Télévision

Quatre clicks pour le Duke

Date: 20/11/2002


Duke Ellington, 1933

Duke Ellington, 1933

Trente années séparent le musicien sur l’écran du public dans la salle du Florence Gould Hall. Mais les spectateurs applaudissent à la fin de chaque morceau comme s’ils étaient au cabaret. Et quand le Duke demande aux téléspectateurs de l’ORTF de claquer des doigts, – click, click, click, click – à trente ans d’écart, toute la salle du French Institute Alliance Française de New York venue voir (et écouter) «Jazz Giants: Americans in Paris» sur grand écran, s’y met à son tour : click, click, click, click. Même communion à la Maison Française de Washington trois jours plus tard. La qualité des documents réédités en numérique par l’INA (et avec le concours des laboratoires LVT) , la présentation par Mercedes Ellington, petite fille du «maestro», et surtout l’étonnante «présence» du «Duke» dans ce «Jazz Portrait» pour petit écran, signé Bernard Lion et Henri Renaut, ont été les ingrédients de moments d’émotion exceptionnels, devant un nombreux public américain – et des représentants du MT&R, musée de la télévision et de la radio – venus apprécier cet hommage à la culture américaine.

La manifestation «Jazz Giants: Americans in Paris», réalisée grâce au soutien de l’INA et de la Cinémathèque française, représentés par Mme Clara Fonsing et M. Partick Bensard aux séances new-yorkaises, connaîtra une suite en 2003 avec de nouvelles projections et un second programme que Bernard Lion est en train de préparer.

Martin Even


Il n'y a pas encore de réaction sur cet article, réagissez!

Votre Réaction





*

Copiez le code de sécurité dans le champ de droite


* Champ obligatoire