Cinéma

La Los Angeles Film Critics Association (LAFCA) et les Golden Globes honorent les Français et font d’Olivier Assayas le nouveau réalisateur en vogue aux Etats-Unis

Date: 20/01/2011



L'acteur de Carlos, Edgar Ramírez © Morgan Mercier

Fondée en 1975, the Los Angeles Film Critics Association, qui représente les critiques de cinéma travaillant à Los Angeles, a, comme chaque année, remis le 15 Janvier 2011, veille des Golden Globes, ses prix décernés au Millésime 2010.

L’édition précédente de la cérémonie avait déjà récompensé de nombreux Français : Yolande Moreau avait reçu le prix de la Meilleure Actrice pour son rôle dans Séraphine., le prix du Meilleur Film Étranger avait été remis à L’Heure d’Eté du réalisateur Olivier Assayas, et le prix du Meilleur Documentaire avait été décerné à Agnès Varda pour Les Plages d’Agnès. Hors compétition, le Career Achievement Award avait été décerné à l’acteur français Jean-Paul Belmondo, qui était présent lors de la cérémonie. Son prix lui avait été remis par Geneviève Bujold, sa partenaire dans Le Voleur de Louis Malle et dans L’Incorrigible de Philippe de Broca.

Le week-end dernier, l’association a de nouveau rendu hommage aux talents français (voir l’article Mediamerica sur l’édition 2009 Los Angeles Film Critics Association (LAFCA) Awards). Niels Arestrup a reçu le prix du meilleur acteur dans un second rôle pour Un prophète de Jacques Audiard, Alexandre Desplat, véritable symbole des Français ayant réussi à percer à Hollywood, a reçu le prix de la meilleure composition musicale pour The Ghost Writer de Roman Polanski, Serge Bromberg a reçu le prix Legacy of Cinema Award pour L’enfer d’Henri Georges Clouzot, présenté lors de la dernière édition de COL-COA et Jean-Luc Godard a, quant à lui, été récompensé par le Douglas Edwards expérimental/Independent Film Award pour Film Socialisme. Enfin, Olivier Assayas a reçu, fait exceptionnel, deux prix pour Carlos, celui du Meilleur réalisateur à égalité avec David Fincher pour The Social Network et celui du Meilleur film étranger.



Edgar Ramírez, Nora Von Waldstaetten et Olivier Assayas au LAFCA © Morgan Mercier

De nombreux Français avaient fait le déplacement pour cet événement. Outre Serge Bromberg, Olivier Assayas et Alexandre Desplat, venus recevoir leur prix, Thierry Fremaux, délégué général du Festival de Cannes, et Pierre Rissient, figure incontournable du cinéma français aux Etats-Unis, étaient également présents. Les célèbres critiques et programmateurs, Todd McCarthy, Kirk Honeycutt et Scott Fondas ainsi que de nombreux talents américains et britanniques tels Kevin Spacey , Colin Firth et David Fincher avaient aussi fait le déplacement.

Le service audiovisuel du Consulat Général de France à Los Angeles a de nouveau soutenu l’organisation de la soirée, permettant notamment à l’association des critiques de Los Angeles de renouveler des partenariats avec certains sponsors, notamment Air Tahiti Nui qui après avoir soutenu la présence de Jean-Paul Belmondo l’an dernier, a permis la participation de Serge Bromberg cette année.

De son côté, la Hollywood Foreign Press Association a remis le dimanche 16 janvier ses fameux trophées des Golden Globes, et cela malgré les critiques se faisant de plus en plus fortes contre le manque de représentativité de son corps électoral (à peine plus de 80 votants de la presse étrangère contre près de 6000 votants pour l’Académie des Oscars) et les supposées faiblesses de ces votants face aux cadeaux des studios.

Cela n’a pas empêché Carlos d’Olivier Assayas, de remporter le Golden Globe de la meilleure minisérie ou film télévisé, battant dans sa catégorie The Pacific, Temple Grandin et You Don’t Know Jack, qui avaient raflé les principales récompenses aux Emmy Awards.

 Pour rappel un cycle Olivier Assayas a circulé aux Etats-Unis en octobre 2010 grâce à CulturesFrance et les services culturels de l’Ambassade de France aux Etats-Unis en coordination avec la circulation commerciale de Carlos (voir l’article du 12 novembre 2010 Un cycle Olivier Assayas a circulé aux Etats-Unis). Un signe encourageant et qui démontre qu’il ne faut pas hésiter à faire campagne pour les prix hollywoodiens, dans le respect des règles imposées.

Le grand vainqueur de la 68ème cérémonie des Golden Globes, à Beverly Hills, était cependant le film The Social Network de David Fincher, qui retrace la naissance de Facebook. Il a remporté quatre récompenses : celle du meilleur film dramatique, du meilleur réalisateur, de la meilleure bande originale et du meilleur scénario. Natalie Portman a reçu le Golden Globe de la meilleure actrice dramatique pour son rôle de danseuse paranoïaque dans le film de Darren Aronofsky Black Swan et la récompense du meilleur acteur est revenue au Britannique Colin Firth, pour son interprétation du roi George VI dans The King’s Speech. Robert de Niro a reçu le trophée Cecil B. DeMille, un Golden Globe qui le récompense pour l’ensemble de sa carrière.

Mathieu Fournet


Il n'y a pas encore de réaction sur cet article, réagissez!

Votre Réaction





*

Copiez le code de sécurité dans le champ de droite


* Champ obligatoire