Radio

Fusion de XM et Sirius approuvé par la FCC : naissance d’un monopole pour la radio par satellite

Date: 08/09/2008


Sirius XM

Sirius XM

Le 25 juillet dernier, la FCC (Federal Communications Commission) a finalement donné son accord à la fusion entre les deux entreprises de radiophonie par satellite XM Radio et Sirius. Cette décision met fin à seize mois de suspens et d’âpres négociations entre les pouvoirs publics, la NAB (National Association of Broadcasters – qui s’oppose au projet de fusion) et les deux entreprises. Sirius absorbe ainsi son unique rival, XM, pour un coût de la transaction estimé à 3.6 milliards de dollars. L’accord des commissaires de la FCC a finalement été obtenu après que XM et Sirius se soient engagés à respecter les conditions posées par la FCC et à s’acquitter d’une amende record de 20 millions de dollars. La nouvelle entité née de cette fusion a pris le nom de Sirius XM Radio, Inc. et jouit donc d’une situation monopolistique sur le marché de la radio par satellite aux Etats-Unis. Sirius XM Radio est aujourd’hui le second groupe de radio des Etats-Unis, toutes technologies confondues, diffusant plus de 300 stations de radio reçues par près de 18.5 millions d’auditeurs sur le territoire américain. Mel Kamazin, qui dirigeait jusqu’à maintenant Sirius, a pris la tête de cette nouvelle entité.

Les deux entreprises avaient annoncé leur intention de fusionner le 19 février 2007. Ce rapprochement des deux concurrents étaient, à en croire les directions de XM et de Sirius, rendu nécessaire par les trop faibles perspectives de croissance économique du secteur. La radio par satellite aux Etats-Unis fonctionne en effet sur un modèle économique inspiré de celui de la télévision par câble, mais sans publicité. L’auditeur doit s’équiper d’un récepteur adapté (entre 20$ et 400$), puis souscrire un abonnement mensuel qui lui permet d’accéder au bouquet de stations proposé par l’opérateur. L’essentiel des ressources de XM et Sirius provient ainsi des abonnements, dont la croissance est restée, huit ans après ses débuts, en dessous des prévisions de départ.

Ce projet de constitution d’un monopole avait déclenché une vaste polémique : la NAB n’a eu de cesse de dénoncer les dangers inhérents à cette structure monopolistique, tant pour le consommateur que pour les acteurs de la radiophonie, mais l’intense action de lobbying menée par les tenants de la fusion a finalement convaincu les commissaires de la FCC du bien-fondé de cette opération.

Antoine Perouze


Il n'y a pas encore de réaction sur cet article, réagissez!

Votre Réaction





*

Copiez le code de sécurité dans le champ de droite


* Champ obligatoire