Téléphonie

La télévision sur téléphone portable séduit le public et Hollywood

Date: 04/05/2010

Il est peut-être difficile de s’imaginer regarder The Office sur un écran pas plus grand qu’une carte de visite. Mais des dizaines de milliers de personnes, selon les estimations les plus pessimistes, s’adonnent déjà à cette pratique.

Alors qu’Hollywood « rétrécit » ses films et séries télévisées pour les petits écrans des smartphones, ses prévisions au sujet du visionnage sur téléphone portable sont dépassées par des consommateurs extrêmement patients.

« Nous pensions tous qu’ils ne feraient que regarder des clips vidéo en faisant la queue à la caisse des supermarchés ou entre les cours », ne cache pas Vivi Zigler, President of digital entertainment chez NBC Universal, résumant ainsi la croyance partagée encore il y a peu par son secteur d’activités. Mais les propriétaires d’iPhones et autres smartphones regardent en fait de longs épisodes et parfois même des films en entier sur leur téléphone. D’où l’intérêt croissant de l’industrie des médias pour ce médium.

En comparaison avec les taux d’audience des chaînes télévisées et avec les chiffres du box office, le public de la vidéo sur smartphone est encore ridicule, mais un certain nombre de sociétés, depuis Hollywood jusqu’aux chaînes télévisées locales, voient venir un monde aux technologies de plus en plus mobiles et elles ne veulent pas être en reste.

Quelques séries télévisées, comme The Office sur NBC.com, sont proposées gratuitement, mais le secteur des médias craint de plus en plus d’y laisser des plumes s’il ne s’appuie que sur les recettes publicitaires. Il y a toujours également la peur qu’une plate-forme, que ce soit Internet ou le téléphone, ne cannibalise le cœur de métier d’une société.

Rejoignant ce qui apparaît comme une véritable ruée vers l’or, des chaînes locales parmi les plus importantes des Etats-Unis ont annoncé le mois dernier qu’elles allaient créer une joint venture afin de transmettre leur contenu aux spectateurs par le biais de la télévision mobile personnelle (voir article Médiamérica). Toutefois, on en est certainement encore très loin.

Les chaînes concernées envisagent de transmettre leur signal aux téléphones par le biais de leurs fréquences hertziennes, à la manière de Flo TV, une unité de Qualcomm qui a investi près d’1 milliard de dollars dans la distribution de contenu vidéo mobile. Le service propose des chaînes comme ESPN, Fox News et MTV. Selon Bill Stone, Président de Flo TV, les utilisateurs du service regardent en moyenne 30 minutes de vidéo par jour. Toutefois, à ce jour, rares sont ceux qui ont accepté de payer 10$/mois ou plus pour en bénéficier.

Cela n’empêche cependant pas d’autres entreprises de développer du contenu payant. Bitbop, produit créé par News Corporation Fox Mobile Group, permettra très prochainement de regarder des séries télévisées sur smartphones pour 9.99$/mois. Des offres à la carte se développent également, comme celle de Blockbuster qui a commencé à louer des films pour téléphone dès le mois dernier. La location pour 24h du film couronné aux Oscars Démineurs coûte 3.99$. Mais personne n’est en mesure d’évaluer la taille du marché du contenu payant sur smartphones, dans la mesure où la majorité des consommateurs paient déjà de lourdes factures pour un abonnement au satellite ou le câble.

Ainsi, Mr Bishop refuse de dire combien d’abonnés possède Flo TV, mais il admet que le marché est à ses débuts. Il n’a pas non plus précisé quand Qualcomm espérait que les activités de Flo deviendraient profitables.

Bien que l’audience de la télévision mobile personnelle soit encore mince, elle croît cependant rapidement. Près de 17.6 millions de personnes aux Etats-Unis ont regardé des vidéos sur leur smartphone au 4ème trimestre de l’année 2009 selon Nielsen Company, contre 11.2 millions un an plus tôt. Ils ont regardé en moyenne 3 heures et 37 minutes de programmes. Par comparaison, un Américain passe en moyenne 153 heures devant son poste de télévision chaque mois.

Eric Berger, Senior Vice President des chaînes numériques chez Sony Pictures Television souligne que l’augmentation du visionnage sur mobile correspond à la croissance de la vente de smartphones. Selon Sony, les visiteurs de son site de vidéo en ligne, Crackle, regardent en moyenne 26 minutes de contenu et 20% d’entre eux regardent les films jusqu’au bout. Berger explique que les utilisateurs vont souvent revoir des scènes de films qu’ils ont déjà vus.

Un grand nombre de chercheurs dans le domaine des médias pensent toujours que le spectateur est à la recherche du meilleur écran disponible, présentant la télévision comme le médium à battre. Si un parent regarde la télévision dans le salon, un enfant peut choisir de regarder un autre programme sur ton téléphone.

De son côté, Vivi Zigler a découvert que 60% des visiteurs qui consultent le site NBC.com sur leur téléphone portable le font depuis leur domicile, ce qui, pour elle, montre que les gens n’ont pas de difficulté à regarder des séries sur un écran faisant la taille de la paume de leur main, même quand un écran de télévision plus grand se trouve à proximité.

Toutefois, les problèmes de bande passante restent primordiaux. Le service en streaming de Blockbuster, par exemple, ne marche pas encore sur iPhone, qui est vendu par Apple et opéré par AT&T.

Les opérateurs de téléphonie mobile disent être actuellement en train d’introduire une nouvelle génération de réseaux qui seront plus adaptés à un visionnage de vidéo important. Kay Johansson, responsable de la technologie chez MobiTV, affirme que sa compagnie, comme d’autres, ne cesse de trouver des moyens de transmettre plus de données à travers les réseaux existants.

De leurs côtés, les diffuseurs qui veulent avoir recours aux fréquences hertziennes, comme Flo et les chaînes locales, disent pouvoir fournir du contenu aux utilisateurs de télévision mobile personnelle de manière beaucoup plus efficace.

Quelque soit la technologie envisagée, tous les opérateurs sont d’accord pour dire que les consommateurs vont, de plus en plus, vouloir regarder du contenu de manière mobile, que ce soit en direct, grâce aux fréquences hertziennes, ou à la demande, grâce à un réseau sans fil.

Audiences, and Hollywood, Flock to Smartphonesde Brian Stelter, The New York Times, 2 mai 2010

Géraldine Durand


Il n'y a pas encore de réaction sur cet article, réagissez!

Votre Réaction





*

Copiez le code de sécurité dans le champ de droite


* Champ obligatoire