Paysage Audiovisuel

Edition parisienne du French-American Digital Lab 2016 : 4 startups américaines à Paris

Date: 25/01/2017

Du 12 au 17 décembre 2016, Paris a accueilli le French-American Digital Lab, un programme pour les startups des industries culturelles et créatives, créé par les Services culturels de l’Ambassade de France à New York et coproduit avec Business France et l’Institut français. Organisé depuis deux ans dans le sens Paris-New York, son inscription dans le cadre du Tandem Paris-New York 2016 a permis l’année dernière à quatre jeunes entrepreneurs américains de présenter et promouvoir leurs projets innovants à la scène tech et culturelle parisienne. Leur séjour a été rythmé de rendez-vous individuels avec les professionnels de leurs secteurs respectifs, de conférences et d’ateliers ainsi que d’événements favorisant la rencontre avec l’écosystème local. Les startups ont ainsi eu une vue d’ensemble de ce que le marché français – et plus largement européen – a de meilleur à offrir aux entrepreneurs.


De gauche à droite : Michael Gold (Holojam), Bradley Baer (Bluecadet), Daphné Lora (Chargée de Mission Numérique – Services Culturels de l’Ambassade de France à New York), Tim Pearce (DreamAI), Marion Thévenot (Chargée de Mission Audiovisuel – Institut français), Dawn Kissi (Emerging Market Media) et Mathieu Fournet (Attaché Audiovisuel – Services Culturels de l’Ambassade de France à New York)

 

4 Américains à Paris

Le quatuor américain a été sélectionné pour ses propositions créatives, que ce soit dans le domaine éducatif, muséal, des médias ou de la réalité virtuelle :
Bluecadet est une compagnie spécialisée dans la mise en place de stratégies d’innovation destinées aux grandes institutions culturelles, aux musées, aux universités et aux organisations à but non-lucratif. Elle leur propose des solutions technologiques pour éduquer, divertir et attirer des nouveaux publics. Son travail a été salué par un Emmy Award.
DreamAI est une plateforme proposant des contenus multiculturels à but éducatif (livres, livres audio, musique et vidéos, films d’animation ou réalité virtuelle), centrée sur la distribution innovante de productions africaines.
Emerging Market Media est une jeune société développant des contenus journalistiques exclusivement issus des pays émergents, en s’appuyant sur des méthodes innovantes et spécialement adaptées à ses clients.
Holojam propose de développer les expériences de réalité virtuelle d’une manière inédite : collective, accessible et abordable.

 

6 jours à la découverte de l’écosystème Parisien

A seulement sept heures de New York – soit autant qu’un vol vers la Silicon Valley – Paris est aujourd’hui la deuxième ville accueillant le plus d’entrepreneurs de la tech en Europe. Une dynamique favorisée par la Ville de Paris très engagée sur le développement de l’attractivité de la capitale pour les startups étrangères. Un soutien qu’ont pu constater d’eux-mêmes les Américains en étant accueillis à l’Hôtel de Ville pour le cocktail d’ouverture du Digital Lab en présence de l’adjoint au Maire chargé des Relations Internationales, des startups françaises sélectionnées les années précédentes (2015 et 2016) et des partenaires du programme.

Séduite par la visite du Cargo, plus grand incubateur d’Europe, entièrement dédié aux industries culturelles et créatives, Dawn Kissi, fondatrice d’Emerging Market Media, pour qui Londres a sérieusement perdu en attractivité depuis le Brexit, s’imagine déjà ouvrir son bureau européen à Paris. Pour accompagner les entrepreneurs dans ce sens, plusieurs sessions du programme avaient pour objectif de leur donner les clés d’une expansion en France réussie : compréhension générale du marché par Business France, dispositifs fiscaux français avec Patrick Maupard (Maupard Fiduciaire), droit d’auteur et propriété intellectuelle avec Olivier Hayat (Hayat Avocat). Cette découverte de l’environnement fiscal et légal français, souvent perçu comme un frein à l’entrepreneuriat, n’a pas découragé Tim Pearce, COO de DreamAI, pour qui “le gouvernement fournit de vraies aides pour l’installation en France” (cf. Christophe Bys, 4 Américains à Paris louent les vertus de l’écosystème numérique tricolore, L’Usine Digitale, 19 Décembre 2016).

Au-delà des conseils d’experts, les entrepreneurs américains ont également pu bénéficier de retour d’expérience de première main. En rencontrant l’un de leur compatriote, Liam Boogar, ex-entrepreneur américain installé en France, qui travaille aujourd’hui pour Algolia, véritable success-story française. Et en échangeant avec Nicolas Meunier, qui après une expérience d’entrepreneur aux US, a décidé de s’établir en France pour créer Talent.io, une startup qui connait aujourd’hui une belle croissance internationale. Pierre-Yves Meerschman (Daphni), Laura Roguet (360 Capital Partners) et Alba Beccaria (Partech Ventures) se sont quant à eux prêtés au jeu des questions-réponses lors d’un panel sur la levée de fonds en France et en Europe.


Michael Gold faisant une démonstration à Liam Boogar (Algolia)

 

Le French-American Digital Lab permet également aux participants de travailler concrètement sur leur projet, notamment lors de l’atelier de stratégie marketing. Accueillis dans les locaux d’Havas pendant une demi-journée, les quatre entrepreneurs ont pu profiter des conseils avisés d’une vingtaine de mentors en provenance de toutes les divisions du groupe. Organisés en petits groupes de travail, ils ont ainsi pu être aiguillés sur la meilleure façon d’adapter leurs produits au consommateur français.

En guise de conclusion de l’atelier, les journalistes Julien Bergounhoux (L’Usine Digitale) et Gabriel Vedrenne (Europe1) sont intervenus pour expliquer la meilleure façon de pitcher un projet innovant à la presse. A l’issue de cette session, les participants se sont rendus sur le campus d’Orange pour une présentation de l’usage du mobile en France et de la division contenu d’Orange animée par Laurence Le Ny, et un échange autour de la Réalité Virtuelle avec les équipes de Morgan Bouchet. Enfin, et toujours avec pour objectif de se familiariser avec l’écosystème tech parisien, les startups ont pu visiter le Google Cultural Institute, lieu de partage avec la communauté culturelle, afin d’étudier l’usage des nouvelles technologies dans le monde de l’art et de détecter les tendances de demain.

Plusieurs événements de networking ont contribué à enrichir cette semaine d’échanges en permettant aux startups américaines de tisser des liens avec l’écosystème entrepreneurial parisien et de pitcher leurs innovations. Ce fut le cas chez Vivendi où David Bitton, Directeur général de MyBestPro, a eu le plaisir de présenter le groupe français, et plus particulièrement Vivendi Village, “qui partage un esprit entrepreneurial d’innovation, comme les startups américaines” (Vivendi Village hosts US-based startups during the French American Digital Lab, Vivendi, 14 Décembre 2016), avant que celles-ci ne pitchent devant plusieurs cadres du groupe.

Les startups ont également été conviées au Grand Prix de l’Innovation aux Docks organisé par Paris&Co, qui leur a permis de découvrir le meilleur de l’innovation française dans tous les domaines. Une séance de pitchs croisés avec les startups du 104factory (l’incubateur du CENTQUATRE-PARIS) a été l’occasion d’échanges fructueux avec des startups françaises travaillant dans les mêmes domaines. L’édition parisienne du Digital Lab s’est clôturée par un Demo Day au BPIfrance Hub ; nouvelle et dernière occasion pour les startups de présenter leurs projets à une  assemblée de professionnels des secteurs de la culture, de la tech et des médias.

Un “Paris” réussi

Cette riche expérience a ouvert de nouvelles perspectives aux startups américaines. Extrêmement satisfait de son expérience et de la dizaine de rendez-vous individuels montés en fonction de ses intérêts, Michael Gold, Directeur général d’Holojam, a confié à la journaliste Iris Maignan de Maddyness : “Les échanges avec les créateurs de contenu et les grandes entreprises comme Orange, Havas et Vivendi ont été extrêmement utiles. J’y ai trouvé un certain nombre de possibilités de partenariats potentiels”(Iris Maignan, Le French-American Digital Lab, une aubaine pour les startups ?, Maddyness, 10 Janvier 2017).  De son côté, Bradley Baer (Directeur de stratégie de Bluecadet) a apprécié travailler avec les équipes des Services culturels de l’Ambassade et de Business France. Ensemble, ils ont identifié plusieurs organisations susceptibles de travailler en étroite collaboration avec la technologie de Bluecadet, et prêtes à l’intégrer dans leurs institutions. Capitale mondiale de la culture, Paris a su satisfaire le jeune entrepreneur et lever ses dernières réserves : “Historiquement, il y a eu quelques hésitations quant au fait d’introduire une offre numérique, surtout dans les musées parisiens les plus conservateurs” (Roberto Torres, Bluecadet is scoping out business opportunities in Paris, Technically, 15 Décembre 2016). Ses échanges avec différents responsables de musées français l’ont rassuré ; il conclut avec optimisme : “Nous sommes confiants dans le fait que notre technologie sera bientôt aussi répandue dans les musées en France qu’elle l’est au travers des États-Unis”. Seul regret des participants après cette semaine de formation intense : ils n’ont pas eu assez de temps pour profiter de Paris. Ils promettent de revenir et ce sera, nous l’espérons, pour s’y installer durablement.


De gauche à droite : Mathieu Fournet, Daphné Lora, Dawn Kissi, Marion Thévenot, Michael Gold et Tim Pearce

Les Services Culturels de l’Ambassade de France à New York


Il n'y a pas encore de réaction sur cet article, réagissez!

Votre Réaction





*

Copiez le code de sécurité dans le champ de droite


* Champ obligatoire