Cinéma

Accélération du processus de numérisation des salles de cinéma en Amérique du Nord

Date: 11/10/2008

Mercredi 8 octobre, cinq des plus grands studios hollywoodiens – 20th Century Fox de News Corp., Paramount Pictures de Viacom Inc., Walt Disney Motion Pictures, Universal Studios et Lionsgate Films – se sont engagés à soutenir financièrement – à hauteur d’un milliard de dollars – le plan de numérisation de 20 000 salles de cinéma sur l’ensemble du territoire nord-américain. « C’est le premier acte décisif dans le processus de modernisation des complexes cinématographiques, aux Etats-Unis et au Canada » signale Travis Reid, directeur exécutif de « Digital Cinema Implementation Partners », consortium des groupes « AMC Entertainment Inc. », « Cinemark Holdings Inc » et « Regal Entertainment Group ».

Ce sont les deux banques d’investissement Blackstone et J.P. Morgan qui pilotent le plan de financement et mettent ainsi fin à la querelle qui opposait les salles et les studios sur la prise en charge du paiement du matériel numérique et bloquait le processus de digitalisation des salles. Les accords prévoient que les studios participent au remboursement du coût de la numérisation des complexes (s’élevant à 70 000 dollars par salle) en leur payant une somme, comprise entre 800 et 1000 dollars par film diffusé et salle de projection, sorte de location d’une copie fictive. Le montant fixé avantage les studios puisqu’il est inférieur à celui du prix de fabrication, transport et location d’une bobine (oscillant aujourd’hui entre 1 100 et 2 100 dollars). Les studios ont estimé qu’ils économiseront approximativement 3 milliards de dollars chaque année en passant à une production et distribution en numérique.

Cela va bientôt faire dix ans que les studios se montrent très favorables à un processus de numérisation généralisée des salles. Or le succès commercial des films en 3-D (31 millions de dollars de recettes en un week-end pour « Hannah Montana et Miley Cyru » de Disney) les pousse à hâter le développement d’installations numériques servant de base aux équipements 3-D. Selon le Hollywood Reporter, les studios ont prévu plus d’une douzaine de productions en 3-D pour 2009. La projection 3-D intéresse également les exploitants qui peuvent, grâce à l’attrait de cette spécificité, augmenter le prix des billets et le nombre de spectateurs en salle. Travis Reid envisage de pouvoir équiper 600 salles par mois, dès que la crise financière se sera apaisée.

Pendant le 24ème ShowEast (rendez-vous incontournable des professionnels du cinéma américain), se déroulant du 13 au 16 octobre à Orlando, la digitalisation des salles était au cœur des discussions. « Nous rentrons dans la révolution numérique » a annoncé John Fithian, président de l’association des exploitants de salles aux États-Unis (NATO) en conclusion du colloque. Reste à savoir quand le contexte financier permettra de lever les fonds nécessaires à l’investissement massif dans l’équipement numérique.

Florence Faure


Il n'y a pas encore de réaction sur cet article, réagissez!

Votre Réaction





*

Copiez le code de sécurité dans le champ de droite


* Champ obligatoire