Cinéma

15ème anniversaire du FESTIVAL CITY OF LIGHTS CITY OF ANGELS : près de 18 000 entrées, un record pour le premier Festival de cinéma français des Amériques

Date: 18/05/2011



Nathalie Baye et Michael Mann © Morgan Mercier

Avec près de 60 films présentés et 18 000 entrées, le succès populaire du festival du cinéma français de Los Angeles ne se dément pas.

La 15ème édition du festival s’est déroulée à la « Directors Guild of America » du 11 au 18 avril. Du film de Philippe Le Guay « Les Femmes du sixième étage » au documentaire d’Isabelle Partiot-Pieri « Toscan : The French Touch », le meilleur du cinéma français s’est affiché pendant 8 jours à Hollywood. Les nombreuses rencontres professionnelles en marge du festival ont aussi rassemblé les incontournables de l’industrie.

« City of Light, City of Angels », plus connu sous le diminutif de « COL-COA », est pour la quinzième année consécutive, organisé par le fonds culturel franco-américain, qui réunit la DGA, la MPAA, la SACEM et la WGA WEST, avec le concours de l’ARP, d’Unifrance et du service audiovisuel de Los Angeles.

26 courts-métrages se partageaient l’affiche, diffusés en première partie de 34 longs-métrages, dont 2 premières mondiales, 8 premières internationales et plusieurs premières américaines, sélectionnés par François Truffart, directeur et programmateur du Festival. Des chiffres en nette augmentation par rapport à l’an dernier.

Le LAFCA (Los Angeles Film Critic Association), qui a rejoint COLCOA en 2008, a de nouveau remis ses prix. Le « prix du jury » est allé au film de Benoît Jacquot avec Isild Le Besco, « Au fond des bois». Le prestigieux collège de journalistes a également décerné un prix spécial à « Copacabana » de Marc Fitoussi avec Isabelle Huppert et Lolita Chammah.

Le public a, quant à lui, récompensé le film d’ouverture du festival, « Les Femmes du sixième étage » de Philippe Le Guay. Une mention spéciale a été décernée au film de Jean Becker, « La tête en friche », qui sera bientôt distribué par Cohen Media Group, et qui avait été très bien reçu lors de sa présentation à l’AFI Associates International Series en janvier dernier. Une reconnaissance qui laisse espérer de bons résultats au Box Office américain pour ce film français.

La délégation artistique française était particulièrement riche pour ce quinzième anniversaire :
-Nathalie Baye et Pierre Salvadori pour « De vrais mensonges »
-Philippe Le Guay pour « Les femmes du sixième étage »
-Bertrand Blier pour « Le bruit des glaçons »
-Nicole Garcia pour « Un balcon sur la mer »
-Dany Boon pour « Rien à déclarer »
-Maurice Barthélémy et Judith Godrèche pour la première mondiale de « Low Cost »
-Pierre Schoendoerffer pour la version restaurée de « La 317ème section »
-Alix Delaporte pour « Angèle et Tony »
-Claude Lelouch pour « Ces Amours-là »
-Serge Toubiana de la Cinémathèque française

A noter la présence de Bernard Miyet, patron de la SACEM, d’Alejandra Norambuena-Skira, directrice du fonds culturel franco-américain, et de nombreux talents qui ont ainsi soutenu le Festival : Lambert Wilson, Sylvie Vartan, Brenda Vaccaro, Robert Forster ou Jacqueline Bisset pour n’en citer que quelques-uns.

COL-COA est une rampe de lancement pour les distributeurs américains, un « point d’ancrage pour la promotion des films français outre-Atlantique » pour reprendre les mots de François Truffart qui insiste sur l’aspect professionnel de ce rendez-vous : « Nous faisons tout pour faciliter la vente des films français ou de leurs remakes ». Le festival confirme son rôle auprès des professionnels qui profitent de l’exposition médiatique et de l’impact du festival auprès du public pour « lancer » leur film à COL-COA.

Les rencontres professionnelles, organisées avec le service audiovisuel de Los Angeles, y sont d’ailleurs nombreuses :

  1. 1. Les « happy hour talks » ou panels de discussions ont permis à des professionnels français et américains d’échanger leur point de vue et de répondre aux questions du public sur des thèmes d’actualité. Programmés avant chaque grand film du jour, en fin d’après-midi, ces sessions de discussion ont affiché complet. Chaque spectateur en possession d’un billet pour le film avait un accès gratuit au panel qui le précédait. Une centaine de personnes en moyenne a donc pu ainsi assister aux débats. Au nombre de trois sur la semaine, ils traitaient des thèmes suivants : « La distribution des films étrangers», « Rencontre avec Bertrand Blier», « Le films de guerre en France et aux Etats-Unis», ce dernier panel étant organisé à la suite de la projection exceptionnelle du film de Pierre Schoendoerffer, « La 317ème section ».
  2. 2. Les « petits-déjeuners professionnels » : chaque matin, à l’hôtel officiel du festival, se retrouvaient talents français et professionnels de Hollywood (agents, journalistes, producteurs, distributeurs etc.), susceptibles d’être intéressés par une future collaboration.
  3. 3. Le déjeuner organisé à l’invitation du Consul Général de France à Los Angeles pour les professionnels américains et notamment les producteurs et les agents, dont le rôle à Hollywood est essentiel.
  4. 4. Le déjeuner des distributeurs, en comité restreint autour de la délégation française avec notamment les représentants de Strand releasing, Music box, Kino Lorber, Cohen Media Group, Neoclassics, et Samuel Goldwyn, en présence d’Unifrance.

Le service audiovisuel de Los Angeles et Unifrance ont également organisé une Master Class hors-les-murs avec Claude Lelouch à USC (University of South California) où près de 350 étudiants se sont rassemblés pour voir le documentaire du réalisateur français, « D’un film à l’autre », et évoquer avec lui son parcours et sa vie de cinéaste.

COL-COA 2011 a, une fois de plus, défendu son objectif premier qui est de montrer toute la diversité du cinéma français et la sélection a été remarquée pour sa richesse et sa capacité à satisfaire tous les publics. Avec 18 000 entrées, en forte progression par rapport à 2010, le festival confirme sa place désormais très solide dans le panorama de la côte Ouest, véritable fer de lance des films français en Amérique du Nord.

Mathieu Fournet


Il n'y a pas encore de réaction sur cet article, réagissez!

Votre Réaction





*

Copiez le code de sécurité dans le champ de droite


* Champ obligatoire