Paysage Audiovisuel

Interview de Tim Armstrong, CEO d’AOL: acquisition du Huffington Post et licenciements

Date: 15/04/2011

Au cours de la conférence Digital Hollywood NYC qui s’est déroulée a New York les 9 et 10 mars derniers, Tim Armstrong a donné une interview à BusinessWeek. Au programme, la récente acquisition du Huffington Post par le groupe dirigé par Tim Armstrong et l’annonce du licenciement de près de 20% des effectifs d’AOL qui compte, à ce jour, 5000 employés.

Concernant l’acquisition du Huffington Post, Tim Armstrong a notamment mis en avant son désir de transformer AOL en une vraie société du web, ce qu’il avait déjà commencé à faire, explique-t-il, en remplaçant un grand nombre d’éditorialistes du groupe par des ingénieurs. Quand Armstrong a pris la tête de la compagnie, il y a deux ans, celle-ci comptait deux fois plus d’employés qu’aujourd’hui et ingénieurs et éditorialistes étaient aussi nombreux : « ce n’était pas une société de l’Internet ».

Les licenciements annoncés récemment vont dans le même sens : il s’agit pour lui de recentrer la stratégie du groupe et d’éviter de dupliquer les tâches avec les employés du Huffington Post, de TechCrunch et autres acquisitions récentes du groupe. Il annonce notamment que le groupe devrait, à l’avenir, s’appuyer plus sur ses propres journalistes que sur des freelancers. Aux critiques concernant le service Seed, accusé par certains d’être une content farm (Voir l’article : Les leçons à tirer des content farms), il répond que son objectif est de créer du contenu qui touche les gens. Mais il recherche également du « bon contenu » et trouve injuste que le groupe soit critiqué sur ce point. D’ailleurs, il met en garde contre le fait de se concentrer uniquement sur ce que les gens recherchent sur Internet : « En faisant cela, on passe à côté d’une partie importante du contenu. Par exemple, les gens ne tapent pas ‘Lybie’ dans leur moteur de recherche ».

Tim Armstrong se montre globalement positif en ce qui concerne la santé et l’avenir de son groupe. Il affirme que le trafic est resté stable ou a augmenté, selon les sites, depuis son arrivée et prévoit que son chiffre d’affaires lié à la publicité devrait bientôt afficher une croissance à deux chiffres.

Aux critiques concernant le modèle économique du Huffington Post, dont de nombreux rédacteurs ne sont pas payés, il répond que ce modèle est durable et juste. Selon lui, le Huffington Post ne paie pas pour les tribunes, mais il paie pour les articles de journalistes. Il permet à des personnalités de faire partie du monde des médias et d’écrire pour ce monde : « Pour ces gens-là, il est plus important d’exprimer leurs idées que d’être payés », affirme-t-il.

Géraldine Durand


Il n'y a pas encore de réaction sur cet article, réagissez!

Votre Réaction





*

Copiez le code de sécurité dans le champ de droite


* Champ obligatoire