Cinéma

Festival du film français de la Nouvelle Orléans (8 au 14 juillet 2011)

Date: 01/08/2011



New Orleans Film Society

Avec 3000 entrées et plusieurs sessions tenues à guichets fermés, la 14ème session du festival annuel de films français de la Nouvelle Orléans semble enfin avoir trouvé son public estival. En partenariat avec les services culturels,  les organisateurs souhaitent intégrer des participations de réalisateurs et de producteurs français au festival 2012.

La New Orleans Film Society organise un festival du film français depuis 14 ans.  D’ordinaire cantonné à un week-end, le festival s’étendait cette année sur une semaine avec 8 films à l’affiche et 13 sessions offertes. Aux côtés de films récemment diffusés aux Etats-Unis (Le nom des gens, Crime d’amour, Gainsbourg, une vie héroïque, Rapt, Nannerl, la sœur de Mozart, l’amour fou, film socialisme) le festival présente traditionnellement un classique.  La règle de jeu de Jean Renoir n’a pas failli  à sa réputation et a encore fait salle comble pour le plus grand ravissement du public cinéphile de la Nouvelle Orléans. Le festival faisait aussi un clin d’œil au film de Woody Allen, Midnight in Paris, en représentant le film de Vincente Minneli, An American in Paris.

Avec plus de 3.000 entrées réalisées les organisateurs sont particulièrement satisfaits du succès rencontré cette année et estiment avoir enfin gagné  la reconnaissance du public  de la ville pour le cinéma français en français.

Ce succès est du à une diffusion médiatique qui a bien fonctionné : les organisateurs se sont donné les moyens d’imprimer et distribuer un programme ; les différents partenaires (Prytania Theatre, Consulat de France, Alliance Française et nolafrançaise.com) ont poussé l’information et la programmation  vers leurs publics captifs respectifs, la presse écrite locale, quotidienne (Times Picayune) et hebdomadaire (Gambit), a relayé l’info; Enfin, une des plus grandes stations de radio locale (WWOZ) a invité le directeur artistique et l’attaché culturel à commenter la programmation du festival sur ses ondes.

La bonne volonté des distributeurs américains et des détenteurs de droits de placer leurs films dans des festivals a également joué un rôle très important. La NOFS espère ainsi que le festival du film français de la Nouvelle Orléans sera dorénavant perçu comme une opportunité d’expansion de public et non comme de la concurrence déloyale.

En 2012, la NOFS souhaiterait, toujours en partenariat avec ce consulat, pouvoir inviter des réalisateurs, des producteurs, des représentants de l’industrie cinématographique française afin d’organiser un cycle de conférences autour des thèmes de la production, de la distribution et de la diffusion du cinéma français.

Philippe Aldon


Il n'y a pas encore de réaction sur cet article, réagissez!

Votre Réaction





*

Copiez le code de sécurité dans le champ de droite


* Champ obligatoire