Télévision

Deuxième édition de Direct to Series

Date: 11/12/2014


Direct to Series Season 2 Direct to Series Season 2

Organisée par les Services Culturels de l’Ambassade de France aux États-Unis et par la Commission du Film d’Ile-de-France, la deuxième édition de DIRECT TO SERIES s’est tenue le 27 et 28 octobre à Los Angeles. Cette manifestation, rendue possible grâce au soutien constant de partenaires comme la SACD, TV France International, de l’Institut Français, a cette année encore, eu pour ambition de proposer aux professionnels américains (producteurs de séries, scénaristes, showrunners, représentants des networks, chaînes du câble et des plateformes VOD, programmateurs de chaînes…) de découvrir un panorama de la création française actuelle dans le domaine de la série à travers une sélection de programmes originaux, singuliers et ambitieux sur le plan créatif et dans la démarche de production.

L’industrie de la télévision américaine connait depuis quelques années un véritable âge d’or se traduisant par accroissement chaque année plus important du nombre de séries produites. Plus de 57 chaines produisent désormais du contenu original et l’offre créative locale ne semble plus suffire à satisfaire cette demande. Aussi, sur les 140 projets lancés en développement ou en production chaque année, une quarantaine environ est adaptée de séries étrangères, autant d’opportunités d’export en faveur de la fiction française et de la circulation de ses œuvres.

Ainsi, dans quelques mois, les spectateurs de la chaine câblée A&E Networks pourront découvrir le premier épisode de The Returned, la première adaptation d’une série française, Les Revenants, orchestrée par le Showrunner Carlton Cuse (Lost, les disparus, ou bien encore The Strain).

Ce contexte favorable a donc permis à l’événement de confirmer sa légitimité auprès des professionnels américains venus nombreux dans la salle de la prestigieuse Writers Guild of America et qui ont pu tout au long de ses deux journées rencontrer l’importante délégation de producteurs et scénaristes français ayant fait le déplacement.
 

  1. Une programmation riche et diversifiée.

Lors de sa première édition en 2013, Direct To Series avait présenté une sélection – modeste certes mais de qualité –de séries composées d’épisodes de 52 minutes. Cette année, dans un souci de présenter le panorama le plus hétéroclite possible de formes de fiction se faisant en France actuellement, l’évènement a été l’occasion de présenter plus de quarante séries récentes aux diverses durées. Celles-ci étaient présentées sous forme de bande-annonces et regroupées thématiquement.

La première sélection concernait les productions ayant connu un fort succès en France et comptant déjà plusieurs saisons. Parmi elles : AINSI SOIENT-ILS, ENGRENAGES, FAIS PAS CI FAIS PAS CA, CANDICE RENOIR ou NO LIMIT.

Un deuxième bloc composé de sept séries récentes ou inédites a ensuite été projeté : CEUX DE 14, CHEFS, CHERIF, INTRUSION, P’TIT QUINQUIN, RESISTANCE, ORIGINES.

Le troisième programme était quant à lui consacré au genre de la comédie et regroupait des programmes tels que : BANG BANG, FRANCEKBEK, IN AMERICA, KABOUL KITCHEN, LASCARS, LAZY COMPANY, QI, WORKINGIRLS.

Enfin, le dernier programme mettait en valeur des formats courts ou web-séries : BEFORE, BREF, CASTING, J’AIME MON JOB, LA MINUTE VIEILLE, LES SUPERCHERIES FINANCIERES, PARENTS MODE D’EMPLOI, SILEX AND THE CITY, LES TEXTAPES D’ALICE, THE EVENING CIGARETTES.

A noter que l’ensemble des programmes présentés sont disponible dans leur intégralité sur une plateforme internet dédiée mise en place grâce au concours de TV France International.

 

  1. Des séries inédites sur les écrans français présentées en avant-première.

Même si Direct To Series se veut avant tout un événement professionnel, des pilotes de séries inédites ont été présentés en avant-première lors de deux soirées évènementielles ouvertes au grand public. Ces séances étaient suivies de débats avec les créateurs et producteurs français venus pour l’occasion. Le scénariste Hervé Hadmar a ainsi pu présenter devant une salle comble, au côté de sa productrice Fabienne Servan-Schreiber la minisérie mettant en vedette Thierry Lhermitte, LES TEMOINS et qui sera diffusée sur FRANCE 2 en 2015. Virginie Brac, notamment scénariste de la série policière phare de CANAL+ Engrenages, a elle aussi pu rencontrer le public américain lors d’un débat animé par le cinéaste Whit Stillman (par ailleurs créateur de la série The Cosmopolitans tournée à Paris et produite par Amazon Studios) qui suivait la projection de l’inédite minisérie PARIS (elle aussi diffusée en 2015 sur ARTE). Enfin, le réalisateur Jérôme Cornuau et le producteur Edouard de Vésinne (EuropaCorp TV) ont pu faire découvrir la série créée par le romancier Jean-Christophe Grangé pour France 2. A noter que ces soirées exceptionnelles ont bénéficié d’un soutien des régions dans lesquelles elles ont été tournées : Aquitaine, Nord Pas de Calais, Haute Normandie et bien évidemment l’Ile de France.
 

  • Une vitrine pour l’avenir de la fiction française

Un autre moment phare de cette seconde édition aura été la «pitching session », organisée pour la première fois, sur une suggestion du Comité éditorial de Direct to Series composé de professionnels américains. Onze projets ont été ainsi sélectionnés, ayant pour point commun d’être déjà tous en cours de développement ou de production. Cette séance a pu compter sur la présence de représentants de sociétés majeures comme Netflix, ABC Studios, Fremantle, Fox Television Studios, NBCUniversal, Endemol Studios ou les agences WMA, CAA ou Paradigm. L’objectif de cette « pitching session » était tout d’abord d’informer le plus possible en amont des prochaines productions françaises mais a aussi été l’occasion pour leurs créateurs de tester leurs projets et concepts sur des professionnels américains, et anticiper une éventuelle vente de format et donc une adaptation.  La plupart de ces projets ont été présentés par le duo producteurs / scénaristes :

Au service de la France, présenté par Claire Lemaréchal et Jean-André Yerlès (MANDARIN TV)

Destination Mars, présenté par René Manzor et Stéphane Drouet (MAKING PROD / MAKEVER)

Cœur & Diamants, présenté par Anne-Sophie Nanki et Lauranne Bourachot (CHIC FILMS)

Peurs, présenté par Vincent Poymiro et Louise Barnathan (COMPAGNIE DES PHARES ET BALISES)

Gasoline, présenté par Sébastien Julard et la productrice Laurence Lascary (DACP)

Guts and Glory, présenté par Philippe Lyon et Marie Dours (MARILOU FILMS – ZODIAK RIGHTS)

Haute Couture, présenté par Frédéric Azémar et Aurélie Meimon (MADEMOISELLE FILMS)

Lebowitz contre Lebowitz, présenté par la productrice Clémentine Dabadie (RYOAN & CHABRAQUE PRODUCTIONS)

Les Mimosas, présenté par l’auteur Michael Barocas

Starbar, présenté par Olivier Fox et le producteur Noor Sadar (LOVE MY TV et Mademoiselle Films)

Trepalium, présenté par les auteurs Sophie Hiet et Antarès Bassis et la directrice de Lagardère Entertainment Rights Emmanuelle Bouilhaguet, (KELIJA – LAGARDERE – ARTE)

 

  1. Des ateliers pour les professionnels français

La matinée du lundi 27 octobre a été consacrée à un atelier destiné aux professionnels français et portant sur les thématiques «copyright et droits d’auteur» et « vente de formats» animés par le partenaire MediaXchange. Ces sujets ont été définis suite à des problématiques identifiées par les professionnels français, l’objectif de ces séances étant d’aborder ces questions pouvant s’avérer être un frein à la circulation des œuvres françaises.

Pour la première thématique, diverses questions ont été abordées parmi lesquelles : Comment deux auteurs de nationalités différentes peuvent travailler sur un même projet s’ils ne sont pas sujets aux mêmes règles de droit d’auteur ? Comment les américains traitent-ils ce problème ? Pour échanger autour de ce premier sujet, les avocats Scott Seidel et Sylvie Maracci sont intervenus ainsi que la Directrice Générale adjointe de la SACD, Janine Lorente.

Pour la seconde thématique, les questions soulevées concernaient la « vente de formats ». Cette dernière semble être l’option privilégiée pour exporter des fictions françaises mais est-ce vraiment une réalité ? Est-ce que la vente de formats est le seul moyen de vendre la fiction française aux Etats-Unis aujourd’hui ? Est-ce une option viable et génératrice de profits ? Comment sécuriser le format une fois celui-ci vendu ? Des intervenants tels que Diego Suarez (FOX), l’avocat Scott Seidel ou encore Enrik Bastin, producteur suédois de « The Killing » à l’initiative de la « vague scandinave » aux Etats-Unis se sont exprimés sur ce sujet.
 

  1. Un espace de rencontres professionnelles

Comme l’an dernier, Direct to Series s’est voulu être un espace d’échanges d’expériences et de compétences entre professionnels américains et français.

Ainsi quatre rencontres ont été organisées autour d’intervenants importants et reconnus dans l’industrie :

La première a abordé la question des lieux de tournages et plus particulièrement le cas de la ville de Paris, qui a récemment accueillie de célèbres productions comme Marvel, Agents of Shield ou The Cosmopolitans.

Paris a en effet toujours inspiré les créateurs, mais quelle est vraiment la réalité de tournage dans cette ville pour les producteurs et les réalisateurs américains? Est-ce seulement le décor de Paris qui attire ou y a-t-il autre chose ? Quels avantages la capitale française offre-t-elle ? Pourquoi les producteurs américains choisissent-ils de plus en plus de développer de nouveaux scénarios au-delà de leur propre pays ? Whit Stiman, scénariste, producteur et réalisateur de The Cosmopolitans qui a été tourné entièrement à Paris est venu témoigner de son expérience. Le producteur exécutif de Rosemary’s Baby, Joshua D. Maurer était également présent, ainsi que Olivier-René Veillon, Président de la Commission Ile de France et Valérie Lepine-Kermick. Cette discussion a été modérée par Peter Caranicas de Variety.

Le deuxième panel abordait la question de  l’internationalisation du financement des séries télévisées. Comment parvenir à identifier quel type de programmes sera le plus adapté à une co-production internationale ? Comment établir un partenariat avec l’industrie américaine, financier notamment – et cela est-il possible ? Des professionnels respectés comme Kristin Jones (AMC), Sandra Stern (Lionsgate Television), Laetitia Recayte (Newen Distribution – Groupe Telfrance), Mikkel Bondesen (Fabrik Entertainment), Vincent Leclercq (CNC), Philippe Maigret (Endemol Studios), Edouard de Vésinne (EuropaCorp TV) ont ainsi pu débattre de ce sujet.

Puis, le troisième panel avait pour ambition d’aborder la question des nouveaux formats de fictions tels que les Web Series et le Transmedia. Les intervenants ont ainsi échangé autour de diverses questions : La web série est-elle un révélateur de nouveaux talents pour la fiction française ? Comment l’expérience « Transmedia » peut-elle servir et porter vers de nouvelles formes la créativité et nourrir le Storytelling ? Quelles sont les méthodes pour que les web séries touchent une audience la plus large possible ? Cette discussion a été modérée par François Pier Pélinard Lambert (Le Film Français) autour de Claire Leproust (Le FabLab), Morgan Bouchet (Orange) et Lorenzo Benedetti (Studio Bagel). A noter également l’intervention en clôture du panel d’Axelle Lemaire, Secrétaire d’Etat chargée du numérique s’est déplacée à Direct To Series, et s’est exprimée en saluant notamment la capacité d’innovation des producteurs et des auteurs français.

Enfin, le dernier panel était consacré aux scénaristes et abordait la problématique liée à l’internationalisation des productions télévisées. Ce panel avait notamment pour vocation de donner quelques clés pour créer et écrire une production à visée internationale, mais également de traiter des effets de l’internationalisation sur le travail des scénaristes : comment aller au-delà des barrières des frontières, de la culture et du langage ? Cet échange a été piloté par François-Pier Pélinard-Lambert autour des scénaristes Virginie Brac (Engrenages, Paris), Franck Philippon (No Limit), Hervé Hadmar (Les Témoins, Pigalle, la nuit), Dan Franck (Résistance), Broweryn Garrity (The Returned), Philippe de Lyon (XIII), Whit Stillman (The Cosmopolitans), Gary Scott Thompson (Taxi Brooklyn).

 

Adrien Sarres


Il n'y a pas encore de réaction sur cet article, réagissez!

Votre Réaction





*

Copiez le code de sécurité dans le champ de droite


* Champ obligatoire