Cinéma

47ème édition du New York Film festival : entre nouveauté et continuité, le cinéma français au cœur de la programmation du festival

Date: 04/09/2009


André Dussollier dans "Les Herbes folles" d'Alain Resnais/StudioCanal

André Dussollier dans "Les Herbes folles" d'Alain Resnais/StudioCanal

Du 25 Septembre au 11 Octobre se déroulera l’un des rendez vous cinéma les plus attendus, le New York Film Festival. Cette année est marquée par l’arrivée de la nouvelle directrice de la Film Society of Lincoln Center, Mara Manus, qui souhaite donner un souffle nouveau au festival en bouleversant certains acquis.

Suite à la récente rénovation de l’Alice Tully Hall, la directrice a souhaité mettre fin à une tradition vieille de 25 années. En effet, la soirée d’ouverture n’aura plus lieu, comme c’était le cas, à Tavern on the Green, restaurant original au cœur de Central Parc, mais bien au sein même du Lincoln Center, dans le nouvel Alice Tully Hall. Ce changement de lieu pour la cérémonie d’ouverture, surnommée « the prom », très appréciée des habitués du festival, marque un tournant réel visant à limiter les coûts tout en rendant plus accessible l’évènement, objectif également visé dans la mise en place d’un nouveau système de tickets.

Cependant beaucoup constatent que la programmation de cette année reste dans la lignée des années précédentes, même si la présence de films étrangers dans le programme s’accentue. En effet, seuls cinq films, sur les 29 présentés, sont américains. Richard Peña, membre du comité de sélection et directeur de la programmation, constate que les productions américaines sont de moins en moins présentes dans le festival au fil des ans. Souvent considérée comme dépendante du Festival de Cannes, la sélection de cette année semble pourtant prendre plus de distance que les années précédentes.

Même si Cannes reste la source majeure pour la programmation du NYFF, quatre des films sélectionnés proviennent du Festival de Berlin : « Sweet Rush » (d’Andrzej Wajda), « Eccentricities of a Blonde » (de Manoel de Olivera), «La Barbe Bleue » (de Catherine Breillat) et « Sweetgrass » (de Llisa Barrish et Lucien Castaing-Taylor).

Autre fait attestant de cette volonté de détachement du Festival de Cannes, certains films, très bien reçus sur la Croisette sont absents de la sélection tels que « Un prophète » de Jacques Audiard et « Looking for Eric » de Ken Loach laissant ainsi la place à des films plus controversés tels qu’« Antichrist », le nouveau film de Lars Von Trier (avec Charlotte Gainsbourg) qui a particulièrement partagé les critiques du célèbre festival Français.

L’aspect le plus marquant concernant la programmation de cette année est l’importance donnée au cinéma français. Pour la 2ème année consécutive, c’est un film français qui ouvrira le festival (« Entre les Murs » en 2008). Parmi les 29 films sélectionnés, en provenance de 17 pays, la France est le pays le plus représenté. En effet, la programmation de 2009 comprend 6 films français: « Les herbes folles » d’Alain Resnais, « 36 vues du Pic Saint Loup » de Jacques Rivette, « La Barbe bleue » de Catherine Breillat, « Hadewijch » de Bruno Dumont, « L’enfer » de Serge Bromberg, « White material » de Claire Denis; mais également 4 co-productions françaises: « Eccentricities of a Blonde » de Manoel de Olivera (Portugal/France), « Min Yé » de Souleymane Cissé (Mali/France), « Ne change rien » de Pedro Costa (Portugal/France) et « Sweet

Rush » d’Andrzej Wajda (Pologne/ France).

Le plus grand honneur revient à Alain Resnais. En effet, son nouveau film « Les herbes folles » ouvrira le festival. La nouvelle œuvre du réalisateur français s’est imposée au comité de sélection « comme une pièce majeure » couronnant 50 années de carrière. Il marque également un choix original comparé aux sélections précédentes qui mettaient en avant des films tels que « Mystic River » (2003) ou « the Queen » (2006). Le récent achat du film par Sony Pictures Classic lui promet un bel avenir aux Etats-Unis, en lui permettant d’être diffusé largement dans le pays. Ainsi cette année semble mettre l’œuvre du réalisateur sous les projecteurs américains : en plus de l’ouverture du New York Film Festival, les films d’Alain Resnais, tout au long de cette fin d’année et jusqu’en avril 2010, feront l’objet de nombreuses rétrospectives à travers tout le pays en collaboration avec le service audiovisuel de l’Ambassade.

Les changements apportés au Festival avec l’arrivée de la nouvelle directrice de la Film Society of Lincoln Center, Mara Manus, semblent vouloir donner un nouveau visage à l’évènement. Même si pour beaucoup la programmation 2009 n’est pas une réelle surprise, l’effort pour la rendre de plus en plus indépendante de l’influence cannoise est évident. Cependant, les programmateurs restent attachés à certaines traditions. En effet le festival se conclura par le dernier film de Pedro Almodovar, favori du New York Film Festival depuis des années, « Broken Embraces ». Dans ce contexte entre nouveauté et continuité, le la France a su une nouvelle fois se trouver une place de choix dans cette nouvelle sélection en tant que principal pays européen représenté au sein du festival.

End of an Era for NYFF, The Dawn of a New One or More of the Same?”, d’Eugene Hernandez et Brian Brooks, Indiewire, 11 août 2009

Elodie Sobczak


Il n'y a pas encore de réaction sur cet article, réagissez!

Votre Réaction





*

Copiez le code de sécurité dans le champ de droite


* Champ obligatoire