Paysage Audiovisuel

Compte-rendu du Consumer Electronics Show 2019 de Las Vegas

Date: 23/01/2019

Le Consumer Electronics Show (CES) est un salon international et généraliste dédié aux nouvelles technologies à destination du grand public. La 52ème édition de l’événement s’est tenue – comme chaque année – à Las Vegas (Nevada), du 8 au 11 janvier 2019, et a été organisée par l’association professionnelle Consumer Technology Association (CTA). L’événement a rassemblé 4 500 exposants et attiré près de 180 000 visiteurs.

En 2019, le Consumer Electronics Show (CES) a confirmé des tendances déjà visibles les années précédentes comme la prévalence des systèmes d’intelligence artificielle appliquées à la mobilité (notamment à l’automobile), à la médecine et à la vie quotidienne et du déploiement de la 5G et des perspectives de développement dans le marché des objets connectés. Le CES s’affirme également comme un lieu permettant aux tenants d’une régulation a minima du secteur tech d’exposer leur narratif, y compris en l’absence de l’exécutif américain (pour cause de “shutdown”) grâce à la présence en nombre des représentants des grandes entreprises américaines.
 

1) L’édition 2019 du CES a confirmé l’engouement et les attentes des entreprises concernant les avancées technologiques récentes en matière d’intelligence artificielle et de connectivité 5G, les deux thématiques majeures de l’événement cette année. Ainsi, les logiciels et objets intelligents et connectés (véhicules autonomes, assistants virtuels, wearables, etc.) ont dominé un salon qui, de plus en plus, offre également une visibilité à des entreprises positionnées sur les marchés B2B (solutions smart cities, agriculture de précision grâce aux drones, technologies biotech à destination des milieux hospitaliers). En dépit de sa dimension généraliste, on peut relever que le CES s’impose, ces dernières années, comme le salon nord-américain de référence en matière d’automobile, surclassant le salon automobile de Détroit. On notera enfin que les écrans (smartphone pliable de Samsung, téléviseur OLED enroulable de LG) ont retenu l’attention des observateurs.

 

2) La participation des “institutionnels” a été affectée par le shutdown du gouvernement fédéral américain et par les tensions commerciales sino-américaines. Une dizaine d’officiels américains ont été contraints d’annuler leur déplacement au CES, notamment le président de la Federal Communications Commission (FCC) Ajit Pai et la responsable du Department of Transport (DOT) Elaine Chao. Par ailleurs, bien que les entreprises chinoises aient sans doute maintenu leur statut de première délégation d’entreprises étrangères au CES, leur effectif total est en réduction cette année. La baisse de la présence chinoise s’est traduite par l’absence de keynotes de la part de dirigeants d’entreprises chinoises (pour mémoire, Huawei avait fait l’une des principales keynotes l’an dernier) ou bien de grands événements en marge de l’événement (comme Baidu et Alibaba l’avaient fait en 2018). A contrario, les dirigeants de grandes entreprises américaines ont été nombreux à se rendre au CES cette année (Waymo, AT&T, Verizon, Twitter, Nvidia, IBM, Delta, etc.). Côté français la présence institutionnelle a été marquée par la participation du Directeur de l’Institut national de la propriété industrielle (INPI) Pascal Faure et des député(e)s Jean-Michel Mis, Laure de La Raudière, Christine Hennion et Sébastien Huyghe. Présent à distance, le Secrétaire d’Etat au Numérique Mounir Mahjoubi a déambulé “virtuellement” (depuis Paris) sur les stands de la délégation French Tech grâce à un appel en visio opéré par le robot beAm de la startup parisienne Awabot. Le maire de la ville d’Angers Christophe Béchu et le Président de la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME) François Asselin étaient aussi présents.

 

3) S’agissant de la présence française, le nombre d’entreprises françaises participantes a atteint un nombre record, environ 420 (légèrement supérieur à l’année 2018), composé en grande partie des startups présentes à l’Eureka Park (l’espace du CES dédié aux startups). Le pavillon French Tech était incontournable, le plus étendu et accessible à l’entrée de l’Eureka Park. Les deux secteurs dominants étaient ceux de la santé (biotech) et des maisons intelligentes. 57 entreprises françaises ont reçu le CES Innovation Awards et les startups Beenlife et Snips ont reçu le Best of Innovation Awards. La “cacophonie” de l’édition 2018 (avec des pavillons régionaux distincts de la marque French Tech) a été rectifiée avec seulement deux régions non-associées au pavillon French Tech (les 15 startups de la région Grand Est et la quarantaine d’entreprises de la région Auvergne-Rhône-Alpes). Le Commissariat à l’énergie atomique (CEA) disposait également d’un pavillon dédié pour présenter les startups accompagnées par l’institution. Certains groupes français, à l’instar de Dassault Systèmes, offraient un espace à des startups françaises, en plus de leur espace dédié au Las Vegas Convention Center. Par ailleurs, sur le plan événementiel, l’association French Village a organisé une soirée dédiée à la communauté francophone du CES, introduite par un discours du président de la CTA Gary Shapiro qui a salué le dynamisme de la French Tech.

 

Oualid Bachiri
Service Économique Régional de l’Ambassade de France à Washington, frenchtreasuryintheus.org 


Il n'y a pas encore de réaction sur cet article, réagissez!

Votre Réaction





*

Copiez le code de sécurité dans le champ de droite


* Champ obligatoire