Télévision

Les Emmy Awards intègrent les webséries dans la catégorie “formats courts”

Date: 11/07/2016


Emmy Awards Emmy Awards

Il y a dix ans environ, le monde de la télévision considérait YouTube au mieux comme une poubelle de vidéos amateurs, au pire comme une décharge de contenus volés. Mais cette année, You Tube pourrait gagner un Emmy Award pour l’un de ses contenus originaux.

La TV Academy, qui choisit les nominés des Emmy Awards, dans une volonté d’ouverture aux producteurs de contenus web, a cette année créé de nouvelles catégories mettant à l’honneur les formats courts de comédie ou de drame, ainsi que leurs actrices et acteurs. Les Emmy Awards prennent en compte le fait que les spectateurs les plus jeunes s’intéressent aujourd’hui davantage à ce qui est diffusé sur Internet qu’aux formats classiques des prime times télévisuels.

Nous apprécions beaucoup que cet espace de création qu’est le web soit reconnu par des organisations faisant autorité comme les Emmys”, déclare Courtney Holt, vice-présidente de Disney Maker Studios. “Pour moi c’est une reconnaissance de la grande qualité des programmes que nous produisons”.

Les nouveaux talents du numérique ont ainsi désormais la possibilité de rivaliser avec les chaînes de télévision. Les candidats à la sélection dans la catégorie des formats courts pour les Emmy Awards comprennent un grand nombre de webséries plus susceptibles d’être visionnées sur un smartphone que sur un écran de télévision. Parmi eux, on trouve “Epic Rap Battles of History”, un show des studios Disney Makers ayant fait son apparition sur la toile il y a quelque temps et qui consiste en un mélange de comédies imaginant des battles de rap dans des époques passées ; “Scare PewDiePie”, une réinterprétation du genre du reality-show avec PewDiePie, superstar de YouTube agée de 26 ans -Felix Kjellberg de son vrai nom- produit par Maker et Skybound Entertainment pour YouTube Red (l’offre payante de YouTube) ; la série dramatique pour ados “Guidance”, avec la célébrité du web Amanda Steele et Michelle Trachtenberg de “Gossip Girl” ; ou encore la série fantastique “Oscar’s Hotel for Fantastic Creatures” de New Form Digital, produite en collaboration avec Jim Henson’s Creature Workshop et distribuée sur la plateforme Vimeo.

Alors que certaines plateformes de streaming comme Amazon (avec sa série “Transparent”) et Netflix (avec “Orange is the New Black” et “House of Cards”) ont pu participer aux courses aux récompenses télévisuelles avec des séries à gros budget, la catégorie des formats courts des Emmys présente une barrière à l’entrée plus facile à franchir. “Il est impossible de rivaliser avec quoi que ce soit qui approche la centaine de millions de dollars de budget” déclare Mia Goldwyn, responsable des contenus chez StyleHaul, une entreprise de médias numériques orientés lifestyle et mode, détenue par le groupe RTL.

Parmi les candidatures de StyleHaul aux Emmy Awards  se trouve “Relationship Status”, une tragicomédie sur fond de réseaux sociaux se déroulant à New York et Los Angeles, avec un casting où les Millenials sont majoritaires avec parmi eux Shawn Ashmore (X-Men : Days of Future Past), Emma Bell (The Walking Dead) et Brant Daugherty (Pretty Little Liars). Coproduit par James Frey’s Full Fathom Five (une maison d’édition de livres numériques), la série composée d’épisodes de dix minutes a débuté sur Verizon Go90 en avril.

Les aspirations des nouveaux arrivants des plateformes numériques pour les Emmy awards rappellent les difficultés qu’ont eues les chaines câblées à s’imposer dans le paysage de la production de séries dans les années 1990. Les chaines câblées ont d’abord créé leur propre récompense, les CableACE awards avant que leurs contenus ne soient reconnus par les Emmys, pour ensuite dominer toute la catégorie “Drama”.

Internet s’est créé des récompenses pour les œuvres en ligne comme les Webbys ou les Streamys, ce qui a eu pour effet de créer des niches pour les contenus originaires du web. Mais ces contenus ne sont pas assez prestigieux pour la cour des grands qu’est Hollywood.

Parallèlement, des acteurs du monde numérique, comme Conde Nast Entertainment (CNE), présentent aux Emmys certaines de leurs productions dans des catégories traditionnellement réservées à la télévision, comme celle des téléfilms. CNE y a ainsi présenté Stop, un film de neuf minutes à propos d’un lycéen afro-américain et de son expérience d’un contrôle et d’une fouille au corps par la police de New-York (le court métrage faisait partie de la sélection officielle des courts de Sundance), tandis que Funny or Die a présenté “Donald Trump’s The Art of the Deal: The Movie” où Johnny Depp parodie l’homme d’affaire dans sa période des années 80. « Nous ne percevons pas Stop comme étant une œuvre purement destinée au web. La plateforme sur laquelle le film a été diffusé en premier n’a pas d’importance” souligne Dawn Ostroff, président de CNE. “Le film est représentatif de ce que sont nos standards de qualité en matière de narration, que vous pourriez très bien voir à la télévision ou au cinéma”.

Les deux autres candidatures de Conde Nast Entertainment sont également des formats courts : le programme du magazine GQ “Most Expensivest Shit” présenté par le rappeur 2 Chainz dans la catégorie variété, et “Cyborg Nation”, une série documentaire de Wired produite par Reddit pour la catégorie “réalité, documentaire”.

Pour courtiser les votant des Emmy Awards, les studios du web s’en tiennent à leurs chaînes en ligne et à quelques évènements et projections – pas d’envoi de DVD, même si Dawn Ostroff précise que CNE enverra des DVDs pour Stop par sécurité. Pour The Skinny (qui concourt pour les catégories de la meilleure actrice des formats courts de fiction et celle de la meilleure websérie), Refinery29 cherche à créer le buzz sur les réseaux sociaux en organisant une session Facebook Live avec la créatrice-actrice-réalisatrice star Jessie Kahnweiler. “Vous ne verrez jamais Jessie sur un panneau publicitaire, nous voulons rester uniquement dans l’arène du web” affirme Amy Emmerich, directrice des contenus de Refinery29. Un Emmy award aide bien sûr à financer un programme, mais pour Dawn Ostroff, le but ultime est de faire connaître les webséries auprès de la communauté créative. “Si les professionnels vous donnent cette approbation, votre studio peut devenir une grande maison”.

Emmys Embraces Digital Series With Short-Form Category Additions, Variety, 31/05/2016

Traduit et adapté par Philémon Bouderlique


Il n'y a pas encore de réaction sur cet article, réagissez!

Votre Réaction





*

Copiez le code de sécurité dans le champ de droite


* Champ obligatoire