Paysage Audiovisuel

Frédéric Montagnon, cofondateur de la plateforme d’hébergement OverBlog, à New York

Date: 06/12/2013

“Les réseaux sociaux n’ont pas pris la place des blogs”

INTERVIEW – Frédéric Montagnon, cofondateur de la plateforme d’hébergement OverBlog, nous explique pourquoi les blogs sont toujours à la mode, malgré le développement des réseaux sociaux.

Pour les non-initiés, qu’est-ce qu’OverBlog ?

OverBlog est une entreprise que j’ai cofondée avec Julien Romanetto, en 2004. C’est une plateforme qui donne la possibilité aux internautes de publier de l’information en ligne. Nous offrons la parole à qui souhaite la prendre, pour partager des opinions et des passions. Notre modèle économique reste original encore aujourd’hui : nous partageons nos revenus avec les utilisateurs qui écrivent. Nous reversons les droits d’auteur aux personnes qui sont abonnées chez nous et qui publient du contenu.

L’accord économique signé avec TF1 est-il terminé ?

Nous avons signé un accord important avec TF1 en 2006 car ils étaient entrés dans notre capital. Cela nous a beaucoup aidés à comprendre le marché des médias. Et à comprendre comment se structure le marché de la publicité et comment on peut servir à l’annonceur. TF1 est toujours au capital mais ne joue plus le rôle de régie. Désormais on se sert un peu partout sur le marché. En 2010, nous avons fusionné cette société avec Ebuzzing, pour former un groupe unique. Ils font une partie de l’inventaire publicitaire. Ensuite, nous nous servons de liens sponsorisés, d’affiliation… Bref de tous les moyens qui permettent de monétiser l’audience.

Avez-vous beaucoup d’utilisateurs ?

Nous touchons aujourd’hui 35 millions de personnes dans le monde dont 2 millions aux Etats-Unis. La majorité de notre audience est réalisée par des personnes qui touchent des droits d’auteur. En termes de pages vues quotidiennement, nous sommes entre 15 et 20 millions.

Les blogs reviennent-ils au goût du jour ? Il semblerait que les internautes privilégient les réseaux sociaux pour discuter et échanger…

Cela n’a jamais été un outil conçu “pour tous”. Il faut quand même avoir des choses à raconter. Les réseaux sociaux ont simplement permis à des gens qui ne voulaient pas structurer leur contenu de tout de même pouvoir échanger avec des personnes avec lesquelles ils étaient connectés. Les internautes qui réussissent chez nous sont des personnes qui savent “faire” de l’image, de la vidéo ou du texte. Donc il faut quand même avoir un minimum de talent et d’expertise. Mais pour répondre à votre question, les réseaux sociaux n’ont pas pris la place des blogs. Ils jouent même le rôle de relais de croissance, car ils sont une source de diffusion supplémentaire.

Comment recrutez-vous vos blogueurs, justement ?

Ce sont les internautes qui viennent à nous, parce qu’ils commencent à connaître la plateforme. Contrairement à un Tumblr, qui est une plateforme qui répète du contenu, Over- Blog propose du contenu original.

Vous êtes une entreprise française. Que faites-vous donc désormais à New York ?

Nous avons deux missions. D’abord, mieux comprendre le marché. On peut dire ce qu’on veut, mais il y a beaucoup de tendances qui se créent sur outre- Atlantique. Il y a beaucoup de budgets investis à New York et un grand nombre de start-up sur des phases de démarrage, et beaucoup moins de sociétés matures comme en Californie. Ensuite, il y a un avantage énorme à être dans cette ville : nous sommes au croisement des médias, des marques, du monde de la finance et des start-up technologiques. Ce mélange est très intéressant.

Qu’est-ce que les médias américains apportent à Overblog ?

Les médias américains, en particulier dans l’univers tech, sont suivis par le monde entier. Quand on a une couverture sur un média US, on sait que l’on s’adresse au monde entier. Quand nous avons relancé Overblog, l’année dernière, nous avons fait le lancement à New York. Et on a eu une couverture américaine qui a eu des répercussions partout dans le monde.

Outre les Etats-Unis, visez-vous d’autres pays ?

Notre développement en Europe s’est fait petit à petit. On pense que nous avons l’opportunité de se créer une audience globale en étant à New York. Dans les étapes à venir, nous réfléchissons à transformer notre modèle de distribution de manière à ce que l’on puisse accélérer notre croissance. On se dit qu’en utilisant un peu plus nos utilisateurs comme des ambassadeurs, un peu partout dans le monde, il y a quelque chose d’intéressant à construire.

Propos recueillis par Sandra Muller, correspondante à New York de La Lettre de l’Audiovisuel.

La Lettre de l’Audiovisuel est accessible par abonnements uniquement. Pour plus d’information : sandramullernyc@gmail.com. Pour consulter quelques articles : lettreaudiovisuel.com.


Il y a une réaction sur cet article, réagissez!

Une Réaction

1 - Jan | 06.12.13

bon jeux graphisme pas trop mal,un gaaeplmy un peut dans le meame style que VVVVVV,seul petit de9faut c est la musique qui fait vitte fait d avoir mal e0 la teate,cordialement 😉


Votre Réaction





*

Copiez le code de sécurité dans le champ de droite


* Champ obligatoire