Cinéma

Le cinéma français était à l’honneur à New York cet été 2012

Date: 18/09/2012



“Max et Les Ferrailleurs” a été présenté en copie 35mm restaurée au Lincoln Center de New York

Outre Films on the green, festival de cinéma français organisé avec succès dans les parcs de New York cet été par les services culturels de l’Ambassade de France et la ville, ce sont trois séries de grande qualité qui ont été proposées cet été aux New Yorkais, avec le soutien des services culturels de l’Ambassade de France, par trois institutions culturelles importantes de la ville.

Sur une idée de Scott Foundas, associate programmer à la Film Society of Lincoln Center, avec le soutien de l’Institut Français, le Lincoln Center a rendu hommage au réalisateur français Claude Sautet en lui consacrant une rétrospective. Du 1er au 9 août, douze films ont été projetés : Un mauvais fils (1980), César et Rosalie (1972), Vincent, François, Paul… et les autres (1974), Classe tous risques (1960), L’Arme à gauche (1965), Quelques jours avec moi (1988), Garçon ! (1983), Un cœur en hiver (1991), Mado (1976), Nelly et Monsieur Arnaud (1995), Une histoire simple (1978) et Les Choses de la vie (1969). Le documentaire Claude Sautet ou la magie invisible de NT Binh a également été montré. Le chef d’œuvre de Claude Sautet, Max et les ferrailleurs, n’a pas été oublié. Il a été projeté cinq fois par jour, du vendredi 10 au jeudi 16 août. L’événement n’est pas passé inaperçu dans la presse américaine (cf. l’article de A.O Scott paru le 9 août 2012 dans le New York Times, For a Zealous Cop and a Gang of Two-Bit Thieves, Crime Does Not Pay)

Le MoMA et Gaumont, sur une idée de Larry Kardish senior curator au MoMA, ont proposé aux New Yorkais, du 15 août au 4 septembre 2012, 24 films dans le cadre d’une série intitulée Gaumont thrillers. Parmi ces films figuraient notamment OSS 117, Le Caire, nid d’espions, de Michel Hazanavicius, Le poison de Sacha Guitry, L’assassin habite au 21 d’Henri-Georges Clouzot, Les rivières pourpres de Mathieu Kassovitz, Police de Maurice Pialat, Les yeux sans visage de Franju, Les cousins de Claude Chabrol, Leon et Nikita de Luc Besson…  Le 14 Août, Kristin M. Jones consacrait un long article élogieux à l’événement dans le Wall Street Journal (Lire l’article Quel Macabre).

Du 17 août au 13 septembre au Film Forum, à deux pas de New York University, dans le cadre d’une série intitulée par son concepteur Bruce Goldstein, Programming Director du lieu, The French Old Wave, ce sont 53 films des années 30, 40 et 50 qui ont été montrés, avec le soutien de l’Institut Français. Parmi eux figuraient Fanny, Marius et César de Marcel Pagnol, Gueule d’amour, Lumière d’été, Le ciel est à vous, L’étrange Monsieur Victor et Remorques de Jean Gremillion, La ronde, le Plaisir, Lola Montes de Max Ophuls, La bête humaine, La grande illusion, La règle du jeu, Boudu sauvé des eaux de Jean Renoir, Orphée et La belle et la bêtede Jean Cocteau…  Cette rétrospective a été saluée par la presse et notamment par Nick Pinkerton dans un long article paru  dans le Village Voice du 15 août 2012 (lire l’article
Old Masters: Film Forum Reclaims the Idols the French New Wave Smashed)

Muriel Guidoni


Il y a 2 réactions sur cet article, réagissez!

2 Réactions

1 - Le cinéma français était à l’honneur à New York cet été 2012 « Mediamerica | Cinéma | Etats-Unis et Canada | Scoop.it | 18.09.12

[…] Outre Films on the green, festival de cinéma français organisé avec succès dans les parcs de New York cet été par les services culturels de l’Ambassade de France et la ville, ce sont trois séries de grande qualité qui ont été proposées cet été aux New Yorkais, avec le soutien des services culturels de l’Ambassade de France, par trois institutions culturelles importantes de la ville.  […]


2 - Le cinéma français était à l’honneur à New York cet été 2012 | Film adhésif | Scoop.it | 18.09.12

[…] Outre Films on the green, festival de cinéma français organisé avec succès dans les parcs de New York cet été par les services culturels de l’Ambassade de France et la ville, ce sont trois séries de grande qualité qui ont été proposées cet été aux New Yorkais, avec le soutien des services culturels de l’Ambassade de France, par trois institutions culturelles importantes de la ville. Sur une idée de Scott Foundas, associate programmer à la Film Society of Lincoln Center, avec le soutien de l’Institut Français, le Lincoln Center a rendu hommage au réalisateur français Claude Sautet en lui consacrant une rétrospective. Du 1er au 9 août, douze films ont été projetés : Un mauvais fils (1980), César et Rosalie (1972), Vincent, François, Paul… et les autres (1974), Classe tous risques (1960), L’Arme à gauche (1965), Quelques jours avec moi (1988), Garçon ! (1983), Un cœur en hiver (1991), Mado (1976), Nelly et Monsieur Arnaud (1995), Une histoire simple (1978) et Les Choses de la vie (1969). Le documentaire Claude Sautet ou la magie invisible de NT Binh a également été montré. Le chef d’œuvre de Claude Sautet, Max et les ferrailleurs, n’a pas été oublié. Il a été projeté cinq fois par jour, du vendredi 10 au jeudi 16 août. L’événement n’est pas passé inaperçu dans la presse américaine (cf. l’article de A.O Scott paru le 9 août 2012 dans le New York Times, For a Zealous Cop and a Gang of Two-Bit Thieves, Crime Does Not Pay) Le MoMA et Gaumont, sur une idée de Larry Kardish senior curator au MoMA, ont proposé aux New Yorkais, du 15 août au 4 septembre 2012, 24 films dans le cadre d’une série intitulée Gaumont thrillers. Parmi ces films figuraient notamment OSS 117, Le Caire, nid d’espions, de Michel Hazanavicius, Le poison de Sacha Guitry, L’assassin habite au 21 d’Henri-Georges Clouzot, Les rivières pourpres de Mathieu Kassovitz, Policede Maurice Pialat, Les yeux sans visage de Franju, Les cousins de Claude Chabrol, Leon et Nikita de Luc Besson…  Le 14 Août, Kristin M. Jones consacrait un long article élogieux à l’événement dans le Wall Street Journal (Lire l’article Quel Macabre). Du 17 août au 13 septembre au Film Forum, à deux pas de New York University, dans le cadre d’une série intitulée par son concepteur Bruce Goldstein, Programming Director du lieu, The French Old Wave, ce sont 53 films des années 30, 40 et 50 qui ont été montrés, avec le soutien de l’Institut Français. Parmi eux figuraient Fanny, Marius et César de Marcel Pagnol, Gueule d’amour, Lumière d’été, Le ciel est à vous, L’étrange Monsieur Victor et Remorques de Jean Gremillion, La ronde, le Plaisir, Lola Montes de Max Ophuls, La bête humaine, La grande illusion, La règle du jeu, Boudu sauvé des eaux de Jean Renoir,Orphée et La belle et la bêtede Jean Cocteau…  Cette rétrospective a été saluée par la presse et notamment par Nick Pinkerton dans un long article paru  dans le Village Voice du 15 août 2012 (lire l’articleOld Masters: Film Forum Reclaims the Idols the French New Wave Smashed)  […]


Votre Réaction





*

Copiez le code de sécurité dans le champ de droite


* Champ obligatoire