Lecture Numerique

Avantages et inconvénients des copies électroniques de journaux

Date: 25/06/2010

Si la circulation des journaux en version papier est en chute libre, celle des copies en version électronique est, elle, en constante progression. Ce qui ne fait pas le bonheur de tout le monde.

Commençons par les bonnes nouvelles. Au mois de mars, 415 journaux ont livré 2.6 millions de copies électroniques, soit une hausse de 78% par rapport à l’année passée où 303 journaux distribuaient 1.4 millions d’exemplaires numériques, selon l’Audit Bureau of Circulations.

La hausse des abonnements s’explique en partie par la conversion des magazines éducatifs à des formats électroniques. Les écoles, qui recevaient jadis des piles de journaux, peuvent désormais y accéder en ligne.

Cette forte croissance des copies numériques inquiète cependant certains annonceurs qui s’interrogent sur leur valeur et soulignent qu’il y a peu d’information sur les lecteurs. Cette discussion s’insère dans un plus vaste débat autour de la responsabilité des éditeurs vis-à-vis des annonceurs dans une période de déclin des copies payantes.

« Tout ce qui est numérique nécessite un autre type de négociation. En effet, la valeur de ces copies est différente, vu qu’elles engagent un autre type d’expérience », commente Robin Steinberg, Vice Président de MediaVest. « Ces copies sont en outre plus faciles et moins chères à distribuer par rapport aux copies papier traditionnelles. Elles devraient donc me coûter moins cher ».

Certains journaux semblent avoir trouvé une solution, comme The Detroit News and Free Press, qui font payer le même tarif aux annonceurs pour la version papier et électronique, mais qui en échange, fournissent aux annonceurs des données concernant le nombre d’utilisateurs qui cliquent sur les liens inclus dans les publicités. Données qu’il est impossible de fournir avec une version papier.

Les exemplaires numériques représentent 6.8% de la circulation totale de journaux. Le plus important utilisateur de copies électroniques, The Wall Street Journal, vend plus de 414 000 versions numériques.

La croissance des versions numériques est à mettre en parallèle avec une chute de 8.7% de la circulation totale de journaux durant les 6 mois précédents la fin mars 2010. Les plus gros utilisateurs de copies numériques sont aussi ceux qui ont connu le plus gros déclin pour les copies papier.

Pour ajouter à la confusion concernant les éditions numériques, une étude récente suggère que ces versions ne sont pas si populaires qu’on le croit parmi les lecteurs. Une enquête de Rasmussen Reports montre en effet que 63% des adultes interrogés préfèreraient lire une version papier plutôt qu’une version électronique de leur journal.

Pour Darynda Jenkins, Vice-présidente de TM Advertising, les copies électroniques poussent les nouvelles générations à lire en ligne où le contenu est essentiellement gratuit, ce qui nuit à la notion de contenu payant. Et quand les jeunes lisent du contenu en ligne, « ils ne sont pas immergés dans le contenu comme on peut l’être avec un document imprimé ».

Mais les journaux qui tentent de survivre malgré la chute de leurs revenus soulignent que la distribution électronique est un moyen pour eux d’économiser. « Les coûts d’impression sont les plus importants pour un journal, après celui des employés », relève Sherry Tate, représentante d’un journal de Memphis dont un tiers des 148 763 exemplaires distribués sont électroniques.

Les versions numériques devraient gagner en transparence dès le 1er Octobre, quand une nouvelle réglementation imposera aux journaux de fournir plus d’information à leur sujet.

e-Circ Irks Print Buyersde Lucia Moses, Mediaweek, 6 juin 2010

Géraldine Durand


Il n'y a pas encore de réaction sur cet article, réagissez!

Votre Réaction





*

Copiez le code de sécurité dans le champ de droite


* Champ obligatoire