Anti-Piraterie

La MPAA à l’assaut des pirates

Date: 15/01/2005

Le président de la Motion Picture Association of America, Dan Glickman, a annoncé lui-même lors d’une conférence de presse le lancement de procédures civiles à l’encontre les administrateurs de serveurs abritant les réseaux Bittorent, E-donkey et DirectConnect.

Trois exemples de la nouvelle génération d’échanges de fichiers Peer to Peer qui ont proliféré ces toutes dernières années, ces opérateurs ont aidé les pirates on line à s’approprier des centaines de millions de copies illicites de films et de programmes TV.

Ces procédures se manifestent aux Etats-Unis et en Grande Bretagne et la MPAA a annoncé que la Finlande, la France et les Pays Bas avaient également engagé des actions à partir d’informations communiquées par des ayants-droit et leurs représentants.

– Dan Glickman : “Ces démarches ne visent pas seulement à protéger la création et la propriété intellectuelle, mais contribuent à forger les bases d’un marché de téléchargement électronique licite pour la distribution de films”. Plusieurs partenaires de sociétés High Tech spécialisées dans la surveillance des réseaux et la diffusion des produits en ligne ont d’ailleurs attesté du fait que les prises de position de la MPAA n’étaient pas “anti-technologiques”, mais favorables à l’accès du consommateur à des films de qualité en ligne, grâce par exemple à Movielink, Cinemanow ou Moviebeam.

– John Malcoln, directeur de l’antipiraterie de la MPAA a prévenu : “les opérateurs tels Edonkey ou DirectConnect ont le contrôle absolu sur ce qui peut être on non échangé sur leurs serveurs. S’ils peuvent choisir de ne pas faire circuler de la pornographie, ils n’ont pas les mêmes réserves à l’égard des fichiers illégaux de films protégés. Nous allons arrêter ça et notre message est clair : (où que vous soyez) nous pouvons vous trouver et nous vous rendrons comptables de ces activités illégales”.

– “Interpol est habilité à combattre tous les modes de piraterie et de contrefaçon”, a ajouté John Newton de l’Unité Criminelle chargée de la propriété intellectuelle à Interpol. “Nous soutenons les activités entreprises aujourd’hui par la MPA et les tribunaux compétents dans le monde entier pour combattre cette forme de criminalité”.

– Invité également pour l’occasion, Jean-François Boittin, Ministre Conseiller économique et commercial à l’Ambassade de France, a marqué le soutien des autorités françaises à la lutte contre la piraterie audiovisuelle. Il a rappelé les participations de la MPAA au Festival de Cannes 2003 et 2004 et aux Rencontres de l’ARP à Beaune en 2004, premier déplacement international de Dan Glickman après sa nomination, citant également un message de Président de la République : “C’est un combat juste, car c’est un combat pour les artistes, pour la création, pour la diversité culturelle”.

Les faits : l’industrie du film aura perdu 3.5 milliards de dollars cette année, sans compter les pertes dues à l’échange illégal de fichiers online. Selon une étude de Smith Barney, ce chiffre devrait atteindre 5.4 milliards l’an prochain. 60% de l’ensemble des films ne retrouvent jamais leur investissement en production et marketing / distribution. Un rapport cité par le New York Times évalue à 23 milliards de dollars le trafic de produits contrefaits (de toute nature) dans la seule ville de New York.

Patrick RENAULT
Sources: Mission Economique de Washington
www.respectcopyright.com


Il n'y a pas encore de réaction sur cet article, réagissez!

Votre Réaction





*

Copiez le code de sécurité dans le champ de droite


* Champ obligatoire