Internet

Quel avenir pour Facebook après son entrée en bourse ?

Date: 21/02/2012

Après des mois de spéculation, Facebook a finalement effectué, le 1 février 2012, la première démarche visant à son entrée en bourse. La compagnie devrait donc proposer le montant record de 5 milliards de dollars de titres au début du mois de mai. Peu après la déclaration, les journalistes ont commencé à analyser le document de 150 pages déposé par Facebook auprès des autorités compétentes, à la recherche d’éléments sur les performances de Facebook au cours des dernières années et des projets à venir.

Le dossier montre que la croissance des utilisateurs, et par conséquent le chiffre d’affaire, ralentissent progressivement. Même si l’entreprise a enregistré une croissance notable entre 2010 et 2011, soit 88% (amenant pour la première fois le revenu net à 1 milliard de dollars), l’augmentation du chiffre d’affaire était de 154% entre 2009 et 2010. De la même façon, le nombre d’utilisateurs actifs dans le monde a augmenté de 48% entre décembre 2010 et 2011, contre une hausse de 77% entre 2009 et 2010. La croissance est donc en train de ralentir, et les médias se demandent quel impact cela pourra avoir sur Facebook quand la société sera cotée en bourse. L’objectif de la société sera dès lors de satisfaire ses investisseurs pour lesquels la hausse du chiffre d’affaire et des bénéfices sera primordiale.

Facebook doit trouver les moyens de relancer l’augmentation du nombre d’utilisateurs et les propositions dans ce sens se sont multipliées récemment. Foad Fadaghi de Telsyte (société d’analyse technologique) a suggéré par exemple que Facebook propose une option ‘premium’ payante, avec plus de publicités pour l’option gratuite, comme c’est le cas pour Pandora ou Hulu. Ce modèle semble peu réaliste, car Facebook offre uniquement une façon de rester en contact et non une bibliothèque de contenu généralement payant. D’autre part, selon une enquête du American Consumer Satisfaction Index, le site a déjà un taux de satisfaction très bas, et d’après Insight Strategy Group, 64% des utilisateurs détestent la publicité ciblée.

Kit Eaton de Fast Company (publication spécialisée sur le monde de l’entreprise innovante) pense quant à lui qu’une augmentation de la quantité de publicités aura un impact négatif sur l’innovation et l’expérimentation. D’après un récent sondage Sophos, les utilisateurs de Facebook n’aiment pas le changement : seulement 8% d’entre eux apprécient la nouvelle apparence de Facebook et 1/3 se demandent pourquoi ils utilisent encore ce réseau social.

Facebook qui arrive dans un marché à maturité doit trouver de nouveaux canaux d’utilisation pour maintenir sa croissance.

Sonia Droulhiole


Il n'y a pas encore de réaction sur cet article, réagissez!

Votre Réaction





*

Copiez le code de sécurité dans le champ de droite


* Champ obligatoire