Cinéma

Les Oscars de la diversité culturelle

Date: 20/03/2003


Adrian Brody dans "Le Pianiste"

Adrian Brody dans "Le Pianiste"

C’est le comique Steve Martin qui animait la soirée des Oscars sur ABC, diffuseur exclusif de la cérémonie dimanche 23 mars en direct du Kodak Theater. A l’entendre, la 75ème édition des Oscars allait offrir un fidèle reflet de la diversité «made in Hollywood» : des «hétéros» et des «gays», – des grands et des petits, – des gros et des «sacs d’os» (sic), – des démocrates et … des «sacs d’os» (re-sic).

Malgré tout, la soirée ne devait pas être tout à fait dans la tradition. Pas de tapis rouge, pas de concours d’élégance entre stars, presque tout le monde en noir, et la Guerre en Irak en toile de fond. Le centre du monde n’était pas sur Hollywood Boulevard ce soir-là. Et si les remerciements n’avaient pas tous la véhémence des déclarations de Michael Moore, Oscar du documentaire pour «Bowling for Columbine», tous ceux qui se sont exprimés ont parlé au nom de la paix, et pour souhaiter un retour rapide des «boys».

Le palmarès sera à l’image de cette diversité. Meilleur scénario : « Parle avec elle» de l’Espagnol Almodovar. Meilleure actrice : l’Australienne Nicole Kidman pour «The Hours».

Les six Oscars de « Chicago » (meilleur film, second rôle féminin, décors, montage, son, costumes), consacrent l’audace du mini-studio Miramax qui n’aura en revanche rien emporté pour «Gangs of New York» de Martin Scorsese.

Et, en définitive, le grand vainqueur de la soirée aura été un absent : Roman Polanski (meilleur réalisateur) pour «Le Pianiste», distingué par deux autres statuettes (meilleur acteur Adrien Brody et meilleure adaptation Ronald Harwood). Polanski, toujours sous le coup de poursuites pour «relations sexuelles illicites avec une mineure» depuis 1977 n’avait pas effectué le déplacement. Mais le réalisateur franco-polonais a été ovationné par la salle. Le succès de ce film, tourné à Babelsberg et en Pologne, en langue anglaise, est un peu celui de la diversité culturelle «made in France». C’est aussi la deuxième année consécutive où la chaîne publique France 2, coproductrice du «Pianiste», partage une récompense hollywoodienne. L’an passé, c’était pour «Un Coupable Idéal», distingué par l’Oscar du Meilleur documentaire.

Voir aussi l’article
Oscars : victoire des indépendants

Martin EVEN


Il n'y a pas encore de réaction sur cet article, réagissez!

Votre Réaction





*

Copiez le code de sécurité dans le champ de droite


* Champ obligatoire