Cinéma

Semaine Cahiers du Cinéma à New York et Boston – Focus sur Arnaud Desplechin

Date: 20/10/2007


Arnaud Desplechin

Arnaud Desplechin

Après son étape californienne, Jean-Michel Frodon s’est rendu à New York, rejoint par Arnaud Desplechin.

Une carte blanche au réalisateur a été organisée au Museum of Moving Images lui permettant de dévoiler quelques unes de ces influences : Sommarlek d’Ingmar Bergman, Les deux Anglaises et le continent de François Truffaut, Faces de John Cassavetes et Je t’aime je t’aime d’Alain Resnais ont été projetés en regard de 4 de ses films.

Plus tôt dans la semaine, le réalisateur et Jean-Michel Frodon ont pu aller à la rencontre des étudiants de la New York University, de Columbia et surtout de l’Université de Yale pour une masterclass de très haut niveau dans la classe de Dudley Andrew, professeur d’études cinématographiques.

Le service audiovisuel avait par ailleurs saisi l’occasion de la présence d’Arnaud Desplechin à New York pour organiser la première projection américaine de son nouveau film « L’aimée », récemment sélectionné au Festival de Venise. Cette projection dans la très belle salle de la Director’s Guild of America qui a réuni près de 300 spectateurs dont de nombreux professionnels (distributeurs, programmateurs, critiques), ainsi que les projections au Museum of Moving Images ont été l’occasion de vérifier la popularité du cinéaste à New York.

A Boston, ce sont l’Harvard Film Archive (HFA), cinémathèque de la célèbre université et le Museum of Fine Arts (MFA) qui ont organisé les projections de plusieurs des films d’Arnaud Desplechin et deux masterclasses se sont déroulées à Harvard.

Cette manifestation confirme le rôle important des universités américaines comme programmateurs culturels et l’intérêt d’une synergie entre notre action universitaire et artistique. Organisée en étroite relation avec les départements d’études cinématographiques d’Harvard et de Yale, la semaine des Cahiers a en effet permis de toucher, outre le « grand public », un large auditoire d’étudiants non francophones, étudiants qui participeront des élites américaines de demain.

Brigitte Bouvier et Sandrine Butteau


Il n'y a pas encore de réaction sur cet article, réagissez!

Votre Réaction





*

Copiez le code de sécurité dans le champ de droite


* Champ obligatoire