Cinéma

15ème édition du Boston French Film Festival 2010

Date: 24/08/2010



Le film "Les Beaux Gosses" de Riad Sattouf était présenté au Boston French Film Festival 2010.

La quinzième édition du Boston French Film Festival s’est déroulée au musée des Beaux-Arts de Boston (MFA Boston) du 8 au 25 juillet 2010, avec 38 projections concentrées sur les fins de semaines (du jeudi au dimanche).

Organisé par le département du film du musée avec le soutien logistique et financier du service culturel de Boston, ce festival a attiré près de 6.600 personnes. Sa programmation de 23 films a été conçue pour donner une image aussi exhaustive et variée que possible du cinéma français de qualité,  de Les Beaux Gosses, la « teen-comedy » de Riad Sattouf à l’intimiste et minimaliste Irène de Alain Cavalier, en passant par le subtil Mademoiselle Chambon de Stéphane Brizé, ou encore l’étrange et provocateur Les derniers jours du Monde des frères Larrieu.

Une presse élogieuse s’est fait l’écho de la qualité du Festival et de la production hexagonale. Dans la plupart des articles, les critiques en profitent pour louer la richesse de la production cinématographique française, sa vitalité unique et exemplaire : “The festival demonstrates how vibrant French cinematic culture remains” (Boston Globe), le journal en ligne Wicked local allant juqu’à parler de “Truest, and most important, film festival in Boston these days”.

Grace au soutien d’Unifrance New York – The French Film Office, Christian Carion est  venu en ouverture, accompagné du PDG de Neoclassics, son distributeur américain, présenter L’affaire Farewell et ce quelques jours avant sa sortie sur les écrans américains. Il y a reçu un très bon accueil de la part du public et de la presse. Outre ce film d’ouverture et pendant les trois semaines du Festival, Le Concert, Le Petit Nicolas, Mères et Filles et le White Material de Claire Denis ont connu un grand succès. Notons également, l’excitation particulière qui a régné autour du film présenté en clôture du festival, L’Arnacoeur de Pascal Chaumeil. Ce film, très « américain » dans la forme mais aussi dans les références culturelles, devrait connaître ici aussi un beau succès. La fraicheur, le glamour et le rythme enlevé de cette comédie romantique ont tout du moins déjà charmé les Bostoniens.

Eric Jausseran


Il n'y a pas encore de réaction sur cet article, réagissez!

Votre Réaction





*

Copiez le code de sécurité dans le champ de droite


* Champ obligatoire