé un boîtier à 99$ construit par LG Electronics, Microsoft et Ruku et qui permet de visionner les programmes regardés en ligne sur un poste de télévision. Netflix est également disponible directement sur la console Wii de Nintendo (voir l’article Nintendo propose Netflix sur la Wii), ainsi que sur les téléviseurs équipés des plateformes TiVo, Xbox Live ou de certains lecteurs Blu-Ray.

Le service remporte un succès croissant : le nombre d’abonnés est passé de 5.2 millions à la fin du 3ème trimestre 2006 à plus de 10 millions au mois de février 2009 pour atteindre les 22,8 millions à la fin du 1er trimestre 2011 aux Etats-Unis, soit plus 3,3 millions au cours de ce trimestre-là. Si cette progression se poursuit, Netflix devrait bientôt devenir le 1er service sur abonnement aux Etats-Unis, devant Comcast. Le chiffre d’affaires de la société a augmenté de 29% en 2010 pour atteindre 2.2 milliards de dollars et les bénéfices ont progressé de 39%, à 161 millions de dollars.

La société a réalisé 60 millions de dollars de bénéfices sur le 1er trimestre 2011, un chiffre en progression de 88% par rapport à la même période il y a un an.

Netflix cherche à présent à se développer à l’international et s’est implantée au Canada en août 2010 (Voir l’article Netflix, premier service de location de films aux Etats-Unis, s’implante au Canada). La société y comptait 800 000 abonnés à la fin du 1er trimestre 2011.



Hulu


Hulu

Hulu

Site Web gratuit de VOD, Hulu propose également des services de partage de vidéo. Le site est une joint-venture de NBC Universal, News Corporation, Providence Equity Partners et The Walt Disney Company.

Caractérisé par sa gratuité, le site a lancé une offre payante fin juin 2010 : Hulu Plus. Pour 10$ par mois, elle permet aux abonnés d’accéder à un contenu plus important que sur le site gratuit, avec notamment les précédentes saisons de séries populaires comme Glee, Dr House et The Office, et l’intégralité des épisodes des saisons en cours.

En plus des films et séries de NBC, ABC et Fox, Hulu diffuse également des programmes de Comedy Central, PBS, USA Network ou encore Sundance Channel. Dès sa création, Hulu a remporté un énorme succès et est rapidement devenu un des principaux sites de visionnage de vidéo sur le web aux Etats-Unis. Ainsi, le nombre de visiteurs est passé d’un peu moins de 6 millions en mars 2008 à plus de 41 millions un an plus tard, soit une croissance de près de 700% et, en moyenne, de 60% par mois : il est devenu le 3ème site de visionnage le plus populaire des Etats-Unis.

Pourtant, la fréquentation du site a fortement baissé au cours de l’année 2010. Le nombre de visionnages au mois de décembre 2010 n’était plus que de 27 millions, ce qui place le site en lanterne rouge du top 10 des sites les plus regardés aux Etats-Unis.

Cela n’empêche cependant pas la société de générer du résultat. Le chiffre d’affaires de la société pour 2010 est de 240 millions de dollars contre 108 millions en 2009 et 25 millions en 2008.

A noter, le site Internet se place en tête du classement en nombre de publicités vues par ses visiteurs avec plus d’1 milliard de publicités vues rien que pour le mois de décembre 2010




Vudu


Vudu

Vudu

La société VUDU a commencé à vendre ses boîtiers dans les magasins Best Buy en mai 2008. En février 2009, elle est devenue la 1ère compagnie à proposer des films téléchargeables en haute définition. Fin 2010, VUDU proposait 15 000 titres en définition standard et 4000 titres en haut définition, dont des films indépendants, des documentaires, des programmes pour enfants, des séries télévisées, des films pour adultes, etc.

VUDU a développé un système hybride qui permet de télécharger puis de visionner des films de long-métrage sur sa télévision grâce à un système de « peer-to-peer ». Après avoir acheté le boîtier VUDU à 149$, les utilisateurs ouvrent un compte en ligne qu’ils doivent approvisionner et sur lequel ils sont débités à chaque fois qu’ils téléchargent un film. Il n’y a pas de limite au nombre de films téléchargeables et le boîtier peut conserver jusqu’à 50 films au format standard. Après avoir téléchargé un film, l’utilisateur peut le conserver jusqu’à 30 jours sur son boîtier. En revanche, une fois le visionnage commencé, il a 24h pour regarder le film.

Au mois d’avril 2011, VUDU a lancé un service de vidéo à la demande sur Internet, www.vudu.com. Désormais, plus besoin du boîtier VUDU pour pouvoir louer des films sur le service. VUDU se place ainsi en concurrence directe avec Netflix et Amazon.



Blockbuster OnDemand


Blockbuster

Blockbuster

Blockbuster a pénétré le marché du cinéma en ligne en 2007 en faisant l’acquisition de Movielink. Créé en 2002, ce site était à l’origine une coentreprise entre 5 des 7 grands studios de cinéma hollywoodiens (Metro-Goldwyn-Mayer, Paramount Pictures Corporation, Sony Pictures Entertainment Inc., Universal Pictures et Warner Bros. Entertainment) et permettait le téléchargement sur Internet de films produits par les studios partenaires.

Suite à ce rachat, Blockbuster a lancé le site Blockbuster OnDemand sur lequel les propriétaires d’un boîtier à 99$ peuvent télécharger des films. L’objectif est de faire face à la concurrence menaçante de Netflix et de Vudu.

Toutefois, cette stratégie n’a pas permis au géant américain de faire face à la concurrence croissante dans le secteur (Voir l’article Blockbuster en proie à de lourdes difficultés financières). Suite à une décision de justice datant du mois de mars 2011, la société a été mise en vente et rachetée par le groupe Dish Network au mois d’avril 2011.



YouTube


YouTube

YouTube

La société YouTubea été fondée en septembre 2005 par Chad Hurley, Steve Chen et Jawed Karim, anciens employés de PayPal. La société a été rachetée par Google en octobre 2006 pour 1.65 milliards de dollars.

Service de VOD gratuit sur Internet, YouTube a lancé, fin 2009, aux Etats-Unis, un service de pay per view proposant films et séries télévisées, en location, pour des tarifs allant de 1.99$ à 4.99$ par film (www.youtube.com/store). Service encore modeste, celui-ci devrait être prochainement agrémenté de titres de plusieurs studios, dont Warner Bros, Sony Pictures Entertainment et Lionsgate.

En septembre 2010, YouTube enregistrait, chaque jour, 2 milliards de visionnages et 160 millions de visionnages sur mobile. 24h de vidéos sont téléchargées sur YouTube par minute et la société parvient à monétiser 2 milliards de visionnages par semaine, soit 50% de plus qu’en septembre 2009.

Très discrète sur son chiffre d’affaires, YouTube a cependant fait savoir, par le biais de son CFO, Patrick Pichette, que son chiffre d’affaires avait doublé en 2010. Selon les analystes, le chiffre d’affaires de YouTube pourrait donc tourner autour de 1 milliard de dollars sur l’année. Toutefois, ils estiment également que la firme n’est toujours pas bénéficiaire.
Les principaux concurrents du site sont iTunes, Amazon et Netflix.



Amazon


Amazon

Amazon

Amazon a lancé son service de VOD, Amazon Video on Demand, aux Etats-Unis en septembre 2006. Le site dispose d’un catalogue de 90 000 titres.

Les produits sont disponibles à l’achat et à la location, pour du téléchargement définitif ou du streaming. Les prix à l’achat commencent à 1.99$ pour les programmes télévisés et à 9.99$ pour les films et les tarifs des locations commencent à 2.99$ pour les films.

La politique d’Amazon est de pouvoir proposer un accès au contenu sur un maximum d’appareils : téléviseurs (Panasonic, Samsung), DVR (Tivo, Roku, Sony Bravia), Xbox, ordinateurs, appareils portables (Nokia, Archos). Au 1er trimestre 2010, 80% des nouveaux téléviseurs vendus étaient équipés du lecteur Amazon.

Fin février 2011, Amazon a lancé un service sur abonnement de vidéo à la demande, en streaming, illimité, au sein de son offre Amazon Prime. A 79$/an, les abonnés à Amazon Prime avaient, jusqu’à présent, la possibilité de recevoir leurs commandes en deux jours. Ils auront désormais également accès à près de 5 000 films et séries télévisées en streaming. Cette offre entre en concurrence directe avec le service de Netflix qui est pour le moment leader dans le domaine des services de location et de streaming sur abonnement. Le 1er abonnement proposé par Netflix, en streaming only, est à 7.99$/mois soit 96$/an, un tarif plus élevé que celui d’Amazon.

Autre actualité récente pour Amazon, l’acquisition, au mois de janvier 2011, du reste des parts de Lovefilm, société britannique de location de DVD et de vidéo à la demande en ligne qui propose des services similaires à ceux de Netflix. Créée en 2002, Lovefilm compte 1.6 millions d’abonnés dans les pays dans lesquels le service est disponible, soit le Royaume Uni, l’Allemagne, la Suède, la Norvège, et le Danemark. Surnommé le « Netflix européen », le service en streaming est accessible sur les téléviseurs connectés de Sony et Samsung et sur PlayStation3. Pour certains, ce rachat trahit la volonté d’Amazon de prévenir l’arrivée en Europe du géant américain Netflix.

Le chiffre d’affaires d’Amazon en 2010 a progressé de 40% pour atteindre 34 milliards de dollars contre 24 milliards en 2009. Le résultat net est de 1,15 milliard de dollars, soit 28% de plus qu’en 2009 où il était de 902 millions.



Jaman


Jaman

Jaman

Créée en 2007, JAMAN est une société qui propose un service de VOD sur Internet. Son site permet de visionner le contenu à partir d’une grande variété de plates-formes et ce grâce à un système de peer-to-peer. Son catalogue comprend 4 000 titres et a déjà séduit 1.72 millions d’utilisateurs uniques (25% aux USA). Sa ligne éditoriale est très orientée vers les productions étrangères avec, notamment, une trentaine de films et documentaires français.

La société souhaiterait se diriger vers un modèle d’abonnement, qui parait être le modèle idéal, mais le service est pour le moment payant à l’acte (location ou vente) ou gratuit pour certains titres (notamment pour les courts métrages, mais aussi pour les films de catalogue ou les programmes télévisés). Les locations représentent actuellement 90% des transactions. Pour Jaman, le modèle gratuit – avec publicité – est adapté aux programmes télévisés, mais ne l’est pas pour les films.

L’entreprise a développé une application Jaman pour iPhone et est présente sur TIVO. Sur cette dernière plate-forme, la demande est 5 fois plus importante que la demande directe via Internet.

En ce qui concerne les achats de droits, la méthode dépend des titres (elle se fait parfois avec minimum garanti). De la même manière, le pourcentage de partage des recettes dépend de l’existence d’un minimum garanti, du marketing et du type de films.

Selon Jaman, le marché de la VOD ne peut que se développer très fortement, principalement en raison de l’évolution des technologies (boîtiers TIVO, Roku, télévisions connectées….). Son principal concurrent est Netflix.

Le problème principal de Jaman réside dans le fait que la société a aujourd’hui majoritairement des droits pour les Etats-Unis alors que 75% de son audience vient du reste du monde. Il est donc nécessaire pour Jaman d’enrichir son catalogue disponible pour le public hors USA.

JAMAN est une entreprise très fragile, souvent entourée de rumeurs de rachat, et elle cherche actuellement à développer un service à destination de l’Amérique Latine, dont le marché est moins concurrentiel que le marché américain.



Apple


Apple

Apple

La société Apple s’est lancée dans la VOD avec le lancement d’iTunes Video Store en octobre 2005. L’iTunes Video Store propose les programmes télévisés de 62 de chaînes de télévision américaines telles que Showtime, ABC, HBO ou MTV, des clips vidéo musicaux, ainsi que des courts métrages de Pixar. Courant 2006, iTunes Video Store s’est doté aux États-Unis d’un service de location de vidéo qui a réussi l’exploit de réunir la totalité des grands studios américains permettant de proposer aux utilisateurs un large choix de films récents ou plus anciens. Le service s’est très vite développé aux États-Unis.

iTunes travaille davantage sur le modèle du téléchargement (location ou vente) que sur celui du streaming. Le montant moyen des achats sur iTunes musique est de 7$ et le service représente 40% des achats de musique aux Etats-Unis (contre 30% au Royaume Uni et beaucoup moins en France et en Allemagne). iTunes souhaiterait parvenir à la même part de marché dans le secteur de la vidéo.

Selon Eddy Clue, Vice président en charge des applications d’Apple, le modèle gratuit ne fonctionne pas, tout comme le modèle du pay per view qui oblige les consommateurs à payer 1.99$ par épisode pour une série télévisée. Apple réfléchit à un nouveau modèle.

Eddy Clue pense également qu’on est passé d’un modèle d’achat à celui d’un modèle locatif, sauf pour les films pour enfants, qui aiment regarder plusieurs fois le même titre.

Bien que la concurrence à Apple sur le marché de la VAD s’organise, son service en ligne, iTunes, représente toujours les deux tiers des dépenses des Américains en 2010 dans le domaine de l’achat de films sur Internet (Electronic Sell Through – EST) et la location de films en VAD (Internet video on demand – iVAD). La société détient, au 1er mars 2011, 64.5% des parts de ce marché, un chiffre en baisse par rapport à 2009, où il était de 74.4%. Ces chiffres restent cependant importants, surtout si on considère que le chiffre d’affaires généré par le secteur EST/iVAD a augmenté de plus de 60% en 2010.

Le plus important concurrent d’Apple est actuellement Microsoft. Grâce au succès de la Xbox 360 Kinect et de son service Zune, Microsoft a enregistré une forte progression de son secteur vidéo sur le dernier trimestre de l’année 2010. Ainsi, sur la totalité de l’année 2010, Microsoft a enregistré 17.9% des dépenses des Américains dans le secteur EST/iVAD contre 11.6% l’année précédente. Sony et son Playstation Store se placent en 3ème position et représentent 7.2% des dépenses des Américains dans le secteur, contre 5.37% en 2009. La société est talonnée par Amazon et Vudu, aujourd’hui propriété de Wal-Mart (société de grande distribution américaine).

Le lancement de l’iPad et de la deuxième génération d’Apple TV ont permis à la société à la pomme de conserver son rang, notamment en renforçant l’environnement multi-écrans d’Apple.

—————————————————————————————————————————————————-


7- LES DISTRIBUTEURS/KIOSQUES À DVD


Redbox


Redbox

Redbox

Filiale de Coinstar, la société Redbox est spécialisée dans la location de DVD en self-service par le biais de distributeurs répartis à travers les Etats-Unis. Chaque distributeur propose environ 600 DVD et de 70 à 200 titres mis à jour chaque semaine. Les DVD peuvent être gardés 24h pour 1$ et déposés ensuite dans n’importe quel kiosque. Ils peuvent aussi être conservés jusqu’à 25 jours, auquel cas l’utilisateur paie 25$ + TVA et acquiert le DVD.

En position de quasi-monopole sur le marché américain, Redbox a enregistré plus d’1 milliard de locations en septembre 2010. Au cours du dernier trimestre 2010, la société a également dépassé la barre des 30 000 kiosques dans le pays, récupéré 30% des parts du marché de la location de DVD aux Etats-Unis et vu son chiffre d’affaires croître de 38% pour atteindre 319,6 millions de dollars.

Les studios hollywoodiens sont divisés quant à l’attitude à adopter par rapport à Redbox. Allant à l’encontre des autres studios, Paramount Pictures avait signé un contrat de distribution avec Redbox dès le mois d’août 2009. Après 10 mois d’analyse des résultats de cet accord, la société a reconduit cet accord à l’été 2010, jusqu’en 2014. Paramount s’est engagé ainsi à fournir à Redbox ses films à la location le jour même de leur sortie en DVD. Ce contrat permet à Paramount de recevoir des revenus en fonction d’un pourcentage des recettes de la location, que Redbox estime à 575 millions de dollars. Selon cet accord, Redbox s’est engagé à détruire tous les DVD usagés au lieu de les revendre à moindre prix. Il s’agit là d’une des principaux obstacles à l’accord des studios, puisque Redbox met en principe en vente les DVD usagés à 7$ et qu’au-delà de 25 jours de location, le consommateur acquiert le DVD pour 25$.

Les autres studios, Warner Home Video, 20th Century Fox Home Entertainment et Universal Studio Home Entertainment, estimant que la location à 1$/nuit cannibalisait le marché de la vente de DVD et exigeant des conditions de distribution très restrictives, ont d’abord été en conflit avec Redbox. Face à leur réaction, Redbox avait décidé de poursuivre les studios. Tous les protagonistes ont finalement trouvé un accord, similaire à celui que les mêmes studios ont passé avec Netflix, au cours du printemps 2010 (Voir l’article Warner Bros. et Redbox trouvent un terrain d’entente). Celui-ci prévoit que Redbox respecte un délai de 28 jours entre la sortie sur le marché d’un DVD et sa mise en location dans les kiosques. En contrepartie, les studios s’engagent à accroître la quantité de DVD mis à la disposition de Redbox.