Télévision

Interview de Mathieu Béjot (TVFI): “Il y aura bientôt plus de fictions étrangères aux USA”

Date: 30/11/2015


Mathieu-Bejot-259x300 Mathieu Béjot, TVFI

Alors que la France a raflé trois Emmys le 23 novembre dernier, Mathieu Béjot, délégué général de TV France International, fait le point sur les exportations françaises en matière de fiction.

La France a été distinguée lundi soir aux International Emmy Awards avec trois programmes français (sur quatre nominés) récompensés. Mathieu Béjot, délégué général de TV France International, qui promeut les programmes français à l’étranger, est confiant sur le devenir des fictions hexagonales. Comment se porte la fiction française aux Etats-Unis ?

Le marché américain de la fiction est difficile. Pendant des années, on a entendu les diffuseurs dire que le public américain n’avait rien contre les programmes français mais ils nient le doublage ou le sous-titrage. En réalité, il faut produire en anglais comme le fait Gaumont avec “Hannibal”. Des fictions sont produites dans la langue de Shakespeare comme “Crossing Lines”, “Taxi Brooklyn” ou “Le Transporteur”. Il est intéressant de constater qu’il y a de nouveaux supports de diffusion comme Netflix, Hulu, Amazon. Il y a des chaînes plus thématiques comme MHZ sur la côte Est qui a aussi lancé sa plateforme.

Quel est le public pour une fiction française aux Etats-Unis ?

Il existe un public demandeur que nous n’arrivions pas à toucher via les chaînes. C’est un public de niche qui grossit, et des amateurs avertis veulent des séries en langue originale sous-titrée. Par capillarité, les séries remontent vers des chaînes plus importantes. “Les Revenants” ont été diffusés sur la chaîne Sundance par exemple. Je pense qu’il y aura dans les années à venir plus de fictions étrangères aux Etats-Unis.

Quatre programmes français ont été présentés cette année aux Emmys, et trois sont repartis avec un trophée. C’est un bon cru 2015 ?

Oui, nous avons eu “L’Homme qui a sauvé le Louvre”, “Engrenages” dans la catégorie drama, “Fais pas ci fais pas ça” dans la catégorie comédie, et “Soldat blanc” dans la catégorie téléfilm mini-série. C’est mieux que l’an passé, quand seule une œuvre française avait été retenue, “Le Tunnel”, l’adaptation franco-britannique de “The Bridge”. Il y a deux ans, on avait trois programmes. 2015 est définitivement est un bon millésime.

Pensez-vous que l’actualité a pu influencer les votes en faveur de la France ?

Les nominations ont été annoncées au Mipcom, en octobre, donc je ne pense pas qu’il y ait d’incidence directe.

Le thème du Louvre, repris dans “Illustre & Inconnu : comment Jacques Jaujard a sauvé le Louvre” plaît beaucoup aux Américains.

Ce programme produit par Ladybirds Films d’Hélène Badinter, est une équation à trois inconnues dont deux sont connues, comme l’explique le réalisateur. Le Louvre, la Seconde Guerre mondiale et donc l’inconnu, J Jacques Jaujard, cette personnalité extraordinaire qui a évacué les trésors du Louvre. Comme les images de Jacques Jaujard étaient rares, le parti pris a été de recréer son personnage en animation.

“Fais pas ci fais pas ça” était aussi nominée pour un Emmy. C’est assez rare d’avoir unecomédie en lice pour la France ?

Effectivement, il n’y en n’a pas eu beaucoup. De mémoire, “Working Girls” a déjà été sélectionnée en 2013.

“Soldat blanc” s’inscrit dans un thème assez méconnu : celui de soldats partis en Indochine. C’était risqué, non ? Le producteur Georges Campana est sur des projets internationaux de documentaire assez haut de gamme. Il s’est lancé dans cette aventure avec Erick Zonca, un cinéaste reconnu. Au départ, il s’agissait d’un documentaire de 90 minutes qui est devenu beaucoup plus long vu la richesse de la matière.

Comment se portent les ventes d’“Engrenages”, qui a remporté l’Emmy dans la catégorie Drama, à l’international ?

C’est un énorme succès pour cette série diffusée sur Canal + et produite par Son et Lumière. Elle est vendue dans 80 territoires, et a été achetée par Netflix. C’est une série emblématique car elle fut la première série vendue sur BBC 4. Quand BBC 4 achète un programme, ça le pose sur le marché international. La sixième saison est en préparation et le tournage commencera le 15 mai.

 

Propos recueillis par Sandra Muller à New York. La Lettre de l’Audiovisuel est accessible par abonnements uniquement. Pour plus d’information : sandramullernyc@gmail.com.
Pour consulter quelques articles :
lettreaudiovisuel.com.


Il n'y a pas encore de réaction sur cet article, réagissez!

Votre Réaction





*

Copiez le code de sécurité dans le champ de droite


* Champ obligatoire