VOD

La chronologie des médias en débat à Hollywood

Date: 28/05/2010



La Chronologie des Médias en débat à Hollywood

Les films qui sortent en salles prennent de plus en plus rapidement le chemin du petit écran. La question est de savoir à quel moment et combien les consommateurs sont-ils prêts à payer pour les voir ?

Ce n’est plus un secret qu’Hollywood veut faire de 2010 l’année de la réduction massive des fenêtres de diffusion, grâce à de nouveaux moyens de distribuer les films et dans le but de ressusciter l’industrie du cinéma à domicile qui assurait jadis au moins 30% des recettes totales d’un film. Ces méthodes impliquent de réduire le délai classique de 4 mois entre la sortie d’un film dans les salles et en DVD.

La dernière idée en date, avancée par Time Warner Cable, serait de mettre les films à disposition en VOD 30 jours après leur sortie en salles, à un prix démarrant à 20$ par visionnage.

Mais les studios semblent ne pas vouloir brûler les étapes. Bien que certains de leurs représentants pensent que ce projet pourrait en effet générer des profits importants pour les studios et les opérateurs du câble, la plupart ne sont pas prêts à adopter une telle démarche dans un  proche avenir. Un délai de 60 jours serait certainement plus apte à obtenir l’approbation des exploitants.

Ces derniers pourraient en effet décider de boycotter un film en cas contraire. Les salles britanniques ont menacé de ne pas diffuser Alice au pays des merveilles quand le studio a proposé de réduire la première fenêtre de diffusion à 3 mois. Le film a enregistré 1 milliard de recettes dans le monde depuis sa sortie le 5 mars dernier.

Selon un membre des studios, passer à 30 jours serait une transition radicale par rapport à la fenêtre traditionnelle. Et bien qu’il ne soit pas rare de revoir les stratégies de sortie des films, une sortie en salles aussi courte réduirait immanquablement les profits des sociétés de production. En 2009, les entrées salles sur les Etats-Unis représentaient 10.6 milliards de dollars.

Il pourrait cependant y avoir quelques exceptions. Des films qui ont raté leur passage en salles pourraient être de bons candidats pour une sortie rapide en VOD. C’est déjà le cas pour certains films comme MacGruber qui, malgré une grosse campagne de communication à sa sortie, n’a pas réussi à trouver son public en salles.

Les studios pourraient également considérer les films d’animation familiaux comme de potentiels événements pour lesquels ils feraient payer un prix élevé. La première raison incitant les studios à facturer plus cher ces films est la somme que les parents doivent payer quand ils amènent leur famille voir un film en salles, particulièrement s’il s’agit de films en 3D, pour lesquels il faut ajouter 4 à 5 dollars au prix habituel du billet.

Toutefois, les studios savent que ce genre d’offre ne marchera que si le film est encore en salles. Si tel est bien le cas, nombreux sont ceux qui pensent que 20$ est un tarif trop bas et qu’un prix variant entre 30$ et 50$ serait plus intéressant. Non seulement cela rassurerait les exploitants, puisqu’un prix élevé leur apparaîtrait comme une moindre menace, mais cela réduirait aussi la baisse de revenus qu’entraîne la diffusion du film lors de soirées de visionnages entre amis. Le prix des programmes de sport en pay-per-view a augmenté suite à des études ayant montré que de plus en plus de personnes se réunissaient pour voir ensemble un événement à 50$.

L’idée de Time Warner Cable est à rapprocher de la dernière campagne à 30 millions de dollars lancée par les studios et les opérateurs du câble pour promouvoir la VOD disponible via leurs boîtiers (Voir l’article Câblo-opérateurs et studios s’unissent pour soutenir la Vidéo à la demande). Un grand nombre de titres des studios sont déjà disponibles en VOD le jour de leur sortie en DVD. Les sociétés de production récupèrent en général 55% des recettes du pay-per-view.

Cette proposition du studio américain suit également de près la décision de la FCC qui a accordé aux studios le droit d’utiliser une technologie anti-piraterie favorisant ainsi la diffusion plus tôt de films inédits via les boîtiers des opérateurs (voir l’article Chronologie des médias : la FCC ouvre en partie la fenêtre d’Hollywood).

La réduction dramatique de la fenêtre de diffusion pourrait ainsi être la dernière solution adoptée par les studios pour créer de nouvelles sources de revenus et compenser leurs pertes dues aux chutes de ventes de DVD, notamment en raison de l’apparition de sociétés de location de films comme Netflix ou Redbox et leurs faibles tarifs allant jusqu’à 1$/jour. La demande est telle que les opérateurs des kiosques songent à doubler le prix pour atteindre 2$ pour les nouveautés.

L’usage de ces services ne devrait pas cesser d’augmenter maintenant que les fabricants de télévision s’associent avec des entreprises comme Google pour amener Internet sur leurs écrans (voir l’article Google à la conquête des écrans de télévision). Netflix a également entamé le processus pour être présent sur toutes les consoles de jeux vidéo majeures (voir l’article Nintendo propose Netflix sur la Wii) et sur le nouvel iPad d’Apple.

Face à cette situation, les studios ont négocié des accords avec Netflix et Redbox pour que les compagnies ne louent pas les DVDs jusqu’à 28 jours après leur mise en vente (voir l’article Titres de Warner Bros. : Netflix devra attendre !).

En faisant cela, et en s’associant avec les opérateurs du câble, ils embrassent toutes les formes de diffusion numérique, à l’extérieur des cinémas.

Studios debate window plande Marc Grasser et Andrew Stewart, Variety, 24 mai 2010

Géraldine Durand


Il y a 3 réactions sur cet article, réagissez!

3 Réactions

1 - La Google TV relance le Débat sur la chronologie des media | Plinkers – The product linking company (Plinking) | 28.05.10

[…] Source : http://mediamerica.org/vod/chronologie-medias-en-debat-a-hollywood/ […]


2 - HOME FEATURE: chronologie des medias « Mediamerica | 28.05.10

[…] La chronologie des médias en débat à Hollywood […]


3 - Chronologie des médias : les films en vidéo à la demande 60 jours après leur sortie en salles « Mediamerica | 28.05.10

[…] de transformations pour la chronologie des médias aux Etats-Unis (Voir l’article du 28 mai 2010 La chronologie des médias en débat à Hollywood). C’est finalement pour 2011 que ces évolutions se […]


Votre Réaction





*

Copiez le code de sécurité dans le champ de droite


* Champ obligatoire