Cinéma

Films on the Green à New York, un exemple de réussite à la française

Date: 12/06/2017


Films on the Green à Washington Square Park

Cette année, Jim Jarmusch, James Ivory ou Wes Anderson participent à la 10e édition du festival Films on the Green de New York où des films hexagonaux sont diffusés dans les parcs. Petite histoire d’une success story culturelle à la française.

C’est le festival de l’été pour les aficionados de la culture française sur grand écran. A partir du vendredi 2 juin, un film français sera projeté chaque semaine dans un parc new-yorkais. Depuis dix ans, ce festival ponctue les étés de Manhattan, Brooklyn où un parterre de fondus de cinéma français, plutôt jeunes, rejoignent les oasis de verdure de la ville.

“Nous avons demandé à des personnalités du cinéma américain ou vivant aux Etats-Unis de sélectionner leur film favori”, indique Bénédicte de Montlaur, conseillère culturelle à l’ambassade de France à New York. Et ce rendez-vous fait recette dans l’univers très concurrentiel des évènements en plein air : concerts gratuits à Central Park, activités sportives, séance de cinéma, les citadins affluent dans les parcs quand les températures extrêmes estivales flirtent souvent avec les 40 degrés.


Les films fétiches de Jim Jarmusch, Wes Anderson et James Ivory

Pour ses 10 ans, le festival Films on the Green innove en offrant un pont entre les USA et la France : 10 grands réalisateurs ou figures du cinéma ou de la télévision américaine ont choisi 10 films français. Ont répondu présents Jim Jarmusch, Wes Anderson, James Ivory, accompagnés par Isabella Rossellini, Wanda Sykes, Laurie Anderson, Matthew Weiner (de Mad Men) ou Amy Hargreaves (de la série Homeland). James Ivory a choisi L’Enfant sauvage (le 7 septembre à Columbia University) de Truffaut car c’est son “film préféré” et qu’il apprécie “le sujet de cet enfant découvert dans une forêt”. De son côté, Wes Anderson (The Grand Budapest Hotel) a sélectionné Mauvais Sang de Leos Carax, qu’il a découvert en 1994. Un long-métrage qu’il juge “inventif, intelligent avec des sortes de touches magiques”. Jim Jarmush a opté pour Le Mépris de Godard, qui fait partie de son top 3 avec Quinze jours ailleurs de Vicente Minelli et Beware of a Holy Whore de Rainer Werner Fassbinder. Toutes ces pointures ne seront pas forcément présentes pour lancer leur film à cause à leur calendrier de tournage, même si elles ont contribué à leur façon à l’évènement. “Ce sera la surprise, certaines personnalités seront parfois présentes dans les parcs pour lancer leur film”, confie Bénédicte de Montlaur. Le festival se conclura le 7 septembre à l’Université de Columbia, en partenariat avec la maison française.


Ouvrir la culture à un public plus diversifié

Parmi les films sélectionnés, des classiques de Chabrol, Truffaut ou Renoir, mais aussi des figures plus contemporaines comme Michel Gondry ou François Ozon. Les services culturels de l’ambassade de France à New York qui ont décidé d’ouvrir la culture à d’autres types de publics autres que les super privilégiés de New York (voir interview de Mathieu Fournet) continuent sur leur lancée en l’élargissant au public hispanophone (l’espagnol étant la deuxième langue parlée après l’anglais). C’est le chef-d’œuvre du singulier Michel Gondry La Science des rêves avec Gael García Bernal, sous-titré dans la langue de Cervantes qui a été choisi. Il sera projeté dans un parc du nord de Manhattan dans le quartier de Washington Heights, où la forte communauté hispanique se conjugue avec les nouveaux arrivants hipsters. “Nous avons noué un partenariat avec l’ambassade du Mexique (Mexican Cultural Institute of New York), ajoute Bénédicte de Montlaur. C’était un projet que nous avions en tête depuis longtemps. C’est une très grande communauté !”. “Le fait que ce soit en plein air nous permet de toucher un public plus divers.” Et comme tous les ans, les services des NYC Parks accompagnent l’événement avec beaucoup d’entrain : “Le responsable des parcs et jardins de New York adore ce festival.”


Le Festival fait des petits

Le festival, qui a commencé en petit comité à New York, a essaimé dans le reste du pays :
Films on the Beach (Miami) 7-30 mai
– Films on the Green (Boston) en septembre
Films on the Lake (Chicago) 14 juin-28 septembre

Par Sandra Muller à New York. La Lettre de l’Audiovisuel est accessible par abonnements uniquement. Pour plus d’information : sandramullernyc@gmail.com.
Pour consulter quelques articles :
lettreaudiovisuel.com.


Il n'y a pas encore de réaction sur cet article, réagissez!

Votre Réaction





*

Copiez le code de sécurité dans le champ de droite


* Champ obligatoire