Musique

Alerte, Pirates !

Date: 10/10/2003

Le téléchargement illégal d’œuvres musicales par les particuliers sur Internet défraie la chronique en cette rentrée 2003. Peu de temps après avoir annoncé que l’industrie du disque US avait perdu près de 10% de ventes en volume en 2002 (moins 26% entre 1999 et 2002), notamment à cause de la piraterie sur Internet, la RIAA (Recording Industry Association of America) attaque les utilisateurs de programmes de partage de fichiers en Peer to Peer (KaZaa, Edonkey…). 261 particuliers ont été poursuivis en septembre 2003 pour violation des droits du copyright. La plupart des familles accusées ont préféré verser 2.000 dollars pour mettre fin aux poursuites engagées contre elles, tant le montant des dommages et intérêts pour violation du copyright pouvait atteindre des sommes astronomiques.

La méthode employée par le RIAA, à savoir poursuivre les utilisateurs eux mêmes (et donc ses propres clients) plutôt que les systèmes d’échanges, témoigne de la grande incertitude qui règne aux Etats Unis sur cette question. Techniquement, les noms des “pirates” sont livrés par les Fournisseurs d’Accès à Internet (FAI), qui eux seuls peuvent contrôler exactement quels types de fichiers circulent sur les ordinateurs de leurs clients. La plupart des FAI haut débit (BellSouth, EarthLink, Time Warner Cable, Verizon) ont accepté de donner ces noms, excepté SBS Communications (qui compte près de 3 millions de clients à son service Internet haut débit).

La situation est alarmante : chaque mois, sont échangés près de 2.6 milliards de fichiers numériques protégés (des chansons pour la plupart). Même si, d’après NPD Group, seulement 8% des utilisateurs de Peer to Peer possèdent 60% de la totalité des fichiers musicaux numériques disponibles (plus de 1000 titres chacun), ils représentent néanmoins 3.2 millions d’utilisateurs ….

C’est contre une véritable “culture du gratuit” sur Internet que les professionnels du disque essaient d’intervenir.

Le marché en est imprégné: les FAI vendent des accès au haut débit en promettant un téléchargement rapide et illimité de MP3, les constructeurs d’électronique vendent des graveurs de CD, des lecteurs MP3 portables, et les programmes de Peer to Peer des solutions encore plus simples et rapides pour télécharger gratuitement des fichiers protégés…

L’objectif de la RIAA est de faire prendre conscience de l’illégalité et du risque maintenant encouru par le téléchargement et/ou de la mise à disposition de chansons non libres de droits. La RIAA appelle notamment les parents à une plus grande vigilance quant à l’utilisation de l’Internet par leurs enfants.

La France résistait mieux, le marché du disque français était le seul marché mondial en progression en 2002 mais : la baisse de 11.4% en valeur pour le premier semestre 2003, constaté par le Syndicat National d’Edition Phonographique, confirme la tendance mondiale. Le lien étroit existant entre l’équipement en haut débit des ménages et la baisse du marché du disque indique clairement que le marché français sera confronté aux mêmes problèmes que le marché américain.

En partenariat avec le Bureau Export de la Musique, l’Ambassade de France aux Etats Unis prépare un plan de coopération franco-américain sur le thème de l’“antipiraterie”, avec des professionnels des deux nationalités. Le premier volet de ce plan serait consacré à la musique sur Internet, en raison de l’ampleur de la situation. Un deuxième et un troisième volet seront consacrés au piratage des films et au piratage de l’accès aux Pay TV.

A savoir :

– Le téléchargement de MP3 aurait coûté 7 milliards USD à l’industrie musicale mondiale en deux ans (Sony Corp.)

– Chaque semaine, 3 millions de personnes téléchargent le logiciel Kazaa (du 28/08/03 au 03/09/03, selon CNETNetworks).

– Kazaa serait le logiciel le plus téléchargé du monde (270 millions de téléchargements depuis avril 2000).

– L’échange de fichiers (Peer to Peer) représente 50 à 80% du trafic de la plupart des FAI. (Jupiter Research).

– Les récentes attaquent de la RIAA porteraient leurs fruits : Nielsen/NetRatings constate une baisse de l’utilisation de Kazaa de 41% entre le 29 juin et le 29 septembre 2003.

Thibault de Broissia


Il n'y a pas encore de réaction sur cet article, réagissez!

Votre Réaction





*

Copiez le code de sécurité dans le champ de droite


* Champ obligatoire