Cinéma

Dan Glickman, président de la MPAA : un an après…

Date: 29/10/2005


Dan Glickman © AFP/Andrew Councill

Dan Glickman © AFP/Andrew Councill

Troisième président de la Motion Picture Association of America, Dan Glickman semble avoir raison des sceptiques. Le nouveau président, qui ne tarit pas d’éloge sur son prédécesseur (« He’s been a mentor to me, I call him and I listen to him. I’d be a fool not to »), a relevé le défi de la succession au long règne de Jack Valenti : – il a su donner à l’organisation une approche bipartisane (tendance « naturelle » démocrate de l’industrie mais contexte politique marqué par une majorité républicaine), en veillant à une distribution équilibrée des postes-clé de la MPAA entre représentants des deux courants. L’ex porte-parole de la Chambre, Dennis Hastert (Républicain / Illinois) a été nommé porte-parole de l’association, en charge du lobbying et des relations publiques.

– il a resserré les liens avec ses confrères de la RIAA (Recording Association of America) et leur patron Mitch Bainwol dans la plupart des dossiers communs aux deux industries, en particulier dans le secteur de l’anti-piraterie. La RIAA et la MPAA ont rejoint mi-septembre Internet 2 team, une coalition d’instituts de recherches et d’universités qui travaillent sur la nouvelle génération de haut débit.

– fort de la récente décision de la Cour Suprême en matière de piraterie et peer-to-peer (cf. l’article du 16 juillet 2005, «Peer-to-peer» et piraterie : la Cour Suprême a tranché), Dan Glickman continue de poursuivre les organisations récalcitrantes, mais surtout de bâtir des liens avec les nouvelles technologies qui sont « au coeur de notre métier » souligne-t-il.

Cette décision devrait encourager les développeurs de sites de P2P à entamer des négociations avec les industries. Comme le résume un responsable de studio : « Dan est en train de changer les structures et la stratégie de l’association pour s’attaquer aux challenges à venir, plutôt que de continuer de s’appuyer sur une structure adaptée aux défis du passé. »

Mais la fermeté reste à l’ordre du jour : la MPAA a réussi à convaincre l’administration Bush de renforcer l’arsenal répressif face à la piraterie et de faire pression sur des pays comme la Chine ou la Russie. Toujours afin de lutter plus efficacement contre la piraterie, Glickman vient de nommer à ses côtés Bob Pisano, président-directeur des opérations de la Côte ouest : c’est la première fois de son histoire que la MPAA délègue ainsi une partie de sa direction à Los Angeles…

Patrick RENAULT


Il n'y a pas encore de réaction sur cet article, réagissez!

Votre Réaction





*

Copiez le code de sécurité dans le champ de droite


* Champ obligatoire