Paysage Audiovisuel

Time Warner fait mieux que prévu en 2013

Date: 24/02/2014

Time Warner a annoncé mercredi un bond de 26% de son bénéfice net annuel, à 3,7 milliards de dollars, pour un chiffre d’affaires en progression de 4% à 29,8 milliards.

Malgré une baisse spectaculaire du bénéfice au quatrième trimestre 2013, de 12 points, le mastodonte médiatique américain Time Warner réussit à faire mieux que prévu sur l’ensemble de l’année dernière avec une hausse de 26% de son bénéfice net annuel, à 3,7milliards d’euros. Ce résultat est certes dû aux hausses des coûts, mais il prouve la régularité du géant américain : pour la cinquième année consécutive, Time Warner enregistre une croissance à deux chiffres. Et il ne semble pas s’arrêter en si bon chemin.

Le magnat de l’audiovisuel, Jeff Bewkes, prévoit pour l’exercice en cours une nouvelle augmentation entre “10 et 15%”. Le PDG a également tenu à rappeler, en marge de la présentation des résultats, lors d’une téléconférence avec des analystes, que Time Warner avait pour philosophie “d’investir fortement dans les meilleurs contenus”, tout en recherchant de nouveaux modèles d’activités et en se développant à l’international sur des marchés porteurs. La stratégie semble payer. Le chiffre d’affaires de Time Warner a augmenté de 5% à 9,5 milliards de dollars l’an dernier, celui de HBO de 4% à 4,7 milliards. Les revenus des abonnements ont progressé de respectivement 5% et 6%.

L’année 2013 fut également faste pour le petit écran. HBO a gagné deux millions d’abonnés l’an dernier aux Etats-Unis pour atteindre 43 millions, soit sa plus forte progression en 17 ans, s’est félicité Jeff Bewkes. Ces progrès semblent démentir les craintes d’une perte de vitesse des chaînes payantes, sur fond de montée des services de vidéo en streaming sur Internet comme Netflix, qui a annoncé il y a deux semaines avoir terminé 2013 avec 35,7 millions de clients américains.Jeff Bewkes a réaffirmé sa certitude que le streaming en ligne était un service “complémentaire” pour les téléspectateurs, permettant par exemple de monétiser davantage les anciennes saisons de séries télévisées toujours à l’écran.

Il a aussi souligné l’importance pour les distributeurs de télévision d’accélérer le déploiement de leurs propres offres de vidéo à la demande (“TV Everywhere”) avec des interfaces et des mécanismes d’identification plus simples. Time Warner va mettre les contenus vidéo encore plus au cœur de son activité avec la scission au deuxième trimestre de sa filiale Time Inc., qui édite le magazine du même nom et d’autres titres comme People ou Sports Illustrated.

La Lettre de l’Audiovisuel est accessible par abonnements uniquement. Pour plus d’information : sandramullernyc@gmail.com. Pour consulter quelques articles : lettreaudiovisuel.com.


Il n'y a pas encore de réaction sur cet article, réagissez!

Votre Réaction





*

Copiez le code de sécurité dans le champ de droite


* Champ obligatoire