Télévision

Télévisions connectées : Google lance Google TV

Date: 08/11/2010



Google TV

La bataille pour savoir qui contrôlera le marché de la télévision interactive a pris une nouvelle tournure depuis que Google a lancé sa Google TV (Voir l’article : Google à la conquête des écrans de télévision).

Les premiers boîtiers connectant un écran plat à Internet pour accéder à Google TV ont été dévoilés au mois d’Octobre par Logitech. Baptisés Revue, ils sont vendus à 299$. La présentation par Sony des téléviseurs et autres appareils électroniques adaptés à la diffusion de Google TV a suivi de peu. Les téléviseurs coûtent entre 599$ et 1 399$ et les lecteurs Blu-ray coûtent 399$.

Le service proposé transforme votre écran de télévision en une interface interactive sur laquelle il est possible de cliquer pour accéder à du contenu, grâce notamment à des applications simplifiées.

Le lancement de Google TV intervient peu après celui d’Apple TV, au mois de septembre dernier (Voir l’article Apple propose des épisodes de séries de Disney et News Corp. à 99 cents). Le facteur décisif sur ce marché des télévisions connectées pourrait être l’écart de prix entre les différents produits.

Le contenu des plates-formes devrait en effet être à peu près similaire. La plupart des propriétaires de contenu font le choix de proposer leurs programmes sur toutes les nouvelles plates-formes numériques afin d’assurer leur présence sur celles qui rencontreront les faveurs du public. Ils tentent également ainsi de maximiser leurs revenus en provenance d’Internet.

A ce jour, Google compte parmi ses partenaires le service HBO Go, accessible uniquement aux abonnés de HBO (Voir l’article HBO GO : le nouveau site Internet pour visionner séries et films de HBO), et le service en streaming de Netflix. Il comprend également les offres TV Everywhere des chaînes TBS et TNT du groupe Turner, qui permettent aux abonnés de ces chaînes d’accéder à leurs programmes, à la demande, sur Internet. La NBA proposera également une application NBA Game Time qui fournira aux utilisateurs les scores et les moments forts des matchs de basketball aux Etats-Unis. Amazon Video on Demand proposera 75 000 titres de films et de séries télévisées à la location ou à l’achat. Le service de musique sur Internet Vevo mettra en ligne un catalogue customisé de musique à la demande, tout comme les autres services du même type que sont Napster et Pandora.

Google mettra en accès des vidéos de YouTube dans ce qui sera appelé YouTube Leanback. Twitter, blip.tv et autres plates-formes Internet ont amélioré leur présentation pour un meilleur accès depuis Google TV.

Les fournisseurs de contenu proposent généralement sur Google TV des programmes déjà accessibles sur Internet, en adaptant leurs sites web afin d’optimiser leur utilisation sur ce nouveau service ou en lançant des applications interactives qui ne sont pas encore disponibles sur d’autres offres, comme Apple TV.

Comme l’a confirmé un porte-parole de la société, Viacom ne mettra pas de contenu à disposition sur Google TV (les deux compagnies sont actuellement en procès à propos de YouTube – voir l’article Viacom et YouTube embarrassés par les révélations de la justice). News Corp. et Disney, qui font actuellement des essais sur Apple TV, ont également décidé de ne pas s’impliquer dans le projet. Comme pour Apple TV, les studios d’Hollywood restent pour le moment réservés quant à une présence possible sur Google TV.

NBC Universal a mis en place une application CNBC avec des informations sur les marchés financiers, mais il n’est pas encore possible de regarder les séries The Office ou 30 Rock sur Google TV. Dans un communiqué, les représentants de NBC U ont déclaré qu’ils avaient eu des échanges avec Google et qu’ils se sont associés avec la société pour l’application CNBC, mais que, comme beaucoup d’autres fournisseurs de contenu, la chaîne souhaitait réfléchir à l’usage de cette nouvelle plate-forme pour un autre type de contenu.

Les principaux networks semblent en effet avoir pris le parti de ne pas s’associer à la dernière tentative de marier Internet et la télévision. Google a fait savoir mi-octobre qu’ABC, CBS et NBC bloquaient l’accès en ligne à leurs programmes à partir de la plate-forme Google TV. Les networks souhaitent en effet obtenir une compensation financière en échange de la possibilité pour les utilisateurs de Google TV d’accéder à leurs programmes disponibles sur leurs sites Internet, sur Hulu ou sur tout autre site web.

Les networks tentent actuellement de limiter la quantité de programmes proposés sur le web et la fenêtre de mise à disposition de ce contenu (il est généralement disponible 12 à 24h après sa diffusion à la télévision).

Les négociations autour des frais de retransmission sont une des raisons principales pour lesquelles les networks sont de plus en réticents à mettre leurs programmes en ligne (Voir l’article Retour sur la question des frais de retransmission pour les opérateurs du câble aux Etats-Unis). Les chaînes de télévision affiliées aux Big Four souhaiteraient obtenir une augmentation de la rémunération que leur versent les câblo-opérateurs pour reprendre leurs chaînes.

Peu d’information transpire quant aux négociations entre Google TV, NBC, CBS et ABC. Fox, de son côté, autorise l’accès à son contenu sur Google TV, mais la chaîne a clairement précisé que cela pourrait changer à l’avenir.

La disponibilité croissante des contenus en ligne est également perçue comme une menace par les opérateurs de la télévision payante. Le fait de rendre ces contenus encore plus accessibles via des plates-formes comme Google TV ne séduit pas spécialement les opérateurs du câble et du satellite. C’est pourquoi ils mettent en place d’autres systèmes de type TV Everywhere.

Le débat au sujet de Google TV intervient alors que le Congrès américain se penche sur le marché de la vidéo sur Internet à l’occasion de la fusion Comcast – NBC U. Des préoccupations quant au contrôle que les groupes de médias ont sur ce marché pourraient donner naissance à une régulation qui obligerait les principales chaînes de télévision américaines (networks et câble) à mettre à disposition, sur Internet, une partie de leur contenu.

Richard Greenfield, analyste pour la société BITG Research, étudie les tentatives des propriétaires de contenu télévisé de rentabiliser la diffusion de leurs programmes sur Internet. Dans une étude intitulée « Broadcast TV Manifesto: If You want to Be paid Like cable Nets, Start Acting Like Cable Nets on the Web », il écrit notamment : « Nous trouvons de plus en plus difficile de comprendre comment les chaînes de télévision peuvent exiger des frais de retransmission plus élevés aux opérateurs du câble, et en même temps, mettre leur contenu en ligne gratuitement. »

Une étude publiée début octobre par ABI Research a révélé que sur 1 005 consommateurs interrogés, 32% étaient intéressés par la possibilité de regarder des vidéos en provenance d’Internet sur leur télévision : c’est presque le double du chiffre obtenu lors d’une enquête similaire en 2008. Si ce service était mis à leur disposition, 13% seraient susceptibles d’annuler leur service de télévision payante, c’est-à-dire faire ce que les Américains appellent le cord cutting. Cette dernière option devient plus séduisante dans un climat économique morose, souligne l’analyste d’ABI Research Michael Inouye. « Le problème, c’est que la plupart du contenu que les gens regardent n’est pas disponible en ligne », dont de nombreux programmes de sport.

Broadcast nets grapple with Google TV, de Cynthia Littleton, Variety, 25 Octobre 2010

Some don’t want to play with Google TV, de Georg Szalai, The Hollywood Reporter, 5 Octobre 2010

Google unveils content partners, de Marc Graser, Variety, 4 Octobre 2010

Géraldine Durand


Il y a une réaction sur cet article, réagissez!

Une Réaction

1 - HOME FEATURE: Google TV « Mediamerica | 08.11.10

[…] Télévisions connectées : Google lance Google TV […]


Votre Réaction





*

Copiez le code de sécurité dans le champ de droite


* Champ obligatoire