Cinéma

Du grand écran au DVD : délais de plus en plus courts et parfois annulés

Date: 07/05/2005

4 mois et 16 jours : il s’agit de la durée moyenne entre la sortie d’un film en salles et son édition vidéo – soit 11 jours de moins qu’en 2003 – selon l’Association Nationale des Propriétaires de Salles de Cinéma aux Etats-Unis (NATO).

Cette tendance reflète la volonté des studios de maximiser les recettes d’un film en utilisant l’effet médiatique de sa sortie en salles pour son édition en DVD. Par exemple, Universal a proposé le DVD de « Ray » le 1er février 2005, au moment de ses nominations pour les Oscars, soit 3 mois après sa sortie.

Par ailleurs, Barry Meyer, PDG de Warner Bros., a même évoqué récemment dans la presse, la possibilité de sortir un film simultanément (sorties simultanées – chronologie des médias) en salles et en DVD, afin de lutter contre la piraterie.
(cf. l’article anti-piraterie : bilan du 1er séminaire franco-américain, «Day and Date strategy»).
Quant aux exploitants, ils risquent de voir leurs salles délaissées par des spectateurs qui préfèreront attendre la sortie d’un film en DVD.

Steven Soderbergh inaugure la diffusion multimédia simultanée

De son côté, le réalisateur de «Ocean’s Twelve», Steven Soderbergh, vient chambouler l’industrie cinématographique américaine en signant un accord sans précédent avec la société de production 2929 Entertainment pour la réalisation de six longs métrages, qui sortiront simultanément en salles, DVD et sur le câble (via HDNet Movie, la chaîne câblée de 2929). Ce contrat bouleverse la chronologie des médias américaine qui, même si elle n’est pas légiférée tente de tirer le maximum de bénéfices d’une exploitation en salles avant sa diffusion en DVD puis à la télévision. « Pour la première fois, on laisse les gens décider s’ils veulent sortir ou rester chez eux pour regarder un film » explique Todd Wagner, de 2929 Entertainment. Récemment, les patrons des studios Fox, Warner et Sony ont appelé à la sortie simultanée des films pour combattre la piraterie et la copie privée. «Nous sommes tous conscients que le choix du consommateur guide l’avenir de l’industrie du cinéma et ceci est un bond de géant dans cette direction », déclare Soderbergh. Bubble, le premier des six longs métrages tournés en numérique, est en cours de production.

Juliette Charvet et Quentin Molin
Sources : Reuters, AP


Il n'y a pas encore de réaction sur cet article, réagissez!

Votre Réaction





*

Copiez le code de sécurité dans le champ de droite


* Champ obligatoire