Lecture Numerique

La start-up new yorkaise Oyster sollicite l’opinion des auteurs sur la qualité de son application et lance sa propre revue littéraire

Date: 17/02/2015

En novembre dernier, Oyster, la plateforme d’abonnement en ligne d’ebooks, a lancé deux nouveautés : la première permet de perfectionner le fonctionnement de l’application, tandis que la seconde s’adresse spécifiquement à ses lecteurs.  

Le nouveau comité consultatif d’Oyster, composé d’écrivains phares, donnera à ces derniers la possibilité d’influer directement sur le mode de fonctionnement de l’application. Selon un porte-parole d’Oyster, les membres du comité : « conseilleront et donneront leur avis sur les outils et contenus mis à disposition par Oyster afin de s’assurer que la plateforme de livres en ligne soit aussi bénéfique pour les lecteurs que pour les écrivains et les éditeurs ».

Au sein de l’univers de l’édition numérique, beaucoup doutent de la viabilité à long-terme de leur modèle de souscription. Avec la création du comité consultatif composés d’écrivains, c’est une véritable politique de relations publiques que lance Oyster : la start-up cherche ainsi à prouver qu’à travers son système d’abonnement en ligne, la voix des auteurs sera entendue et leurs intérêts défendus.

Bien qu’Oyster entende recueillir les conseils du comité consultatif, ils n’envisagent le rôle de ce dernier – comme l’indique son nom – que comme strictement consultatif. Les auteurs membres du comité ne disposeront pas d’un accès régulier au contenu de la plateforme pour qu’ils puissent, notamment, se familiariser et s’informer sur l’objet qu’ils se doivent d’analyser. Néanmoins, selon Kevin Nguyen, le directeur éditorial d’Oyster, l’entreprise « s’entretiendra avec le comité au cas par cas, lorsque cela sera pertinent pour analyser l’expérience que connaissent les lecteurs sur Oyster ».

Pour son lancement, les écrivaines Roxane Gay, Megan Abbott et Lauren Oliver siègeront au comité consultatif. Le comité devrait être élargi au fur et à mesure. Les auteurs ne sont pas rémunérés pour leur travail au sein du comité.

Quant à la deuxième innovation lancée en novembre dernier par Oyster, il s’agit cette fois pour la start-up d’investir la toile en donnant naissance à un webzine éponyme, la Oyster Review. Cette dernière, accessible gratuitement en ligne, même pour ceux n’ayant pas souscrit à un abonnement Oyster, présente des articles inédits, en lien avec les titres disponibles du catalogue d’Oyster, et dont la plupart sont écrits par d’autres auteurs.

Les abonnés Oyster n’ont pas accès à un contenu additionnel exclusif. Kevin Nguyen explique qu’ils ont néanmoins « la possibilité unique de s’immerger instantanément dans les livres concernés à partir de la Oyster Review et commencer à lire ».

La Oyster Review s’inscrit dans le prolongement des efforts d’Oyster pour effectuer un travail éditorial de qualité, tourné vers de nouvelles découvertes littéraires. « De notre point de vue, le futur de ces découvertes demeure dans la combinaison de fonctionnalités éditoriales et d’outils personnalisés », affirme Kevin Nguyen. « La Oyster Review est notre propre incubateur de découvertes littéraires ».

Au début du mois de novembre, Oyster a ajouté une nouvelle fonctionnalité à son application : des listes de recommandation de lecture – les « Book Lists » – qui permettent aux abonnés de partager leur propre liste personnalisée, contenant leurs ebooks préférés, sur la plateforme de lecture en ligne, mais aussi sur les réseaux sociaux.

Kevin Nguyen conclue : « Nous nous sommes engagés à devenir l’endroit où les lecteurs peuvent échanger, découvrir, et en fin de compte lire des livres de qualité. »

Oyster Invites Authors’ Input on Business Model, Launches Literary Journal, de Rich Bellis, DigitalBookWorld, 20 novembre 2014.

 

Retrouvez les actualités récentes du livre numérique sur le marché nord-américain dans la newsletter trimestrielle des Ambassades de France à New York et à Ottawa.
S’abonner à la newsletter


Il y a une réaction sur cet article, réagissez!

Une Réaction

1 - La start-up new yorkaise Oyster sollicite l&rsq… | 17.02.15

[…]   […]


Votre Réaction





*

Copiez le code de sécurité dans le champ de droite


* Champ obligatoire