Jeux Vidéo

Bilan du salon E3 2011

Date: 14/06/2011



E3 2011

La grand-messe du jeu vidéo, le salon E3, a cette année encore fait converger professionnels et journalistes vers Los Angeles pour prendre le pouls d’un secteur devenu, en quelques années, un acteur majeur de l’industrie culturelle.


Les nouveautés de cette édition 2011

Les trois mastodontes constructeurs de consoles de jeu, Microsoft, Sony et Nintendo, n’ont pas dérogé à la règle et ont une nouvelle fois présenté lors de conférences de presse géantes des innovations destinées à tirer vers le haut des ventes en baisse globale sur la dernière année.

Microsoft, qui avait fait sensation l’année passée avec son système de jeu sans manette « Kinect », a ouvert le bal lundi 6 Juin. La firme de Redmond, qui a écoulé plus de 10 millions d’unités du dispositif en un an, compte creuser son avantage en ajoutant au mouvement la reconnaissance vocale. Le constructeur compte associer des options Kinect à un plus grand nombre de titres sur sa console Xbox 360  et attirer ainsi plus de joueurs aguerris vers sa nouvelle technologie, déjà populaire parmi les joueurs occasionnels.

Son principal concurrent, Sony, a quant à lui dévoilé une nouvelle console portable, la PSVita, destinée à succéder à la PSP. Dotée d’un écran tactile et de connectivités Wifi et/ou 3G, ce nouvel appareil tente de surfer sur la vague des tablettes telles que l’iPad, tout en conservant la clientèle de joueurs déjà acquis à la PSP.

L’autre Japonais, Nintendo, qui a dominé le marché avec sa Wii ces dernières années, mais dont les ventes s’essoufflent, a présenté son nouvel appareil, la Wii U. Dotée elle aussi d’une manette avec écran tactile et affichant des images haute définition, elle devrait permettre au constructeur de rééditer le succès enregistré avec sa console précédente, vendue à plus de 86 millions d’exemplaires.


Une industrie en transition

Le salon est cette année marqué par un changement de cap chez constructeurs et éditeurs. Si les mentions aux « familles » et à des cercles de joueurs « élargis » se poursuivent, c’est bien vers leur cible cœur de joueurs expérimentés, délaissés ces dernières années aux profits des joueurs novices, que les professionnels du jeu vidéo ont orienté leurs présentations.

La clientèle de joueurs occasionnels, plus âgés et friands de jeux conviviaux et relativement simples qui avaient, ces dernières années, alimenté la croissance des ventes de consoles et de jeux, se tourne désormais vers les jeux disponibles sur smartphones (comme le très populaire Angry Birds de Mobile Gaming sur iPhone) ou sur réseaux communautaires (tel FarmVille de Zynga et ses 82 millions d’utilisateurs sur Facebook).

Les acteurs traditionnels tentent donc de reconquérir le public qui les suit depuis leurs débuts en retravaillant des titres au succès éprouvé ou en donnant des suites à leurs franchises les plus populaires. Ont donc déferlé sur le salon des présentations  telles que celle de la dernière édition de la saga Tomb Raider (Square Enix et Crystal Dynamics) ou des versions réactualisées de titres historiques comme Metal Gear Solid ou Silent Hill (Konami).


Les Français prennent eux aussi le tournant

En pointe sur le marché, les entreprises françaises ont, elles aussi, bien compris où se trouvaient les nouveaux relais de croissance.

Le leader mondial de l’édition de jeux vidéo, Activision-Bilzzard, filiale à 60% de Vivendi, a lancé un nouvel épisode de sa série à succès Call of Duty, hautement chargé en hémoglobine. De même, l’autre poids lourds français, Ubisoft, a présenté en grande pompe le dernier né de sa franchise Tom Clancy, destiné lui aussi à courtiser ce public jeune et masculin traditionnel.
A côté de ces grands groupes, de nombreuses PME françaises innovantes étaient réunies sous un pavillon français mené par Ubifrance, agence française pour le développement du commerce international, Invest in France, structure qui facilite l’investissement international en France, et le Syndicat National du Jeu Vidéo (SNJV). Les entreprises représentées (Bug Tracker, Bulkypix, Dynamixyz, Epawn, Lexis Numerique, Nemopolis, Playsoft, SDP Games, Takeoff, Voxler et Wizardbox) ont eu l’occasion de présenter leurs produits aux professionnels du monde entier. Prestataires de services pour les grands groupes du secteur ou jeunes développeurs porteurs de technologies nouvelles, leur présence sur le salon a aidé à renforcer leur position déjà établie sur la scène internationale.


Tom Schembri


Il y a une réaction sur cet article, réagissez!

Une Réaction

1 - Geoffroy DE NANTEUIL | 14.06.11

Pour ceux que l’Industrie du Jeu Vidéo intéresse, j’en ai réalisé une Etude Stratégique téléchargeable gratuitement sur Scribd http://www.scribd.com/doc/57848665/Analyse-et-Etude-Strategique-de-l-Industrie-du-Jeu-Video
Bonne lecture


Votre Réaction





*

Copiez le code de sécurité dans le champ de droite


* Champ obligatoire