Cinéma

Le Musée de l’Académie des Oscars, un projet en marche !

Date: 13/01/2016


Academy Museum Academy Museum

L’Academy Museum of Motion Pictures Arts and Sciences va enfin voir le jour. Suite au feu vert donné par le conseil municipal de Los Angeles le 24 juin 2015, le projet de construction d’une institution culturelle entièrement dédiée à l’histoire du cinéma se concrétise enfin. En effet, à l’issue de nombreux faux départs, la construction du musée a débuté en octobre dernier.

Au cœur de Los Angeles, le musée sera situé à proximité d’autres hauts lieux culturels. Situé dans le Wilshire May Company Building, ancien grand magasin emblématique, à côté du Los Angeles County Museum of Art (LACMA) et du Petersen Automotive Museum, il bénéficiera d’un emplacement de choix.

Sa construction vient achever des pourparlers en cours depuis les années 1970, suivis jusqu’à ce jour par peu d’action. C’est donc avec soulagement que le comité exécutif de l’Académie a accueilli la nouvelle de l’approbation du conseil municipal. Eric Garcetti, maire de Los Angeles, a en effet donné son aval aux plans de construction établis par les deux architectes sélectionnés par l’Académie, Renzo Piano et Zoltan Pali.

Les permis de construire soumis et approuvés, la démolition de l’aile ouest du Wilshire May Company Building, a d’ores et déjà commencé. Désormais, les travaux s’effectueront étage par étage. L’architecte italien Renzo Piano, lauréat du prix Pritzker, a dans l’idée de revitaliser le style architectural de ce bâtiment, en l’insérant dans un environnement au style architectural homogène et cohérent.

Le musée se composera donc de six étages d’expositions, de plusieurs salles de cinéma, d’espaces éducatifs pour les plus jeunes, mais aussi de zones de restauration et de conservation. Le premier étage constituera un espace gratuit et ouvert au public. Le deuxième étage sera lui dédié à l’histoire du cinéma, depuis Thomas Edison en passant par le petit écran et la 3D. Il comprendra notamment une salle de projection, dont la programmation fera une part importante au cinéma indépendant et expérimental. Les étages suivants verront s’établir des galeries dédiées à l’histoire de l’Académie et des Oscars, présentant le travail des nominés et lauréats. Enfin, le toit, qui pourra accueillir plus de 1000 invités, recevra remises de prix, galas et réceptions hollywoodiennes.

La construction la plus controversée reste néanmoins celle d’une salle obscure disposant d’une capacité d’accueil de plus de 1000 places. En effet, son design sphérique audacieux, similaire à celui d’un dôme de verre, lui a valu des critiques virulentes de la part de spécialistes, à l’image de Christophe Hawthorne, du Los Angeles Times, lui reprochant de ne pas respecter l’esprit architectural de la ville.

Pour autant, le financement du chantier semble être en bonne voie. Une campagne pour une levée de fonds de 388 millions de dollars a déjà permis de récolter des dons et promesses de dons dont le total s’élève à 250 millions de dollars. L’écrasante majorité des fonds est d’origine privée. Les personnes à l’origine de cette campagne, les acteurs Tom Hanks, Annette Bening, et Bob Iger, PDG des studios Disney, ont pu obtenir la généreuse contribution de nombreuses personnalités et entreprises parmi lesquelles Steven Spielberg, The Walt Disney Company, NBC Universal, Lionsgate, MGM, 20th Century Fox, TheNYT, Directors Guild of America, et la famille d’Alfred Hitchcock, etc.

Parallèlement, les collections continuent à s’étoffer. Les collections permanentes comprennent entre autres 10 millions de photographies, 165 000 films et vidéos, 80 000 scénarios, 50 000 posters et 20 000 ébauches de costumes, décors et accessoires. Par ailleurs, les expositions feront état de celles et ceux ayant marqué l’histoire du cinéma avec plus de 1400 documents comprenant manuscrits, contrats, correspondances épistolaires et coupures de journaux, récapitulant l’histoire d’Hollywood de son Age d’or classique à ses succès plus contemporains.

Les dons ont également permis de récentes acquisitions. Une rare réplique du vaisseau utilisé par Stanley Kubrick dans « 2001 : L’Odyssée de l’espace » a ainsi été acquise pour la somme de 344 000 dollars par le musée.

Ces acquisitions s’inscrivent dans le cadre d’un projet ambitieux porté par le directeur du musée, Kerry Brougher. Titulaire d’un bachelor en histoire de l’art de UC Irvine et d’un master en cinéma et audiovisuel de UCLA, Brougher a occupé le poste de conservateur du Museum of Contemporary Art in Los Angeles (MOCA) et du Smithsonian’s Hirschhorn Museum de Washington D.C.. Sa prise de fonction en juillet 2014 s’était notamment suivie du départ inattendu de Bill Kramer, alors gestionnaire/directeur général du projet, à l’origine de l’impressionnante levée de fonds privés.

Brougher compte faire de ce musée un lieu d’échanges artistiques et académiques, via l’organisation de tables rondes, de colloques, de master classes, d’avant-premières et la construction d’une « public piazza » propice au débat public. Il a pour cela annoncé le recrutement d’une équipe composée de 60 employés dont 5 conservateurs.

Un avant goût du musée a d’ailleurs été donné à celles et ceux qui ont eu la chance d’assister à sa première exposition. Co-produite par le Victoria and Albert Museum de Londres et l’Académie des Oscars, l’exposition consacrée aux costumes mythiques d’Hollywood s’est tenue d’octobre 2014 à mars 2015 sur le futur site du musée, et a rencontré un beau succès avec près de 78 000 entrées vendues.

Le musée de l’Académie représente pour la municipalité de Los Angeles un enjeu culturel majeur, dans une ville ayant accueilli près de 43 millions de touristes en 2014. On estime que le musée devrait attirer une moyenne annuelle de 400 000 visiteurs, pour une entrée facturée entre 12 et 15 dollars et ainsi stimuler le secteur touristique. Le volet économique de cette re-dynamisation sera soutenu par un projet de développement de transports publics à Wilshire.

L’Académie des Oscars espère en achever les travaux rapidement pour une ouverture au printemps 2018. D’ici là, Kerry Brougher devra répondre aux différentes attentes et inquiétudes. Sa tâche consiste désormais à atteindre un équilibre entre un musée hollywoodien attractif et la rigueur académique qu’exige une institution de premier plan, dans la capitale mondiale du divertissement.

Victoria Pavan et Séverine Madinier
Consulat de France à Los Angeles


Il n'y a pas encore de réaction sur cet article, réagissez!

Votre Réaction





*

Copiez le code de sécurité dans le champ de droite


* Champ obligatoire