Radio > Radiophonie Sur Internet

L’adaptation du médium radiophonique à l’Internet a pris, jusqu’à présent, deux formes : la radio en ligne et le podcasting.

La radio sur Internet concerne à la fois des stations de radio analogiques diffusant leurs programmes sur Internet et des radios n’existant que sur Internet appelées aussi pure-play.

En 1994, la station américaine WXYC fut la première station analogique à oser l’aventure Internet. Elle a été suivie depuis par quasiment toutes les radios américaines. Dans le même temps, plusieurs centaines de radios Internet sans double analogique sont apparues sur le Web, avec ou sans finalité commerciale.



LES RADIOS  INTERNET OU PURE-PLAY

**Marché

Des milliers de radios ont fait leur apparition sur Internet ces dernières années. Certaines sont spécialisées dans des genres musicaux spécifiques, comme www.electricbluesradio.com qui propose des play lists de blues. Ses revenus proviennent de la publicité et d’un service qui propose aux utilisateurs d’acheter des CD sur Amazon. Les auditeurs peuvent également demander à sauter les publicités pour un forfait démarrant à 5.95$ pour un an d’abonnement.

D’autres sites comme Pandora vont plus loin en proposant aux utilisateurs d’entrer le nom de leur chanson préférée et de recevoir une play list gratuite, générée par un ordinateur, censée correspondre à leurs goûts. L’essentiel des revenus de Pandora vient de la publicité. Le site propose également un abonnement (Pandora One) à 36$/an qui permet d’accéder à une version du site sans publicité par l’intermédiaire de son téléphone portable uniquement. A la fin du 1er semestre 2012, Pandora annonçait comptabiliser 125 millions d’utilisateurs. Face à ce succès, nombreux sont les services gratuits similaires à avoir été lancés : Turntable.fm, Myxer Social Radio, mais aussi les sites sur abonnement MOG, Rdio et même le conglomérat Clear Channel. En outre, Pandora a étendu ses limites d’écoute gratuite de 40 à 320 heures.

En août 2011, le service d’écoute de musique en streaming gratuit Spotify a fait son entrée sur le marché américain et est, depuis lors, devenu un acteur majeur du secteur des radios pure-play dans le pays. Même si Pandora la devance encore aux Etats-Unis, Spotify a rapidement pris une place importante grâce à sa popularité internationale. L’intégration de Spotify à Facebook au mois de septembre 2011 a notamment permis à la radio de récupérer 4 millions d’utilisateurs supplémentaires en l’espace de 6 semaines.

Pourtant, la gratuité est une difficulté pour ces radios, leurs revenus publicitaires n’étant pas suffisants pour assurer leur pérennité (lire Le modèle économique des radios sur Internet : un “pacte suicidaire”, Mediamerica, 19 mars 2012). A titre d’exemple, Pandora n’a réussi à dégager un bénéfice que 10 ans après sa création. Les revenus liés à l’abonnement lui permettent difficilement de compenser ses coûts.

Selon la société d’analyse eMarketer, spécialisée dans le web, la radio sur Internet (hors Pandora et Spotify) aurait engrangé 800 millions de dollars en revenus publicitaires en 2011 contre 15,7 milliards de dollars pour la radio traditionnelle. Les chiffres des radios sur Internet sont certes bien moindres, mais ils progressent de presque 20% par an et eMarketer estime qu’ils devraient atteindre 1,6 milliard de dollars en 2015.

Pour finir, l’usage des services de musique en streaming progresse plus rapidement que leurs revenus publicitaires, ce qui risque de poser un véritable problème pour l’avenir, leurs investissements en droits de diffusion progressant plus vite que leurs gains


**Audience

Selon la dernière étude d’Arbitron, société d’analyse spécialisée dans les médias, The Infinite Dial 2011: Digital Platforms and the Future of Radio, en 2011, 34% de la population américaine âgée de plus de 12 ans a écouté la radio sur Internet : 12% ont écouté exclusivement une radio analogique sur le web, 13% ont écouté exclusivement des radios pure-play et 9% ont écouté les deux.

Selon une autre étude, celle du Pew Research Center, l’écart serait même plus important, puisqu’en 2011, 57% des auditeurs de radios sur Internet auraient écouté exclusivement un pure-play et 40% une radio AM/FM. Ce dernier chiffre aurait baissé depuis 2006 (46%) alors qu’il aurait augmenté de presque 10% sur la même période pour les pure-play (48% en 2006). L’écart entre ces deux types de radios semble se creuser.

Le pure-play le plus connu aux Etats-Unis reste Pandora. En 2011, plus de la moitié des américains ont entendu parler de Pandora. 16% de la population âgée de 12 ans et plus a écouté cette radio le mois précédent et 10% la semaine précédente. Ces pourcentages ont progressé en 2012 puisqu’ils passent à 22% pour le premier et à 16% pour le 2ème (The Infinite Dial 2012: Digital Platforms and the Future of Radio).





ÉVOLUTION AUDIENCE RADIOS SUR INTERNET ET PURE-PLAY CONFONDUS

L’audience des radios en ligne, pure play et radios AM/FM confondus, aux Etats-Unis, a été multipliée par trois depuis 2002. En 2012, 103 millions d’Américains âgés de 12 ans et plus ont écouté la radio sur Internet chaque mois, soit 39% d’entre eux. 76 millions l’ont écouté chaque semaine, soit 29% d’entre eux (The Infinite Dial 2012: Digital Platforms and the Future of Radio). L’audience en ligne par semaine a augmenté de 30% entre 2011 et 2012. C’est la progression la plus forte enregistrée par Arbitron depuis le lancement de son étude, en 1998.

Le temps passé à écouter ces radios a également progressé. En 2008, les auditeurs annonçaient écouter la radio en ligne 6h13 par semaine. En 2011, cette écoute hebdomadaire est passée à 9h46, soit une hausse de plus de 50% du temps d’écoute .

Cette écoute apparaît plus comme un complément que comme un substitut à la radio analogique. Ainsi, 89% de ceux qui ont écouté une radio sur le net la semaine précédente ont aussi écouté une radio AM/FM sur un poste de radio.



Source : “The Infinite Dial 2011,” Arbitron




LE PODCASTING

Le podcasting a connu une forte augmentation entre 2007 et 2009 et semble stagner depuis.

En 2011, près de 32 millions d’Américains âgés de 12 ans et plus, soit 12% de la population, auraient écouté un podcast le mois précédent, soit le même nombre qu’en 2010, et une progression d’un point depuis 2009. Toujours selon Arbitron, 25% de la population américaine âgée de plus de 12 ans et plus avaient déjà podcasté un programme en 2011 contre 23% en 2010.

Le volume des podcasts a peu augmenté entre 2010 et 2011, avec 89 455 podcasts comptabilisés la 1ère année contre 91 659 la 2ème année.

La notoriété du podcast stagne également depuis 2010, puisqu’en 2011, 45% des Américains âgés de 12 ans et plus avaient entendu parler de cette technologie, un chiffre similaire à celui de l’année précédente.

Le pourcentage des radios qui proposent des podcasts a augmenté de plus d’un tiers en 2011 (23% en 2010), celui des télévisions a atteint 14%.

Quant à la possession d’un lecteur Mp3 (toutes marques et appareils confondus), elle se généralise. Si, début 2010, le taux de pénétration des lecteurs Mp3 était estimé à environ 44% de la population américaine, en 2011, ce taux passe à 49%, soit la moitié de la population du pays. C’est une forte hausse par rapport à 2009 (+ 7 points).



Source : “The Infinite Dial 2011,” Arbitron




ACTEURS MAJEURS

> Pandora
Créée en 2000 et associée au Music Genome Project, Pandora est l’une des plus grandes bibliothèques musicales du monde et c’est le pure-play le plus connu des Etats-Unis devant Yahoo! Music, AOL Radio et Last.fm. Le concept est simple : l’utilisateur rentre sur le site le nom d’une chanson ou d’un artiste et en quelques secondes, Pandora lui propose une station de radio avec des morceaux correspondants à son choix et susceptibles de lui plaire. La station créée ne disparaît pas et il est possible d’affiner ses choix à chaque utilisation. L’Internaute peut créer jusqu’à 100 stations de radio différentes. Pandora n’est accessible qu’aux Etats-Unis.

> Spotify
Spotify a été créé en 2008 par une startup suédoise. Ce site de musique en streaming avait déjà 10 millions d’utilisateurs à travers le monde en septembre 2011, dont 2,5 millions payants. Depuis mars 2012, il est disponible dans une quinzaine de pays.

> Yahoo! Music
Le portail de musique en ligne de Yahoo! propose plusieurs stations de radio Internet spécialisées dans différents genres musicaux (country, New Age, R&B, Rock indépendant, etc.), des vidéos clips, des classements d’artistes, des informations sur leurs prochains concerts, des blogs, etc.

> AOL Music
Le portail de radio en ligne d’AOL propose de nombreux articles sur des dizaines d’artistes ainsi que des photos, des vidéos clips et des extraits de concerts. Il permet aussi d’écouter des albums entiers et une trentaine de radios classées par genre musical et également de retrouver les paroles de nombreuses chansons.

> Last.fm
Last.fm est un service de musique disponible dans le monde entier en 12 langues. En 2009, Last.fm a été racheté par CBS. Le principe est le suivant : chaque morceau écouté fournit des informations sur les goûts de l’utilisateur à son profil Last.fm. Ce profil lui permet de prendre contact avec des utilisateurs partageant ses goûts musicaux et de recevoir des recommandations en rapport avec sa bibliothèque musicale.

> Iheartradio
Iheartradio est un portail Internet dédié à la musique et au divertissement qui propose des dizaines de milliers de chansons, clips vidéo, interviews d’artistes, photos, informations, concours et extraits de concerts. Les 750 stations de radio du site sont composées de stations AM et FM américaines, ainsi que de pure-play dédiés à des genres musicaux ou à des artistes en particulier. Plus de 5.8 millions d’utilisateurs ont téléchargé l’application iheartradio sur leur smartphone. Iheartradio n’est accessible que depuis les Etats-Unis.

> Live365
Née en 1999, ce portail de radio en ligne est l’un des plus importants au monde, revendiquant quatre millions d’auditeurs chaque mois. Live365 offre la possibilité d’écouter plus de 6500 radios Internet. Les diffuseurs sont le plus souvent des amateurs, mais bon nombre de petites stations AM et FM ont également choisi live365 pour transmettre leurs programmes sur le Web.

> Blog Talk Radio
Créée en 2006, Blog Talk Radio permet à tout utilisateur, où qu’il soit, de créer sa propre émission de radio sur Internet en utilisant simplement son téléphone portable et son ordinateur. La technologie employée par BTR et son intégration au sein des réseaux sociaux tels que Facebook, Twitter et Ning permettent aux Internautes de faire partager leur propre contenu, leurs voix, leurs opinions au sein d’un forum mondial. Aujourd’hui, BTR est le plus important réseau social de radio sur le net dans le monde et celui qui connaît la croissance la plus rapide. Des dizaines de milliers « d’animateurs » et des millions d’auditeurs écoutent BTR chaque mois.