Cinéma

La renaissance de l’industrie audiovisuelle à Los Angeles

Date: 17/12/2015


Tournages en Californie Tournages en Californie

La décision de l’Etat de Californie, l’année dernière, d’offrir des incitations fiscales plus généreuses pour la production cinéma et TV semble avoir d’ores et déjà porté ses fruits. L’industrie audiovisuelle locale bénéficie aussi de l’élan donné par les nouveaux-entrants comme Amazon, Hulu et Netflix qui prennent une part de plus en plus importante dans la création de contenus originaux.

De juillet à septembre, il y a eu 2 057 jours de tournage de fiction TV à Los Angeles, ce qui représente une augmentation de 54% par rapport à la même période l’année dernière, d’après FilmL.A. Inc.

Les traiteurs, les scieries, les vendeurs de matériel… bref les nombreuses sociétés indispensables à l’industrie du film et de la télévision annoncent employer du personnel en plus, agrandir leurs bureaux et acheter du matériel supplémentaire pour répondre à la demande des productions locales.

Les syndicats des équipes de tournage parlent d’une situation de quasi-plein emploi et ajoutent de nouveaux membres à leurs listes pour répondre à la demande.

Ce pic d’activité est un véritable retournement de situation dans l’industrie du film à L.A. par rapport à la dépression des dernières années quand les taux d’emploi étaient au plus bas et que les autres Etats attiraient les tournages grâce à d’importants crédits d’impôts. Les « runaway » productions qui partaient ailleurs et la récession avaient mis en péril voire en faillite de nombreuses PME qui vivent de l’industrie du film. Ces dernières ont alors fait connaître leur détresse et incité les décideurs politiques à prendre des mesures car de la bonne santé de ces PME dépend une partie de l’économie de L.A. en général. « L’industrie de l’entertainment emploie environ 250 000 personnes et contribue à hauteur de 60 milliards de dollars en bien et services soit 10% du Produit Brut local », indique Robert Kleinhenz, chef du service économique du bureau du développement économique du comté de Los Angeles.

Les analystes énumèrent différentes raisons pour expliquer cette récente embellie locale dans l’industrie du film, notamment une augmentation des tournages publicitaires des grands annonceurs automobiles et autres, ainsi qu’un faisceau de nouveaux shows télévisés pour le câble, les chaînes traditionnelles, mais aussi pour Netflix, Amazon et les autres plateformes.

Mais une des raisons invoquées et qui ne serait pas des moindres est le soutien public à l’industrie sous forme de crédits d’impôts. Avec la nouvelle loi entrée en vigueur cette année, l’Etat de Californie a triplé son soutien. Ce dernier atteint désormais 330 millions de dollars par an, et les conditions pour en bénéficier se sont assouplies.

Parallèlement à cela, d’autres Etats comme la Louisiane ont dû imposer de nouvelles restrictions à leurs programmes dont le coût et l’impact avaient été critiqués. Certains, comme la Caroline du Nord l’année dernière, les ont carrément arrêtés.

Il est difficile d’évaluer l’impact de la nouvelle loi en Californie car elle est encore récente. Beaucoup des projets qui ont reçu les crédits n’ont pas encore commencé leur tournage. Néanmoins, les premières évaluations semblent indiquer que le programme a un impact positif sur un secteur en particulier : le renouveau des fictions TV locales. Le nombre de jours de tournage pour les fictions TV dans la région de Los Angeles a beaucoup augmenté grâce à un ensemble de séries qui ont bénéficié des crédits de l’Etat. Parmi elles, on trouve American Crime Story (Fox), Code Black (TBS), American Horror Story (FX) qui était jusqu’à présent tourné en Louisiane, Secret and Lies (ABC) qui arrive de Caroline du Nord, ou encore Veep (HBO) venu du Maryland.

Malgré ces bons résultats, la compétition reste dure. La dévaluation du dollar canadien peut attirer davantage de productions au nord de la frontière. En outre, l’un des objectifs principaux du programme, à savoir le retour des films à très gros budget en Californie, n’est pas encore atteint. Les blockbusters comme les Marvel sont toujours tournés en Grande-Bretagne ou en Géorgie où les rabais fiscaux sont très généreux. En Californie les crédits d’impôts couvrent seulement les 100 premiers millions de dollars et excluent le salaire des acteurs qui constituent souvent un important poste de dépense.

Source : Film tax credits, new media outlets help revive L.A.’s entertainment economy, LATimes, 31/10/2015

Pervenche Beurier


Il n'y a pas encore de réaction sur cet article, réagissez!

Votre Réaction





*

Copiez le code de sécurité dans le champ de droite


* Champ obligatoire