Télévision

Après le passage à la TNT, débats houleux sur l’avenir des fréquences hertziennes aux États-Unis

Date: 10/12/2009

La Federal Communication Commission (FCC) envisage actuellement de récupérer ou de racheter une partie des fréquences hertziennes des chaînes de télévision américaines pour les besoins du réseau Internet sans fil haut-débit. Cette proposition pourrait être reprise au sein du National Broadband Plan, rapport sur le développement du haut-débit aux Etats-Unis que la FCC doit rendre au Président Obama en février prochain (voir Les principaux chantiers actuels de la FCC dans le dossier sur la FCC).

Selon un économiste mandaté par la Consumer Electronics Association, association professionnelle qui réunit près de 2000 sociétés du secteur des nouvelles technologies, les fréquences hertziennes utilisées par les diffuseurs auraient une valeur marchande de 62 milliards de dollars, alors qu’elles auraient une valeur de 1 000 milliards de dollars si elles étaient utilisées dans le cadre de l’Internet sans fil. En effet, d’après cet économiste, la plupart des chaînes télévisées sont en fait regardées sur le câble ou le satellite. D’où l’intérêt limité que représente l’usage des fréquences hertziennes par la télévision.

Pourtant, les diffuseurs s’opposent fermement à une telle idée. Après avoir investi près de 15 milliards de dollars lors du passage à la TNT et avoir ainsi libéré un tiers de leurs fréquences contre la promesse de pouvoir bénéficier des avantages de la multidiffusion et de la diffusion mobile, ils se préparent à se battre contre ce projet. Toutefois, ils devront faire face à des lobbies puissants représentant des groupes comme les deux géants des télécommunications, AT&T et Verizon.

Pour les diffuseurs, ce sont toutes les nouvelles chaînes créées grâce à la multidiffusion qui sont en jeu, tout comme le développement de la diffusion mobile, lancée récemment et qui devrait couvrir 38% du territoire américain d’ici la fin de l’année 2009 (voir l’article Un grand pas vers la télévision numérique sur téléphone portable).

Le Public Broadcasting Service (PBS) s’est également élevé contre ce projet. L’objectif du réseau de chaînes publiques américaines est de fournir des programmes éducatifs et culturels au plus grand nombre et notamment aux foyers qui n’ont pas les moyens de s’abonner au câble ou au satellite. Le maintien des fréquences hertziennes est pour lui un enjeu essentiel.

Le débat est tel qu’il a atteint le sénat et le sénateur républicain John Dingell a écrit au Président de la FCC, Julius Genachovski, afin de prendre la défense des diffuseurs, suffisamment sollicités, selon lui, par le passage à la TNT.

La question reste donc ouverte. Blair Levin, responsable du National Broadband Plan, a invité les diffuseurs à faire des propositions. Le président de la National Association of Broadcasters (NAB), Gordon Smith, a répondu que son groupe était ouvert à toute suggestion, à condition qu’elle n’implique pas l’abandon des signaux haute définition, de la multidiffusion et de la télévision mobile.


CEA Study: Reallocating Broadcast Spectrum Could Yield $1 Trillion, de John Eggerton, Broadcasting & Cable, 26 octobre 2009

Broadcasters: FCC Shouldn’t Consider Multicast Grab, de Katy Bachman, Mediaweek, 1er novembre 2009

Public Broadcasters Want To Hold On To Spectrum, de John Eggerton, Broadcasting & Cable, 16 novembre 2009

Congress Joins Spectrum Grab Debate, de Katy Bachman, Mediaweek, 17 novembre 2009

Géraldine Durand


Il n'y a pas encore de réaction sur cet article, réagissez!

Votre Réaction





*

Copiez le code de sécurité dans le champ de droite


* Champ obligatoire