Cinéma

Audiovisuel Canada (hors Québec) : bilan des festivals du premier semestre 2010

Date: 06/08/2010

Les 12 festivals soutenus par les postes de Vancouver, Toronto, Moncton, Ottawa, ont tenu leurs promesses ce semestre : 87 œuvres françaises et de coproductions françaises, plus de 120 projections et une vingtaine de professionnels de l’industrie cinématographique française ont activement contribué à la valorisation de nos images au Canada hors Québec.



1.- ”Concours Jeunesse du Festival de Film de Cannes” (Février-Mai 2010) // Nouvelle-Ecosse

Créé avec l’Atlantic Film Festival d’Halifax, ce concours permet chaque année de découvrir les jeunes réalisateurs les plus talentueux de Nouvelle-Ecosse.
Pour 2010, le gagnant de la RIJ Cannes, Daniel Boos, originaire d’Halifax, a séduit les membres du jury par un montage de 2 minutes. Le jeune cinéaste présentera son court-métrage « dans les coulisses du Festival de Cannes » lors de la 30ème édition de l’Atlantic Film Festival en septembre.



2.- Concours ”Mini-Caméra Café” (Mars 2010) // Nouveau-Brunswick

En partenariat avec l’Alliance Française de Moncton, le poste a lancé sa page Facebook pour le concours « Mini-Caméra Café ».
Les cinéastes, confirmés ou amateurs, francophones et francophiles, ont soumis leur vidéo réalisée avec téléphone portable ou caméra de poche via Facebook.
La lauréate, Emmanuelle Chapados, a remporté un voyage à Paris pour participer au Festival Pocket Film.



3.- 12ème édition du ”Festival du Film de l’Outaouais” (12 au 19 mars 2010) // Ottawa

Près de 15.000 cinéphiles ont participé à l’un des événements les plus attendus de la vie culturelle de la région, dont la programmation cette année était particulièrement tournée vers les francophones.

Avec 107 projections, 54 long-métrages dont 42 francophones, et 26 films français parmi lesquels les très attendus « L’Homme de Chevet » (film d’ouverture présenté par son réalisateur Alain Monne), « Coluche » (projeté en présence de François-Xavier Demaison), « La Journée de la Jupe » de Jean-Paul Lilienfeld, « Eden à l’Ouest » de Coast-Gavras, « Envoyés très Spéciaux » de Frédéric Aubertin, « Orpailleur » (également présenté par son réalisateur Marc Barrat) et « Le Concert » de Radu Mihaileanu (film de clôture largement ovationné par le public venu en nombre), le FFO a connu un grand succès.

En marge du Festival, un déjeuner à la résidence de France a réuni, outre M. Didier Farre, Fondateur et Directeur du FFO, plusieurs personnalités de l’industrie audiovisuelle :
– François Macerola, président de la SODEC ;
– Tom Perlumtter, Président de l’Office National du Film du Canada et ardent défenseur du cinéma indépendant ;
– Michel Pradier, Directeur des Opérations de Téléfilm Canada
– Louise Poirier, Conseillière au Conseil de la Radiodiffusion et des Télécommunications (CRTC).

Et les invités d’honneurs du Festival :
– Alain Monne, Réalisateur
– Marc Barrat, Réalisateur
– Patrick Mardikia, Directeur du Festival Francophone d’Angoulême
– François-Xavier Demaison, Comédien et son épouse.



4.- 13ème édition du Festival ”Cinéfranco” (26 mars – 3 avril 2010) // Toronto

Le Festival de films francophones Cinéfranco a rassemblé plus de 10.000 spectateurs sur un total de 37 films, dont 21 français, parmi lesquels « Le Petit Nicolas » de L. Tirard, « Les Femmes de l’Ombre » de J-P. Salomé, « Vilaine » de J-P. Benes et A. Maudruit et « Commis d’Office » de H. Cayre.

4.500 jeunes spectateurs se sont déplacés pour assister aux 16 projections du programme « Héroïsme dans la Jeunesse », comprenant « La Journée de la Jupe », « Welcome » et « Eden à l’Ouest ».

Le Festival a fait l’objet d’une bonne couverture médiatique : Now Magazine, Toronto Star, Metro Toronto, L’Express, Le Métropolitain ainsi que sur CBC et Radio Canada.



5.- ”Reel 2 Real” Festival du Film de Jeunesse (9-16 avril 2010) // Vancouver

Reel 2 Real est un festival international et interactif pour les jeunes qui favorise la discussion avec cinéastes et conservateurs.

Avec le soutien du poste de Vancouver, deux films français, « Brendan et le Secret de Kelles » de Tomm Morre et Nora Towmey et « Française » de Souad El-Bouhahi, ont été présentés en français et bénéficié de six projections au total.



6.- ”DiverCiné, les 2crans de la Francophonie du Monde” (10-17 avril 2010) // Ottawa

La soirée d’ouverture de la 8ème édition du Festival DiverCiné était organisée en l’honneur d’Haïti. La salle, comble, était venue rendre hommage au peuple haïtien et assister à la projection de « Moloch Tropical », dernier film du réalisateur haïtien Raoul Peck.

La Croix Rouge, 20 journalistes et 350 spectateurs (dont 160 VIP) participaient à cette soirée émouvante clôturée par une réception offerte par l’Ambassade de France.

Désormais inscrit dans le paysage des festivals de la capitale fédérale, DiverCiné s’est tenu pour la première fois à l’Auditorium de Bibliothèque et Archives Canada et a rassemblé environ 1.500 personnes sur huit long-métrages de pays membres de la Francophonie internationale, projetés en version originale et sous-titrés en français (excepté pour les films suisses et français) :
– ”Moloch Tropical”, de Raoul Peck (Haïti – France)
– ”Le Jour avant le Lendemain”, de MH Cousineau et Madeleine Ivalu (Québec)
– ”A la Dérive”, de Buithac Chuyen (Vietnam – France)
– ”Le Chant des Mariées”, de Karin Albou (Tunisie – France)
– ”Après l’Océan”, d’Eliane de Latour (Côte d’Ivoire, France, Royaume Uni)
– ”Home”, d’Ursula Meier (Suisse)
– ”L’Armée du Crime”, de Robert Guediguian (France)
– ”Contes e l’Age d’Or”, de Christian Mungiu (Roumanie – France).

Deux ententes signées avec Radio-Canada et TV5 ont favorisé la couverture télévisuelle et radiophonique du Festival par la prise en charge (réalisation, montage et coût financier) de deux clips promotionnels de 30 secondes diffusés sur les antennes 6 fois par jours durant 3 semaines. Grâce à un accord, les hebdomadaires culturels francophone et anglophone Voir et Xpress ont également promu ou couvert Diverciné durant plusieurs semaines.

Journalistes et public on souligné les efforts de l’Ambassade, non seulement en faveur de la diversité culturelle mais aussi en faveur de la francophonie, thème toujours très sensible dans cette région du Canada.

Diverciné est organisé par l’Attachée Audiovisuel (programmation et négociation des droits, transport des films, réception, accueil du public, communication avec la presse, support de communication).



7. – ”Toronto Jewish Film Festival” (17 – 25 avril 2010) // Toronto

La 18ème édition du Jewish Film Festival correspondait à une année particulière (dans la tradition juive, le 18, chiffre porte Bonheur, signifie aussi “vie” en hébreu) avec un plus grand nombre de salles, de films et des nouveautés, dont la création d’un programme spécial “ People of the Comic Books”. On notera le documentaire sur le dessinateur Joann Sfar, « Joann Sfar Draws from Memory » de S. Ball (France/Etats-Unis).

La France était une fois encore à l’honneur avec 7 films dont « Claude Lanzmann, an Ode to Life » de S. Roumette, « Coco » de G. Elmaleh, « Mensch » de S. Suissa ou encore « Reborth » de H. Bouzaglo, et 6 coproductions dont le film d’ouverture « A Matter of Size » de S. Maymon et E. Tadmor (France/Israël/Allemagne), « Eyes Wide Open » de H. Tabakman (France/Israël/Allemagne) et « Lebanon » de S. Maoz (France/Israël/Allemagne).

Au total, le Festival a rassemblé 35.000 spectateurs, audience record. Les organisateurs ont également noté une amélioration de la visibilité du Festival : 6.000 programmes distribués, 200.000 encarts publicitaires dont 8 pages spéciales dans le Toronto Star, excellente couverture médiatique dans les magazines locaux, à la télévision et à la radio, sur les murs de la ville et sur Twitter. Ce Festival continue donc de bénéficier d’une belle visibilité et d’une vraie popularité.



8.- ”Hot Docs” (28 avril – 8 mai 2010) // Toronto

La 8ème édition du Hot Docs Canadian International Documentary a battu son record d’audience avec environ 136.000 spectateurs sur 11 jours (contre 122.000 en 2009). Le Festival a organisé 275 projections de plus de 170 films dans 10 cinémas et invité 150 réalisateurs du monde entier à présenter leurs films au public torontois. Le box-office a vu ses recettes augmenter de 10%.

Pour cette édition, la France a bénéficié d’une visibilité toute particulière avec pour film d’ouverture « Babies » de Thomas Balmes, une première canadienne. Le poste de Toronto a pu faire venir le réalisateur des Etats-Unis où le film a remporté un grand succès. La salle du Winter Garden Theatre, d’une capacité de 1.000 personnes, était pleine.

Nombre de sociétés et de professionnels français étaient présents pour le marché « Hot Docs », considéré comme l’un des plus dynamiques au monde. Pour la première fois, une délégation officielle française de 10 sociétés de production indépendantes était sur place. Cette délégation, menée par le pôle Image Alsace Iconoval et la Chambre de Commerce et d’industrie de Strasbourg, bénéficiait d’une labellisation Ubifrance.

Hot Docs apparaît donc aujourd’hui comme incontournable, non seulement vu l’ampleur du public et la visibilité qu’y reçoivent les films français, mais aussi en termes de marché : les 10 sociétés de production se sont dites très satisfaites du nombre et de la qualité des rencontres et prises de contacts. Ubifrance a d’ores et déjà manifesté son intérêt pour reconduire son engagement en 2011.



9.- ”CinéMagine : Festival du Cinéma d’Expression Française” (30 avril – 2 mai 2010) // Alberta

Ce festival dirigé par M. Jean Patenaude est le seul événement audiovisuel francophone en Alberta et bénéficie du soutien régulier du poste de Vancouver. Cette année, le festival, qui présentait en français : « Coco avant Chanel » d’Anne Fontaine, « Le Petit Nicolas » de Laurent Tirard, « Ensemble C’est Tout » de Claude Berri et « Le Hérisson » de Mona Achache, a rassemblé 7.000 spectateurs.



10.- ”DiverCiné” (5-8 mai 2010) // Halifax

Ce ”DiverCiné” organisé par le poste de Moncton et l’Alliance Française d’Halifax présentait 2 films français (« L’Armée du Crime de Robert Guediguian et « Ne me libérez pas je m’en charge » de Fabienne Godet) ainsi que le film suisse « Home » d’Ursula Meier et le film québécois « Le Jour avant le Lendemain » de Marie-Hélène Cousineau et Madeline Ivalu.



11.- ”A Bout de Souffle / Breathless” : Pacific Cinematheque (5-9 mai 2010), une projection exceptionnelle // Vancouver

Le Colloque « Breathless » organisé à l’Université UBC proposait une remise en perspective des enjeux culturels et des débats artistiques de la fin des années 50 et début des années 60, au moment où la nouvelle société de consommation s’installait dans un monde occidental sous la menace d’une guerre atomique.

Parallèlement au colloque monté en partenariat avec les départements de Français, d’Histoire de l’Art, d’Arts Visuels, de Théorie à UBC (AHVA), le Musée d’Anthropologie (MOA), la Fondation Audain et la Faculté des Arts de UBC, la Pacific Cinematheque a organisé avec le soutien du poste de Vancouver une projection exceptionnelle du film éponyme de Jean-Luc Godard « A Bout de Souffle » en présence des participants au colloque et des cinéphiles. Eric de Chassey, Régis Michel, Serge Guilbault et de nombreux historiens d’art, curateurs, chercheurs et étudiants ont assisté à cette projection suivie d’un débat, qui a réuni plus de 500 personnes.



12.- ”DOXA”, Festival du Film Documentaire de Vancouver (12-17 mai 2010) // Vancouver

DOXA offrait un coup de projecteur sur la France avec 5 films : « Eyes Wide Open » de Gonzalo Arijon, « Pax Americana » de Denis Delestrac, « La Domination Masculine » de patric Jean, « Une Ombre au Tableau » d’Amaury Brumauld et « Cameroon: Coming out of the Nkuta » de céline Metzger.

Deux réalisateurs, Amaury Brumauld et Céline Metzger, étaient présents grâce au soutien du poste de Vancouver. Une réception avec les sponsors, les organisateurs du Festival et le public du film a conforté notre partenariat avec ce festival chaque année plus important et qui a rassemblé 5.000 spectateurs.



13.- ”ViewFinders” (20-24 avril 2010) // Halifax

Avec le soutien du poste de Moncton, ce Festival de films Jeunesse anglophone présente chaque année un « Focus France ». Le Festival propose par ailleurs tout au long de l’année des ateliers de réalisation et d’animation aux écoles anglophones et aux classes d’immersion francophones de Nouvelle-Ecosse. Au programme cette année : « Les Nuits de Sister Welsh » de Jean-Claude Janer, « Le Petit Nicolas » de Laurent Tirard, « Le Secret d’Eléonore » de Dominique Monfery et « Brendan et le Secret de Kells » de Tomm Moore et Nora Towmey.



14.- ”Inside Out Film Festival” (20-30 mai 2010) // Toronto

La 20ème édition de ce festival gay et lesbien a offert au public de Toronto 275 films et vidéos de 30 pays différents et atteint un record de 35.000 spectateurs. Au programme, des projections, conférences et rencontres d’artistes, et installations vidéo.

Inside Out se classe parmi les 5 plus grands festivals de films gays et lesbiens au monde et a su acquérir une réputation internationale, aussi bien auprès des spectateurs que des médias, pour la cohérence et la qualité de sa programmation. Le festival, financé à majorité par des institutions gouvernementales, a la particularité d’être très fortement soutenu par la très importante communauté homosexuelle de Toronto qui apporte près du quart du budget total. Pour autant, ce festival se veut aussi très ouvert au reste du public torontois et aux cinéphiles, avec un public composé à 53% d’hommes et 47% de femmes, d’origines sociales et culturelles extrêmement variées, de 24 à 55 ans en majorité.

Le cinéma français était cette année encore bien mis en valeur avec 7 films dont « L’Arbre et la Forêt » de O. Ducastel et J. Martineau, « Le Refuge » de F. Ozon, « Le Roi de l’Evasion » de A. Guiraudie et « Le Fils » de M. Ben Attia, présenté par l’attaché Culturel. La venue du réalisateur a été soutenue par le poste de Toronto et le film a attiré 500 spectateurs.

Inside Out offre à ses partenaires une excellente visibilité : 22.500 programmes distribués, 2.000000 visiteurs sur le site Internet en mai et une place dans le paysage audiovisuel puisqu’il est considéré comme le 3ème plus important festival de la ville par les médias (après le Toronto International Film Festival et Hot Docs). Inside Out s’apprête à adopter un nouveau programme stratégique pour les trois prochaines années, qui leur permettra de redéfinir leurs orientations et objectifs, avec peut-être une démarche éducative et pédagogique, comme le laisse penser la création récente de bourses à destination des jeunes et des étudiants qui souhaiteraient se lancer dans la création audiovisuelle.



Conclusions :
– Ces 12 festivals activement soutenus au Canada (hors Québec) par les postes, ont donné aux productions et coproductions audiovisuelles françaises une très bonne visibilité dans tout le pays.
– Qu’il soit anglophone, francophone ou allophone, le public canadien et les journalistes défendent les œuvres françaises dans un marché complexe qui tend à faire la part belle aux productions américaines.

Réseau culturel Canada


Il n'y a pas encore de réaction sur cet article, réagissez!

Votre Réaction





*

Copiez le code de sécurité dans le champ de droite


* Champ obligatoire