Télévision

Emissions jeunesse : succès des productions françaises aux Etats-Unis

Date: 06/03/2007


Totally Spies

Totally Spies

Code Lyoko sur Cartoon Networks, Minuscule sur Disney Channel, sans parler des Totally Spies sur Cartoon Network… Les productions françaises dans le secteur de l’animation ont le vent en poupe sur les chaînes américaines. Ainsi, ce ne sont pas moins de 20 séries françaises qui ont été diffusées aux Etats-Unis en 2006. L’Amérique du Nord se situe même à la deuxième place des zones d’achat des programmes français d’animation, derrière l’Europe de l’ouest avec 27,7 %, soit près de 11 M€. Les ventes y enregistrent une forte croissance (+51,4 % en 2004 par rapport à 2003), notamment aux Etats-Unis (3,4 M€ en 2004 contre 2,2 M€ en 2003).

La 8ème édition du Kid Screen de New York du 7 au 9 février n’a fait que confirmer cette tendance favorable à la « French touch ». Près de 30 sociétés françaises s’étaient déplacées pour l’occasion sur ce festival qui devient une véritable référence (35 pays représentés, 1000 entreprises). Quelques annonces ont couronné ce succès français avec par exemple la société TeamTo qui a signé un accord de coproduction avec Nickelodeon sur la série télévisée Oasis.

Quant au groupe MoonScoop, ils vient tout juste de lancer Kabillion, une chaîne jeunesse pour les 6-12 ans, distribuée par le leader américain du câble Comcast, offrant des contenus VOD et communautaires sur le câble digital, la télévision sur IP et le téléphone mobile.

Ce lancement symbolise le grand «chantier» du moment : les nouveaux médias. Seule certitude, le marché de l’animation-jeunesse apparaît légèrement moins réactif aux nouvelles tendances technologiques et devrait offrir un délai supplémentaire pour s’adapter à cette mutation inéluctable. Les stratégies des groupes américains sont pourtant bien divergentes. Très volontaristes pour certains, plus attentistes pour d’autres. 2007 apparaît néanmoins comme un tournant. Les deux plus grosses structures américaines (Cartoon Network et Nickelodeon) symbolisent cette accélération. Cartoon Network vient de créer plusieurs serveurs pour la diffusion de programmes en streaming mais aussi mettre en place une chaîne TV interactive ainsi qu’une application offrant la possibilité aux téléspectateurs disposant d’un téléphone mobile de télécharger des personnages de Cartoon Network. Quant à Nickeloedeon, son président Cyma Zarghami a récemment expliqué que ses jeunes spectateurs avaient eux aussi plongé dans les jeux en ligne et le monde de l’Internet. C’est pourquoi la société se met à céder aux sirènes de l’User Generated Content sur ses sites web et vient de lancer un site de social networking : www.nicktropolis.com. La raison est simple et purement financière : le web apparaît comme un objectif important de développement. Selon des chiffres internes, le site www.nick.com a ainsi reçu près de 17 millions de visiteurs en février, en hausse de 20% par rapport à janvier et de 28% par rapport à l’année dernière, à ajouter au 215 millions des sites AddictingGames et Shockwave.

Olivier Daube


Il n'y a pas encore de réaction sur cet article, réagissez!

Votre Réaction





*

Copiez le code de sécurité dans le champ de droite


* Champ obligatoire