Cinéma

“Chronologie des médias” à l’occasion de la sortie d’un film : échelonnement de la diffusion d’un film sur les différents supports

Date: 31/08/2008

Contrairement à la France, aucune chronologie des medias n’est fixée règlementairement aux Etats-Unis. Les différentes fenêtres d’exploitation sont négociées au cas par cas par les différents acteurs concernés. On assiste depuis plusieurs années à un raccourcissement du délai moyen entre la sortie en salle et la disponibilité sur les supports numériques ou à la télévision. Ainsi, entre 1999 et 2007, le délai moyen de sortie en DVD d’un film après sa diffusion en salle est passé de 178 à 126 jours. Cette tendance ne fait que s’accentuer puisque désormais l’essentiel des recettes des studios ne proviennent plus des entrées en salle mais de l’exploitation sur les autres supports. En 2007, les recettes générées par le support DVD pour l’industrie cinématographique américaine se sont élevées à 15.7 milliards de dollars contre 9.6 milliards de recettes au Box Office. L’exploitation en salle reste cependant une « vitrine » pour la carrière du film.

Les sorties simultanées sur deux ou plusieurs supports de diffusion (salle de cinéma, DVD, VOD, télévision), selon la stratégie dite du “Day and Date” se sont multipliées depuis la sortie, en janvier 2006, de Bubble de Steven Soderbergh.

IFC Films, filiale du groupe américain Cablevision, a ainsi débuté fin 2006 un programme de lancement de films selon ce modèle. L’exploitation en salle étant limitée à un petit nombre de salles (il est fréquent qu’un film indépendant américain ou un film étranger ne sorte que dans une seule salle à New York avant que l’unique copie du film soit ensuite envoyée dans une autre ville américaine), elle est complétée par la disponibilité des films en DVD et à la télévision. Baptisé First Take, le programme compte à ce jour 23 films ayant généré une recette moyenne de 145 796 dollars (le plus modeste ayant rapporté 6672 dollars et le plus performant 1 800 000 dollars).

La plate-forme iTunes Store a signé un accord, en avril 2008,  avec sept studios hollywoodiens pour proposer des films à la vente le même jour que leur sortie en salle. Les nouveautés des majors (Fox, Paramount, Universal, Sony Pictures, Walt Disney, Warner Bros) ainsi que Lionsgate et New Line sont mises à disposition des internautes américains le jour de leur sortie DVD au prix de 14,99 dollars le film. Les longs métrages de catalogue coûteront quant à eux 9,99 dollars l’unité. L’ouverture de ce service de téléchargement définitif a suivi l’ouverture du service de location de films mis en place sur iTunes en janvier 2007. Le service de VoD, axé sur le cinéma, propose un catalogue de films à 2,99 dollars l’unité, et à 3,99 dollars pour les nouveautés.
La décision d’Apple a été précédée mercredi 30 avril 2008 de l’annonce du groupe Time Warner d’utiliser un procédé similaire, appelé “day-and-date“, pour les prochaines sorties vidéo des films Warner Bros.

Ci-dessous pour information, l’estimation de la rapidité de la diffusion de films piratés :

Selon l’industrie du cinéma aux Etats-Unis, le piratage des films est intimement lié à la flexibilité de la chronologie des médias.

Release Schedule for a Typical Film (Piracy Timeline)

Piracy Timeline

Source: Motion Picture Association


Retouver le dossier complet Anti-piraterie de septembre 2008 en cliquant ici (format pdf).

Pour plus d’actualités : visiter la page Anti-piraterie.



Une Réaction

1 - Conférences du festival DOC NYC 2012 : la distribution des documentaires en salles et sur plateformes numériques « Mediamerica | 31.08.08

[…] les tendances du moment, la stratégie Day-and-Date fait toujours débat (cf. l’article “Chronologie des médias” à l’occasion de la sortie d’un film : échelonnement de la diffus… de 2008). Cette stratégie consiste à rendre disponible un film sur tous supports (DVD et VOD) le […]