Cinéma

18ème édition du Festival du Film Français de Richmond (Virginie) – 25-28 mars 2010

Date: 31/03/2010



French Film Festival de Richmond

Pour la 18ème année consécutive, la ville de Richmond, en Virginie, a accueilli du 25 au 28 mars son French Film Festival, organisé conjointement par les universités VCU (Virginia Commonwealth University) et UR (University of Richmond), à l’initiative de Françoise Ravaux-Kirkpatrick et de Peter Kirkpatrick, tous deux professeurs de français de VCU et UR.

Cette manifestation a obtenu cette année encore un large succès. Les spectateurs – principalement  des étudiants – ont été nombreux et assidus. Quarante réalisateurs, acteurs, scénaristes, techniciens ont fait le déplacement depuis la France, parmi lesquels Josiane Balasko, George Aguilar, Pierre-William Glenn, Gérard Krawczyk, Michel Muntz et Gérard Bitton.

Le public s’est vu proposer un programme écclectique comprenant à la fois comédies, films d’aventure, documentaires et drames, tous projetés dans le célèbre Byrd Theatre (classé monument historique).

La sélection était composée de :

12 longs-métrages : Marching Band de Claude Miller, Héléna Cotinier et Pierre-Nicolas Durand, Les Plages d’Agnès d’Agnès Varda,  Portrait de groupe avec enfants et motocyclettes de Pierre-William Glenn, Soeur Sourire de Stijn Coninx, Orpailleur de Marc Barrat, Sans rancune ! de Yves Hanchar, Le Hérisson de Mona Achache, Welcome de Philippe Lioret, En Terre étrangère de Christian Zerbib, Erreur de la banque en votre faveur de Gérard Bitton et Michel Munz, Commis d’office de Hannelore Cayre, et Mères et filles de Julie Lopes-Curval ;

11 courts-métrages : Le train où ça va de Jeanne Guillot, Chantier de Damien Dufresne, The Sad and Lonely Death of Edgar Allan Poe, sous la direction de Pierre-William Glenn et Rob Tregenza, Allons-y ! Alonzo ! de Camille Moulin-Dupré, Procuration de Vital Philippot, La Clef du problème de Mathieu Cotillard, Vers où s’envolent les papillons de Julie Voisin, De si près de Rémi Durin, En attendant que la pluie cesse de Charlotte Joulia, Plus tard je serai Zorro de Joël Olivier, et 7.57 am-pm de Simon Lelouche.

On notera la projection du court-métrage The Sad and Lonely Death of Edgar Allan Poe, réalisé conjointement par des étudiants de la Fémis (représentée par Pierre-William Glenn et Jean-Jacques Bouhon) et de VCU., en hommage à Edgar Poe, qui passa son enfance à Richmond.

Les présidents des deux universités organisatrices, Michaël Rao (VCU) et Edward L. Ayers (UR), étaient présents et ont témoigné de leur fort attachement à ce rendez-vous, tandis que l’ambassade de France était représentée par le Consul Général, Michel Schaffhauser.

Le Festival du film français de Richmond est une belle démonstration d’une action cohérente et menée avec beaucoup de persévérance. L’esprit que les organisateurs ont insufflé à cette manifestation est remarquable : dans une atmosphère amicale le Byrd Theatre est pendant un long week-end le lieu d’un vrai dialogue entre les professionnels du cinéma français et le public américain.

Michaël Agbohouto


Il n'y a pas encore de réaction sur cet article, réagissez!

Votre Réaction





*

Copiez le code de sécurité dans le champ de droite


* Champ obligatoire