Cinéma

Les adaptations littéraires se poursuivent à un rythme très soutenu dans la production hollywoodienne

Date: 03/10/2016


Shoot the Book! Los Angeles Shoot the Book! Los Angeles

La production actuelle de fiction hollywoodienne regorge d’adaptations. Cette tendance s’accroît dans tous les domaines : les productions des grands studios, les films indépendants et les séries télévisées.

 

Les livres derrière les films : la face cachée du cinéma et de la fiction télévisée

Pour les plus grands groupes de production comme pour les producteurs indépendants, le patrimoine littéraire, classique ou contemporain, représente un champ d’expérimentation largement exploité pour produire des scénarios innovants.

Sur les cinq meilleurs films aux box office américains de 2015 et 2016 (1er semestre) de chacun des six majors du cinéma [Warner Bros., Disney, Universal, Sony/Columbia, Paramount, 20th Century Fox], 60% [Source : BoxOfficeMojo, également utilisée pour les exemples de recettes en salles suivants.] sont des adaptations. Pour la grande majorité, il s’agit d’adaptations d’œuvres littéraires (le reste étant constitué d’adaptations d’autres films ou de séries télévisées), comme Jurassic World (Universal, 652 millions de dollars de recettes en salles), Avengers: Age of Ultron (Disney, 460 millions de dollars) ou American Sniper (Warner Bros., 350 millions de dollars). Ainsi, environ la moitié des films les plus rentables que produisent les gros studios hollywoodiens tirent leur scénario d’un livre.

Cette forte représentation des adaptations littéraires parmi les nouveautés cinématographiques se retrouve dans la production indépendante, qui tient également une place très importante dans l’industrie du cinéma à Los Angeles.

Enfin, si tous les genres littéraires sont susceptibles d’être adaptés au cinéma, la télévision semble afficher une nette préférence pour le roman lorsqu’il s’agit de fournir un scénario à des séries. Cela s’explique par la nature du genre romanesque, qui permet de déployer une intrigue complexe dans la durée, en jouant sur les effets de chronologie et de temporalité de manière originale. La structure diffractée de la série télévisée renoue avec l’ancienne segmentation du roman en feuilletons, en profitant à la fois de son étalement dans le temps pour construire une intrigue complexe, et de sa discontinuité pour maintenir éveillée l’attention du spectateur, via des jeux de suspens.

Ainsi, alors que la qualité d’une série télévisée dépend largement du talent de son showrunner, on remarque que nombreuses sont celles dont l’idée originale provient d’un roman, voire d’une série de romans : Dexter (Showtime, 2006-20013) ; Gossip Girl (CW, 2007-2012) ; House of Cards, qui a été d’abord adapté par la BBC (1990), puis plus récemment par Netflix (2013–) ; The Leftovers (HBO, 2014–) que Tom Perrotta, auteur du roman du même titre, a lui-même adapté pour la télévision ; ou bien sûr Game of Thrones (HBO, 2011–).

Diversité des adaptations littéraires

Les adaptations ne touchent pas exclusivement les bestsellers contemporains, mais des types de productions littéraires très divers. Aussi trouve-t-on, parmi les sorties remarquées ou encore attendues en 2015 et 2016, des adaptations :

– De titres à succès publiés récemment dont l’adaptation paraît presque automatique : Les Animaux fantastiques de JK Rowling, La Fille du Train de Paula Hawkins, Fifty Shades of Grey.

– De récits non-fictionnel d’abord relatés dans un livre : American Sniper et Sully de Clint Eastwood où Tom Hanks joue le capitaine de l’avion qui a atterri sur la Hudson River, Snowden où le lanceur d’alerte le plus célèbre du monde est incarné par Joseph Gordon-Lewitt, , The Big Short qui montre sous un angle nouveau la crise financière de 2008, ou encore The Revenant qui a valu à Leonardo Di Caprio son premier Oscar ;

– De classiques de la littérature revisités : Orgueil et Préjugés et Zombies, adaptation du roman de Seth Graham Smith (2009) qui s’inspirait lui-même de l’œuvre de Jane Austen (1817) ;

– D’œuvres marquantes du XXe siècle adaptées pour la première fois : American Pastoral de Philip Roth (1997), Silence de Shusaku Endo (réalisé par Martin Scorsese, dans lequel jouent notamment Andrew Garfield, Adam Driver et Liam Neeson) ;

– De titres déjà passés dans le répertoire cinématographique, mais dont le potentiel semble inépuisable : Le Livre de la Jungle et Cendrillon (Disney), Jurassic World (Universal), James Bond : Spectre (Sony/Columbia), et bien sûr les adaptations des comics Marvel chez Disney (Captain America, Ant Man, Avengers) et DC chez Warner Bros. (Batman v. Superman, Suicide Squad).

Une opportunité pour la France

Cette tendance ne se limite pas aux productions hollywoodiennes et aux livres anglo-saxons. En 2015, l’Américain Mark Osborne a réalisé une adaptation du Petit Prince de Saint-Exupéry. Prévue pour 2017, la sortie très attendue (aux États-Unis notamment) du film Valérian, produit par EuropaCorp et réalisé par Luc Besson, reflète encore une fois l’attirance du cinéma pour les contenus narratifs et les univers imaginaires des ouvrages littéraires – dans ce cas la bande dessinée créée par Pierre Christin & Jean-Claude Mézières et publiée chez Dargaud.

Dans ce contexte, la recherche de nouvelles sources d’adaptation est un enjeu majeur des producteurs américains de cinéma et de télévision. L’événement Shoot the Book !, dont la deuxième édition à Los Angeles est organisée les 3 et 4 novembre 2016 par le Bureau des Industries Culturelles et Créatives à l’occasion de l’American Film Market, donnera une visibilité aux plus grandes maisons d’éditions françaises auprès de ces professionnels, en tissant un réseau franco-américain autour des contenus littéraires français.

L’événement est construit autour de séances de pitch et de rendez-vous professionnels entre éditeurs et représentants des différents métiers de l’industrie du film et de la télévision. Soutenue par l’Institut Français, cette initiative collective des éditeurs réunis au sein de la SCELF et du BIEF devrait créer des opportunités favorables pour l’exportation commerciale et l’adaptation audiovisuelle de la littérature contemporaine française.

Séverine Madinier, Antonia Rigaud, Anne-Sophie Simenel


Il y a une réaction sur cet article, réagissez!

Une Réaction

1 - Shoot the Book! au Festival International du Film de Toronto, deuxième prise « Mediamerica | 03.10.16

[…] pour la deuxième fois aux États-Unis, à l’occasion de l’American Film Market (lire Les adaptations littéraires se poursuivent à un rythme très soutenu dans la production hollywoodi…) […]


Votre Réaction





*

Copiez le code de sécurité dans le champ de droite


* Champ obligatoire