Cinéma

Les femmes réalisatrices et la diversification des publics à l’honneur de la 12ème édition de Films on the Green à New York

Date: 15/10/2019

Riverside Park, NY

Films on the Green est le festival de film français et francophones présentés gratuitement et en plein air dans les parcs de New York par les services culturels de l’Ambassade de France aux Etats-Unis, la Fondation FACE et le département des parcs de la ville de New York. Cet événement hors-les-murs, rassemble de nombreux partenaires locaux et représentations étrangères à New York, et permet de toucher un public socialement et culturellement varié.

Financé à cent pour cent par du mécénat et des levées de fonds, le festival a attiré cette année près de 7000 personnes lors de 13 projections, confirmant son caractère populaire et communautaire.


1/ “Les femmes derrière la caméra” : les réalisatrices à l’honneur de cette 12ème édition

En 2019, 13 projections ont été organisées dans 9 lieux différents. Avec une thématique mettant en avant les réalisatrices, emblématiques et émergentes, la programmation a permis de faire découvrir la richesse et la variété du cinéma francophone, et de rassembler de nombreux partenaires et sponsors autour de cet évènement estival (Air France, JC Decaux, BNP Paribas, TV5 Monde, le CHANEL Fund for Women in the Arts and Culture, agnès b., Sézane, FF2 Media, Maman NYC, etc.). Cette 12ème édition, dédiée à la mémoire d’Agnès Varda, a été lancée le 31 mai par une réception organisée dans les locaux des services culturels.

La programmation 2019 :
31 mai – Central Park: Coco avant Chanel d’Anne Fontaine
7 juin- Washington Sq. Park: Et maintenant on va où ? de Nadine Labaki
14 juin – Washington Sq. Park: Pupille de Jeanne Herry
21 juin – Transmitter Park, Brooklyn: Diabolo Menthe de Diane Kurys
28 juin – Transmitter Park: Mustang de Deniz Gamze Ergüven
5 juillet – Tompkins Sq. Park: Tomboy de Céline Sciamma
11 juillet – J. Hood Wright Park : Les drôles de poissons-chats de Claudia Sainte-Luce
12 juillet – Tompkins Sq. Park: Aya de Yopougon de Marguerite Abouet & Clément Oubrerie
19 juillet – Riverside Park: Brodeuses d’Eléonore Faucher
26 juillet – Riverside Park: Chocolat de Claire Denis
31 août – Fort Lee, New Jersey: Jacquot de Nantes d’Agnès Varda, précédé par Matrimony’s Speed Limit d’Alice Guy-Blaché
3 sept. – Columbia University: Olivia de Jacqueline Audry
7 sept. – Minuscule, la vallée des fourmis perdues de Hélène Giraud & Thomas Szabo (prévue le 10 juin mais reportée pour cause d’intempéries)

2/ Un festival hors-les-murs et itinérant, levier de développement des nouveaux publics

Renouvellement et diversification des publics : une audience en hausse

Au total, malgré une projection reportée deux fois pour cause de mauvais temps, ce sont près de 7000 personnes qui sont venues assister aux 13 projections (+11% par rapport à l’édition 2018).

Après un développement réussi ces dernières années vers un public plus jeune et étudiant – en témoignent les partenariats à long terme avec la Maison Française de l’Université de Columbia et les radios étudiantes de NYU et de Hunter College –, les services culturels de l’Ambassade de France ont souhaité continuer à diversifier son audience en touchant les publics francophones, hispanophones et communautaires locaux.

Plusieurs partenariats ont été mis en place pour promouvoir et décupler les efforts de communication autour de la programmation vers des publics communautaires cibles. Le festival s’est associé avec le Consulat Général du Liban à New York pour promouvoir le film franco-libanais Et maintenant on va où ?, avec le Consulat Général de Côte d’Ivoire à New York et le African Film Festival pour promouvoir le film d’animation Aya de Yop City, avec la Turkish American Society pour le film Mustang, et avec l’Institut culturel mexicain de New York, l’Institut Cervantes, Cinema Tropical et l’association Mano a Mano: Mexican Culture without Borders pour présenter le film franco-mexicain Les drôles de poissons-chats dans le quartier hispanophone de Washington Heights.

Pour la deuxième année consécutive, une projection a eu lieu dans le New Jersey, à Fort Lee, en partenariat avec la Commission du Film de la ville. Une opportunité pour les services culturels d’étendre leur action dans le New Jersey et de tisser des liens forts avec cette ville qui ouvrira en 2019 une nouvelle salle art-et-essai, le Barrymore Film Center, et qui sera l’occasion d’intensifier l’offre de cinéma dans cet état.

Enfin pour la première fois cette année, le festival s’est associé à une école publique américaine, PS110 The Monitor School, pour proposer une projection en plein air d’un film jeune public. Cette action s’inscrit dans le cadre de l’action au public scolaire et en particulier Cineschool, et vient soutenir les programmes d’éducation bilingue soutenu et développé par l’Ambassade de France aux Etats-Unis.

Une campagne de communication hors-les-murs et sur les réseaux sociaux

Dans la continuité des objectifs d’élargissement du public, le festival a poursuivi son investissement sur les réseaux sociaux. L’engouement et la fidélité du public de Films on the Green s’est traduit par une augmentation du nombre de fans de 68% sur Instagram, 30% sur Facebook et 14% sur Twitter. Sur Facebook, on note que la plus grande partie des fans ont entre 25 et 34 ans (30%) et sont majoritairement des femmes (73%).

En plus des partenariats de communication mis en place avec les différents partenaires du festival, via leur site internet, réseaux sociaux et newsletters, une série de vidéos réalisées par plusieurs réalisatrices (Anne Fontaine, Héléne Giraud, Diane Kurys, Marguerite Abouet et Eléonore Faucher) est venue soutenir la programmation annuelle.

La stratégie de communication a profité d’un partenariat média renforcé avec TV5Monde avec une publicité dans les magazines estivaux de juin et juillet et un spot télévisé diffusé sur la chaine Voyage pendant le mois de juin dans 621 hôtels aux Etats-Unis (720 spots au total). Le renouvellement du partenariat avec JC Decaux a permis d’afficher 55 posters du festival dans les abris bus de la ville, proche des lieux de projections.

Face à la multiplication des projections gratuites en plein air dans les parcs de New York à la belle saison, Films on the Green se démarque par son côté itinérant, une programmation originale, et sa capacité d’innover qui se traduit chaque année par de nouveaux partenaires locaux.

Les services culturels poursuivent aussi à travers le festival leur ambition de renouvellement des publics en investissant de nouveaux espaces urbains et en rassemblant de nouvelles communautés linguistiques ou culturelles, ce qui fait aussi de Films on the Green un événement hors-les-murs très attractif pour nos partenaires et sponsors.

Nathalie Charles, chargée de mission, Festival Films on the Green


Il n'y a pas encore de réaction sur cet article, réagissez!

Votre Réaction





*

Copiez le code de sécurité dans le champ de droite


* Champ obligatoire