Anti-Piraterie

La piraterie encouragée par des sites comme Hulu

Date: 13/04/2011

Selon une récente étude menée par l’entreprise de conseil PricewaterhouseCoopers (PwC), la prolifération des sites comme Hulu, financés grâce à la publicité, favorise la piraterie.

« De tels sites peuvent semer la confusion lorsqu’il s’agit de déterminer quel contenu est illégal, légal, gratuit », est-il expliqué dans l’étude. 70% des gens sondés par PwC et qui admettent télécharger illégalement, disent visionner du contenu légalement sur des sites financés par la publicité.

Le porte-parole d’Hulu a refusé de commenter l’étude qui ne mentionne pourtant pas Hulu directement, mais fait référence à des sites Internet financés grâce à la publicité, sur lesquels on peut visionner des films et des séries.

Pour réaliser cette étude sur le comportement et les habitudes des pirates, PwC a interrogé 202 personnes entre 18 et 59 ans ayant eu recours au téléchargement illégal ces six derniers mois.

Le prix, et l’accès au contenu avant même qu’il soit distribué, constituent les raisons principales pour lesquelles ces « voyous du Net » commettent de tels larcins. Beaucoup admettent qu’ils préfèrent visionner les films et les séries en streaming plutôt que de les télécharger. 81% d’entre eux disent qu’ils continueront à aller sur des sites illégaux lors des six prochains mois.

« Ce type d’étude souligne l’importance de combattre la piraterie, une des préoccupations majeures de l’industrie et plus généralement de l’économie américaine […] Nous avons la chance d’avoir au Congrès, et dans l’administration, des gens informés qui nous soutiennent, afin de protéger les emplois américains contre cette activité illégale, et nous apprécions tout particulièrement le fait qu’ils visent ces sites illégaux qui escroquent leurs visiteurs et viole la propriété intellectuelle », déclare Philippe Dauman, PDG de Viacom.

Viacom fait appel d’une décision de justice rendue l’été dernier, qui rejetait la plainte déposée contre YouTube de Google pour violation de droits d’auteur concernant certaines vidéos postées sur le site. Viacom demande un milliard de dommages et intérêts.

Toujours selon l’étude menée par PwC, les pirates ne sont pas prêts à donner plus de 3 dollars pour visionner un film et 1 dollar pour visionner un épisode de série. En ce qui concerne les films, à ce prix, les pirates considèrent qu’il est normal d’y avoir accès au moins dans le mois qui suit leur sortie en salle.

Ce n’est certainement pas le prix envisagé par les professionnels. Le PDG de Time Warner, Jeff Bewkes, envisage de lancer sur le marché un service Premium de vidéos à la demande sur lequel les films seraient disponibles pour 30 dollars non pas 90 jours après leur sortie mais 60 jours.

Cependant, les commentateurs affirment déjà que « la possibilité d’avoir légalement accès à un film 60 jours (ou même avant) après sa sortie au lieu de 90 jours, ne devrait pas arrêter les pirates ».

Le partage de fichiers reste un des moyens les plus utilisés pour le piratage de films et de séries – 56% des gens interrogés disent avoir déjà utilisé des sites comme RapidShare afin de télécharger du contenu.

L’étude avance que dans le futur, le piratage se fera sur les Smartphones. 40% des pirates interrogés disent qu’ils auront recours aux Smartphones pour pirater dans les six mois à venir.

« Les téléphones portables offrent une grande liberté – partout, tout le temps –, permettent d’explorer plus et de transformer le temps perdu en divertissement », expliquent les commentateurs. Ces derniers attirent également l’attention sur le fait que puisque la publicité sur les mobiles est mal tolérée, ils pourraient être encore plus tentés par la piraterie évitant ainsi les sites financés par la publicité.

« Le problème de la piraterie ne sera pas résolu en un jour, mais nous continuerons à innover. Et, ce qu’il y a d’encourageant, c’est que même parmi les personnes interrogés – qui ont tous eu recours à la piraterie ces six derniers mois – la plupart ont compris que c’était « mal » de télécharger du contenu sur des sites illégaux ».

Piracy Fog, de Tom Lowry, Variety, 16 février 2011

Laure Dahout


Il n'y a pas encore de réaction sur cet article, réagissez!

Votre Réaction





*

Copiez le code de sécurité dans le champ de droite


* Champ obligatoire