Télévision

Les chaînes sportives aux Etats-Unis : évolutions et statu quo

Date: 08/04/2014

 

nbaLes chaînes sportives sont très nombreuses aux Etats-Unis. On en recense plus de trente au niveau national et une dizaine au niveau régional (Fox Sport dispose d’un très large réseau de chaînes sportives locales).  Les principales chaînes sportives nationales qui ne sont pas spécialisées dans une seule discipline sont ESPN, CBS Sports, Fox Sport, NBC Sport. Les plus grands événements sont retransmis gratuitement et en clair. L’exemple le plus emblématique est celui du Super Bowl retransmis en exclusivité et à tour de rôle (avec un roulement tous les 3 ans) sur NBC (qui a remplacé ABC), FOX et CBS. En 2014, la retransmission sur FOX et a été suivie par 111,5 millions de téléspectateurs  ce qui correspond à la meilleure audience TV jamais enregistrée  aux Etats-Unis. Les acteurs traditionnels ont aussi une stratégie digitale de plus en plus élaborée.

De nombreuses chaînes sont dédiées à une discipline en particulier, comme NBA TV pour le Basket, the Ski channel, horse racing TV etc. … Chaque sport a sa chaîne dédiée, diffusée à travers le territoire via un voire plusieurs câblo-opérateurs. Les sports les plus populaires sont le football américain, le basketball, le baseball. Ce sont ceux qui sont les plus médiatisés et qui sont aussi structurés en puissantes « leagues » (fédérations).

Les « leagues » : une filière verticale intégrée

Au cours des dernières décennies, les leagues se sont développées pour asseoir leur position sur le marché de l’entertainment et de l’audiovisuel. Du match à la retransmission en passant par la captation et la production, la league maîtrise largement la chaîne de diffusion.

Les leagues ont leurs propres sociétés de productions, comme NBA Entertainment créée il  y a plus de 30 ans, en 1983. NFL Films produit des publicités, des programmes TV, et même des longs métrages qui seront ensuite diffusés sur NFL Network, la chaîne de la NFL.

Les leagues ont leurs propres chaînes : NBA TV créée en 1999, NHL Network (Hockey) en 2001 au Canada et 2007 aux Etats-unis,  NFL Network (football américain) en 2003, MLB Network (Baseball) en 2009. Ces chaînes sont contrôlées par leur league mère même si les modèles peuvent varier. Ainsi NBA TV est opérée par Turner (la NBA est partenaire de la chaîne TNT qui appartient au groupe Turner). MLB Network, la chaîne dédiée au Baseball appartient majoritairement à la MLB (Major League Baseball) mais aussi en partie à Comcast (via NBC Sports Group), DirecTV, Time Warner Cable and Cox Communications. NFL Network appartient pleinement à la NFL qui a investi 100 millions de dollars pour sa création. La chaîne ESPN en est partenaire et reprend certains programmes de la NFL (l’actuel CEO de NFL Network, Steve Bornstein, est l’ancien chairman d’ESPN).

Ces chaînes sont largement distribuées sur le territoire américain (et au Canada). En août 2013, 59,721,000 foyers américains (52.3% des foyers avec télévision) recevaient NBA TV;  70,043,000 (61.13%) MLB Network et 70,910,000 (62.09%) NFL Network. Néanmoins, pour assoir leur visibilité et leur popularité (et notamment augmenter le nombre de licenciés, et de spectateurs dans les stades), les leagues ont intérêt à être aussi présentes sur les chaînes nationales, gratuites. C’est pourquoi elles signent des accords de long terme avec les networks pour leurs principales compétitions (voir l’article : Christine Kelly en mission sur les droits sportifs à New York)

Un immense marché divisé en zones géographiques :

La règle du black out établie il y a quarante ans par la FCCest actuellement remise en cause. Cette règle a pour but de limiter la retransmission télévisuelle de certains matchs dans un périmètre défini autour du stade pour favoriser la vente des places. Si les chaînes locales sont en black out , les chaînes nationales (et payantes) ne sont pas autorisées non plus à prendre le relais dans la zone du black out. Les règles exactes du black out varient selon les leagues, selon les ventes des tickets, les accords d’exclusivité avec les chaînes nationales etc.  Avec l’évolution du paysage audiovisuel et numérique, la FCC vient de proposer la suppression de la black out rule. Les leagues auront néanmoins toujours la possibilité de négocier des black outs avec les broadcasters. Les débats sont en cours.

Les out of the market sport packages et l’essor de la stratégie digitale

Seules les compétitions les plus importantes sont retransmises à l’échelle nationale. Les chaînes privilégient les matchs locaux. Une même chaîne ne diffusera donc pas le même match d’un état à l’autre. Pour voir un match qui n’est pas diffusé localement, les fans peuvent avoir recours à des services appelés « Out of the Market sport Packages » commercialisées par les leagues. Ces packages sont disponibles sur le câble ou le satellite (comme le « NFL Sunday Ticket » via Direct TV ), et de plus en plus souvent sur Internet. C’est le cas du  NFL Sunday Ticket To Go ou du NBA League Pass  qui permet aux fans de regarder les matchs diffusés hors de leur zone géographique sur n’importe quel écran. Ces packages sont disponibles sur abonnement et  génèrent des sources de revenus non négligeables pour les leagues.

La stratégie digitale des chaînes sportives est au cœur de leur développement actuel. C’est d’ailleurs ce que l’on a pu constater tout récemment lors du Superbowl 2014. Fox Sport a retransmis le match en ligne. Le lien de streaming de la chaîne a connu une fréquentation d’environ 528 000 spectateurs à la minute, une augmentation de 4% par rapport  à la rencontre de 2013 diffusée sur CBSSports.com, et de 52% par rapport à celle de 2012 sur NBCSports.com.

Pendant les événements live que constituent les matches, les réseaux sociaux sont largement mis à contribution pour générer du buzz, faire croître et « engager »l’audience, lui permettre d’interagir. Les études prouvent que ce sont pendant les événements live et fédérateur que les réseaux sociaux et en particulier Twitter ont le plus d’impact (on l’a encore vu récemment avec le crash de twitter pendant la cérémonie des Oscars).  Cet aspect est largement pris en compte autant par les leagues que par les chaînes sportives dont les départements « digital » sont étoffés régulièrement.

Enfin, il ne faut pas négliger les matchs virtuels qui connaissent un véritable essor et font désormais partie de l’écosystème sportif. Les Leagues ont très tôt développé des jeux – par exemple NFL Game Play qui a connu un grand succès dans les années 1990 sur Playstation. Désormais, ce sont les Fantasy qui génèrent d’importantes retombées économiques. Les joueurs en ligne managent virtuellement une équipe composée d’athlètes connus dont les résultats in real life influencent ceux de l’équipe virtuelle. Les Leagues et les chaînes sportives ont créé leurs propres fantasy games à l’instar d’ESPN Fantasy Basketball, ou de Fantasy NBA,  ou encore de Fantasy CBSSports qui propose des Fantasy Games pour tous les sports. C’est évidemment aussi un moyen d’encourager les spectateurs à suivre assidument les matchs.

Pervenche Beurier


Il y a une réaction sur cet article, réagissez!

Une Réaction

1 - Aereo vs broadcasters : Le procès qui divise l’audiovisuel américain « Mediamerica | 08.04.14

[…] Parmi les opposants à Aereo, aux côtés des broadcasters, on trouve les principaux câblo-opérateurs, les syndicats des talents de la télévision ainsi que les studios (au nom du droit d’auteur), ou encore les leagues sportives qui monnaient très cher les retransmissions de matchs. […]


Votre Réaction





*

Copiez le code de sécurité dans le champ de droite


* Champ obligatoire