Cinéma

23ème édition du festival COLCOA de Los Angeles

Date: 15/11/2019

Festival COLCOA

La 23ème édition du festival COLCOA, s’est tenue du 23 au 28 septembre 2019 dans la nouvelle salle de la Directors Guild of America à Los Angeles, qui vient de ré-ouvrir après de lourds travaux de rénovation lui permettant de se doter d’équipements à la pointe de l’innovation. Créé et très largement financé, aujourd’hui encore, par le Fonds Culturel Franco-Américain, issu d’un partenariat unique entre la SACEM, la Directors Guild of America, la Motion Picture Association, et la Writers Guild of America West, le festival a réuni 17 000 spectateurs. Bénéficiant du soutien de l’ARP, d’Unifrance, de TVFI et des services culturels de l’Ambassade de France aux États-Unis, COLCOA reste un événement marquant du calendrier culturel américain, très apprécié du public local.

1 – Représenter la richesse et la pluralité de la création cinématographique et audiovisuelle française

Avec une très belle sélection de courts et longs métrages, documentaires, films de patrimoine, films d’animation, téléfilms et séries, le festival COLCOA se présente comme une des principales vitrines de la production cinématographique et audiovisuelle française aux États-Unis.

Pour la première fois, le festival a eu lieu au mois de septembre, là où, depuis 22 ans, il se tenait en avril. Cela a permis de le positionner comme un véritable tremplin de lancement pour la campagne des Oscars. Les Misérables de Ladj Ly, candidat français pour le meilleur film international, a ainsi ouvert le festival, en présence du réalisateur, de plusieurs des acteurs et d’Amazon, le distributeur américain. Présenté pour la première fois aux États-Unis, le film a reçu un très bel accueil de la part du public, a suscité un vif intérêt auprès des médias et a même remporté le prix du meilleur premier film.

Au total 25 longs métrages, 6 documentaires, 16 courts métrages, 6 séries télévisées et 4 téléfilms ont concouru pour les prix COLCOA 2019. Ont été présentés les films qui ont connu un grand succès dans le circuit commercial en France (Pupille de Jeanne Herry, Première année de Thomas Lilti, Deux moi de Cédric Klapisch, Edmond de Alexis Michalik), ainsi que des productions indépendantes et des premiers films regroupés sous le label “French New Wave 2.0” (C’est ça l’amour de Claire Burger, Les Chatouilles de Andréa Bescond et Eric Métayer, Nos vies formidables de Fabienne Godet, 100 kilos d’étoiles de Marie-Sophie Chambon, Amanda de Mikhaël Hers, Chambre 212 de Christophe Honoré).

Les films frais se sont mélangés aux “classiques” dont Touchez pas au Grisbi de Jacques Becker, Toni de Jean Renoir et Cléo de 5 à 7 en hommage à Agnès Varda. L’animation n’était pas en reste avec Minuscule : les Mandibules du bout du monde de Hélène Giraud et Thomas Szabo et J’ai perdu mon corps de Jérémy Clapin, lauréat du prix du public, du prix de la critique et distribué aux États-Unis par Netflix. Tandis que dans le genre documentaire étaient notamment proposés Woman de Yann Arthus Bertrand et Anastasia Mikova et Haut les filles de François Armanet. Enfin la section World Cinema Produced by France a permis, pour la septième année consécutive, de mettre en valeur le soutien de l’industrie cinématographique française aux films étrangers, avec notamment le film Papicha de Mounia Meddour.

En parallèle de cette sélection cinéma, le public a pu découvrir quelques épisodes des séries Une île, Eden, Le Grand bazar, Otage(s), HP, Jeux d’influence, Vernon Subutex ainsi que 4 téléfilms dont Jacqueline Sauvage : c’était lui ou moi.

2 – Construire des ponts entre les talents et professionnels français et américains, accompagner le développement à l’international des films et séries françaises

Comme chaque année, la programmation de COLCOA était principalement composée de premières sur le territoire américain. En parallèle, l’organisation de deux masterclasses avec des universités de la région de Los Angeles a permis à des réalisateurs de présenter leur film à des étudiants et professeurs de cinéma : Jeanne Herry à Chapman et Xavier de Lestrade au Community College de Passadena.

A travers plusieurs conférences et tables rondes, les talents présents ont pu exprimer leur point de vue et leur implication dans les évolutions actuelles du cinéma. Un panel avec Patrice Courtaban (TV5 Monde), Richard Lorber (Lorber media), Vera Mijojlick (South east European Film festival), Adeline Monzier (Unifrance) et Gregg M. Shwenk (Newport Beach Film Festival) s’est ainsi tenu sur le rôle des festivals à l’heure du numérique. Un autre panel a également réuni les réalisatrices Mounia Meddour, Hélène Giraud et Cathy Verny pour réfléchir à la représentation de la femme dans le cinéma français.

Plusieurs rencontres, dont une conférence de presse et une réception à la Résidence de France ont également permis à la délégation française d’échanger avec les professionnels américains (agents, producteurs, distributeurs, plateformes).

Cette année a également vu s’accroître le nombre de rencontres ‘industrie’ parallèlement aux projections, avec notamment deux ateliers de travail à la DGA et chez Sony Pictures.

Parallèlement, au cours de cette même semaine, la Consule Générale Adjointe, gérante du Consulat Général de France à Los Angeles, a remis le prix de l’Alliance Française à Charles S. Cohen, PDG de Cohen Media Group.

L’édition 2019 de COLCOA a permis de mettre en lumière la richesse de la diversité des productions française à destination de publics variés. Elle affiche par ailleurs une volonté d’épouser les mouvements actuels de l’industrie, avec une place accordée aux jeunes réalisateurs, aux acteurs de la diversité, aux femmes et aux plateformes de vidéo à la demande.

Lucie Carette


Il n'y a pas encore de réaction sur cet article, réagissez!

Votre Réaction





*

Copiez le code de sécurité dans le champ de droite


* Champ obligatoire