Télévision

Le Mag de TV France International: Entretien avec Mathieu Fournet, attaché audiovisuel aux États-Unis

Date: 03/01/2019


Mathieu Fournet, attaché audiovisuel aux États-Unis

TV France International : Pouvez-vous vous présenter succinctement pour nos adhérents ?

Mathieu Fournet : Bonjour à tous, Je m’appelle Mathieu Fournet, je suis attaché audiovisuel auprès des services culturels de l’Ambassade de France aux Etats-Unis, où je dirige le département cinéma, audiovisuel et numérique depuis 2014. J’étais auparavant responsable des affaires internationales de l’INA à Bry-sur-Marne, où j’ai eu la chance de développer des projets avec Cuba pour la numérisation et la préservation des actualités cinématographiques de l’ICAIC, le noticiero latinoamericano, ou de lancer le projet de numérisation des enregistrements sonores des procès de Rivonia en Afrique du Sud. J’ai été en poste en Afrique du Sud, en Argentine et à Los Angeles au service du Ministère des affaires étrangères.


TV France International : Quel genre de programme rencontre le plus de succès aux États-Unis ?

Mathieu Fournet : Question difficile au moment où les pratiques de consommation évoluent très rapidement.  Les Américains raffolent des séries télévisées drames ou comédies. On peut citer Roseanne et son spin-off The Conners suite à l’éviction de Roseanne Barr du show pour des propos offensants et jugés racistes, The Big Bang TheoryNCISThe Good Doctor ou Young Sheldon parmi les programmes les plus regardés.

Les plateformes de streaming ne communiquant pas leurs chiffres, il est impossible, même pour un distributeur ayant fait affaire avec l’une de ces plateformes, de connaître les audiences réalisées par un film, un programme ou une série.

TV France International : Quelles sont les actions audiovisuelles mises en place par les services culturels de l’Ambassade pour promouvoir la production française ?

Mathieu Fournet : Les services culturels ont développé de nombreux partenariats avec des festivals et des lieux prescripteurs aux Etats-Unis, dans le domaine du cinéma, de l’audiovisuel, de la réalité virtuelle et des expériences immersives. Notre mission est de promouvoir les industries culturelles et créatives françaises, afin de renforcer la part de marché des contenus et des créations français, de promouvoir l’expertise française dans ce secteur et d’augmenter l’attractivité de la France auprès des investisseurs du secteur, en particulier pour les tournages. Notre action a également pour but de diffuser et promouvoir la création française et francophone dans le domaine du cinéma, de l’audiovisuel et du numérique, notamment des nouvelles écritures qui y sont liées auprès de différents publics : professionnels, grand public, universitaires. Nous ciblons de manière prioritaire les jeunes, les étudiants et les classes moyennes émergentes, et cherchons à toucher les communautés issues de l’immigration latino-américaine.

A titre d’exemple, en 2017 nous avons créé un premier évènement dédié à la série télévisée à New York, un marathon des séries, organisé avec TV France International et de l’association de professionnels français basée à New York, “French In Motion”, pour faire connaître Baron Noir et promouvoir la qualité des productions françaises de fiction. Ce rendez-vous s’est fait avec la complicité de Walter Presents, dont le service de SVOD de Channel 4 et Global Series Network propose déjà Baron Noir en streaming (disponible aux Etats-Unis et au Royaume-Uni), mais aussi d’autres séries françaises : Les hommes de l’ombre, Trois fois Manon, Les Oubliées, Le mystère du lac. Cet événement faisait suite au panel international organisé pour l’édition 2016 des International Emmys Awards avec des showrunners américains et européens de premier plan (Frank Pugliese, showrunner de House of Cards ; Fanny Herrero, créatrice de Dix pour Cent ; Alex Berger, producteur du Bureau des Légendes ; Bradford Winters, showrunner de Berlin Station ;  Jörg Winger, créateur et producteur de Deutschland 83).

En 2017, en partenariat avec le festival SeriesFest de Denver et avec le soutien de la SACD, le service culturel du Consulat de France à Los Angeles et les  services culturels de l’Ambassade de France ont organisé “Boulevard des séries” invitant huit auteurs de séries françaises de création récentes et un écrivain. Cette initiative unique visait à encourager les partages d’expérience entre professionnels français et américains, à engager un travail de terrain pour confronter les méthodes et modalités de création entre les deux pays. Le programme, a été renouvelé en 2018, toujours en partenariat avec la Société des Auteurs et Compositeurs Dramatiques (SACD) et l’Institut Français, et a permis aux auteurs d’échanger avec des opérateurs-clés du secteur : guildes, scénaristes, réalisateurs, producteurs, showrunners, chaînes et plateformes de diffusion à l’instar de Hulu et Amazon.

Dans le domaine des œuvres immersives, les services culturels de l’Ambassade de France aux États-Unis ont lancé en avril dernier avec UniFrance, le CNC et l’Institut Français, “French Immersion“, un nouveau dispositif qui contribue à la promotion des projets immersifs français aux Etats-Unis et qui bénéficie d’un partenariat avec Air France. Il a déjà permis de soutenir une présence française artistique et professionnelle au sein de festivals et de lieux prescripteurs pour ce marché en plein développement à New York (Tribeca, Future of StoryTelling), Los Angeles (Colcoa), Miami (FilmGate) et prochainement dans l’Utah (Sundance NewFrontier).

Dans le domaine du cinéma, nous avons créé “Young French Cinema” en partenariat avec UniFrance, une offre clés en main de premiers et seconds longs-métrages de jeunes réalisatrices et réalisateurs dont les films n’ont pas été achetés sur le territoire américain. L’idée est de promouvoir la jeune création française et francophone, d’encourager le renouvellement des publics et de faciliter le travail des programmateurs américains parfois frileux à l’idée de proposer des films sous-titrés. En 2018, plus de 115 projections ont été organisées dans 54 villes. Les films ont circulé dans 22 États : New York, Tennessee, Oregon, Rhode Island, Louisiane, Californie, Maryland, DC, Ohio, Utah, Texas, Illinois, Minnesota, Floride, Wisconsin, Washington, Caroline du Nord, Connecticut, Pennsylvanie, Virginie, Nouveau-Mexique, Missouri et à Porto Rico. Nous avons également des programmes destinés aux publics universitaires “Tournées Film Festival“, qui permet d’organiser près de 70 festivals de films français sur les campus américains, ou “Films on the Green“, qui tous les étés présente des films français en plein air dans les parcs de New York et qui a été décliné à Chicago, “Films on the Lake”, à Boston et Miami, “Films on the Beach”.

TV France International : Quels types de programmes français retrouve-t-on sur les chaînes aux États-Unis ?

Mathieu Fournet : L’Amérique du Nord contribue particulièrement aux bons résultats des exportations françaises avec une augmentation en 2017 de +16% des exportations vers les États-Unis et le Canada de programmes français.

Même si le marché américain reste difficile et parfois hermétique, la multiplication des nouvelles applications et plateformes numériques, peut augmenter les débouchés possibles pour les programmes français. L’animation en bénéficie, notamment avec les programmes pour enfants, mais également les séries.

Les œuvres de création française et européenne sont tirées par le format des séries grâce à l’émergence et à la croissance des plateformes de SVOD et autres services de streaming tels que Netflix, Hulu, Sundance TV ou encore Amazon Prime.

Certains achats récents illustrent cette progression. Je peux vous citer quelques exemples de séries françaises ou de coproductions françaises qui ont récemment été diffusées sur ces plateformes américaines qui offrent une visibilité inégalée à ces œuvres aux Etats-Unis :  Un village français ou Braquo sur Hulu, Au service de la France, Ainsi soient-ils, Occupied ou Dix pour cent, “a must for French film fans” selon The Hollywood Reporter et dont la saison 2 a été mise à disposition en streaming peu de temps après la diffusion française sur Netflix, Baron Noir sur Walter Presents, Le bureau des légendes sur Sundance Presents et Itunes.

Certaines de ces séries ont d’abord fait l’objet d’une distribution commerciale comme Le bureau des légendes exploitée par Kino Lorber, un distributeur de cinéma américain indépendant qui reste très actif sur le marché des productions étrangères, ou Versailles, qui a d’abord été diffusée par la chaîne Ovation basée à Los Angeles et avec laquelle nous travaillons très étroitement. Nous avons organisé avec eux deux grandes soirées de lancement : à Washington pour le lancement de la saison 1 et à New York pour le lancement de la saison 2, en présence du cast, du showrunner Simon Mirren et de la costumière Madeline Fontaine.

TV France International : Quelles sont les grandes évolutions du paysage audiovisuel états-unien ces dernières années ?

Mathieu Fournet : Le marché de la télévision payante est en pleine recomposition aux États-Unis. Les principaux câblo-opérateurs qui proposaient jusqu’alors des bouquets de chaînes aux prix élevés sont peu à peu forcés d’adapter leurs offres aux avancées technologiques et à la multiplication des acteurs dans leur domaine.

A l’heure où une génération entière délaisse la télévision payante, par câble ou satellite, au profit de services de vidéo à la demande tel que Netflix, l’heure semble être à la transition vers la télévision payante par internet, ou vers les offres OTT (Over The Top).

Selon une société d’études de marché américaine liée au numérique, le nombre de “cord cutters” (ceux qui coupent le cordon, à savoir les individus qui se désabonnent des offres de télévision payante), va augmenter de 32,8% en 2018 pour atteindre 33 millions. Ils étaient déjà 27,1 millions en 2017 et la tendance ne semble pas s’inverser, au contraire.

En cause : le marché de l’OTT qui continue son expansion grâce à des offres bien plus abordables et toujours plus riches en contenu original. En effet, un abonnement à la télévision payante s’élève souvent à plus de $100 par mois tandis qu’une souscription à un service de SVOD coûte presque dix fois moins.

Si les prévisions s’avèrent correctes, 55 millions de personnes quitteront leur abonnement aux offres de télévision payante d’ici à 2022, soit 21% de la population américaine.

De manière synthétique, il me semble que les évolutions récentes du paysage audiovisuel aux Etats-Unis les plus importantes peuvent être résumées en trois points :
– L’érosion de la télévision câblée et du nombre d’abonnés aux câblo-opérateurs.
– La place de plus en plus forte des plateformes et l’évolution des pratiques de consommation (VOD en streaming, abonnements Netflix, Hulu, Youtube, Amazon, etc.).
– Le développement d’offres étrangères concurrentielles aux œuvres françaises cinématographiques et audiovisuelles, notamment en provenance des pays asiatiques et sud-américains, accompagné d’une montée en puissance des offres en langue espagnole sur le territoire américain (Telemundo, Univision, etc). Ceci étant visible sur la télévision traditionnelle, mais également sur les plateformes et dans le circuit d’exploitation cinématographique en salles (festivals ou sorties commerciales).
Pour en savoir plus, n’hésitez pas à consulter Mediamerica.


Retrouvez l’article Entretien avec Mathieu Fournet, attaché audiovisuel aux États-Unis, par Juliette Lecuyer sur TV France International Le Mag.
Pour en savoir plus : tvfrance-intl.com


Il n'y a pas encore de réaction sur cet article, réagissez!

Votre Réaction





*

Copiez le code de sécurité dans le champ de droite


* Champ obligatoire