Cinéma

“EH! U Meet the Europeans” à Toronto (19 nov–3 déc)

Date: 21/12/2009


Festival de Films Européens à Toronto

Festival de Films Européens à Toronto

Depuis sa création en 2004 par 19 ambassades, consulats et instituts culturels européens, le Festival du Film Européen de Toronto n’a cessé de grandir : il est maintenant organisé par 23 pays européens.

La démarche du « Eh! U Meet the Europeans » est de présenter des avant-premières canadiennes ou des films qui n’ont pas de distributeurs locaux et qui ne seront donc peut-être jamais projetés en salles ; il s’agit d’offrir au public torontois la diversité et la créativité du cinéma européen à travers une sélection de films récents et récompensés dans des festivals internationaux, de réalisateurs confirmés ou émergents, dans une ville marquée par son intense activité culturelle et cinématographique. Ce festival a surtout la particularité d’être le seul festival gratuit de la ville et ce, dans un souci de rendre la culture européenne plus accessible à un public généralement influencé par le cinéma nord américain.

Cette année, après la France, c’est la République Tchèque et la Suède qui présidaient le festival avec, pour la première fois, l’aide d’une coordinatrice, engagée spécialement pour cet évènement. La programmation regroupait au total 25 films dont Un Prophète de Jacques Audiard (France) – Prix du Jury au Festival de Cannes 2009 ; The White Ribbon de Michael Haneke (Autriche) – Palme d’or au Festival de Cannes 2009 ; Police Adjectiv de Corneliu Porumboiu (Roumanie) – Prix du Jury Un Certain regard et Prix de la Critique au Festival de Cannes 2009.

Par ailleurs, le festival a battu des records, avec un total de plus de 9000 spectateurs (23 séances complètes dont 11 où des spectateurs ont dû être refusés), 9700 dollars de donations, 10 000 programmes distribués à 20 000 personnes et 2.7 millions de visites sur le site officiel du festival (www.eutorontofilmfest.ca) pour toute l’année 2009.

Le festival, avec l’aide du service de presse du Consulat Général de France à Toronto, a également bénéficié d’une bonne couverture médiatique dans la presse écrite, à la radio et à la télévision, aussi bien dans les médias anglophones que français : Eye Weekly, Now, Toronto Screen Shorts, Cinema Eye, Radio Canada, TFO, Le Metropolitain, L’Express…

C’est cette excellente visibilité du festival dans la ville et les médias locaux ainsi que son caractère gratuit, qui a attiré les sponsors : cette année, le festival a été financé par une trentaine de sponsors contre une vingtaine l’année dernière (Toronto French School, Rimowa, Ericsson, Lufthansa…), preuve qu’il s’enracine de plus en plus solidement dans le paysage cinématographique de la ville.

Pour célébrer la richesse du cinéma européen, dans une atmosphère festive et décontractée, les 23 pays participants ont organisé une soirée d’ouverture et de clôture, qui ont rassemblée chacune plus de 300 personnes. Parmi les invités, des sponsors, des membres d’institutions administratives, culturelles et universitaires de la ville (City of Toronto, Royal Ontario Museum, University of Toronto…) ainsi que de l’industrie cinématographique (Cinémathèque, Mongrel Media…). La soirée de clôture a été l’occasion de remettre le prix du public, Magna Audience Award, au film letton Little Robbers d’Armands Zvirbulis.

Dans l’ensemble donc, l’édition 2009 du festival a remporté un vif succès et prouve que le festival se professionnalise : public en augmentation, sponsors plus nombreux, présence dans la presse locale, majorité des projections en 35mm, présence d’une coordinatrice pour centraliser les décisions et fluidifier l’organisation…

Le succès de ce festival est tel qu’il devient d’ailleurs essentiel de s’adapter à son expansion, pour les années à venir. Le festival se déroule au cinéma The Royal, une des dernières salles indépendantes de la ville mais qui ne peut accueillir que 400 personnes. Il paraît indispensable de chercher de nouveaux locaux, tâche qui ne sera pas sans difficulté dans une ville ou le circuit de programmation est dominé par les multiplexes. De ce point de vue, l’ouverture en 2011 du palais des festivals ”Bell Lightbox” pourrait constituer une belle opportunité.

Par ailleurs, il faudra également travailler à une certaine harmonisation de la programmation : privilégier des films de l’année en cours, récompensés dans des  festivals internationaux, inviter les réalisateurs/acteurs à présenter leurs films… si le « Eh ! U Meet the Europeans » veut continuer de se développer et s’installer définitivement comme un festival incontournable à Toronto.

Marie Herault-Delanoe


Il n'y a pas encore de réaction sur cet article, réagissez!

Votre Réaction





*

Copiez le code de sécurité dans le champ de droite


* Champ obligatoire