VOD

Netflix : un pas en avant avec Miramax, deux pas en arrière avec Starz et Showtime

Date: 12/04/2011



Netflix sur iPad

Depuis que Filmyard Holdings a acheté Miramax fin 2010 (Voir l’article du 5 mai 2010 : La société Miramax enfin vendue), l’objectif de la société a été de monétiser le catalogue de 700 titres de la compagnie fondée par les frères Weinstein. Après avoir entamé des négociations avec YouTube afin de louer et de vendre ses films sur son site Internet, les nouveaux propriétaires de Miramax seraient sur le point de signer un accord similaire avec Netflix. Selon certaines sources, l’accord pourrait rapporter à Miramax la somme de 100 millions de dollars sur 5 ans. Le catalogue de Miramax comprend des titres tels que Shakespeare in Love, Chicago, Pulp Fiction et Good Will Hunting. Cherchant à étoffer son offre, Netflix n’a pas hésité à signer des accords très juteux ces derniers mois (Voir l’article du 24 septembre 2010 : La nouvelle stratégie de Netflix : une révolution pour le secteur de la distribution aux Etats-Unis). Au mois de février, Miramax avait déjà signé des accords avec Lionsgate et Studio Canal pour la distribution des films de la compagnie en DVD et en Blu-ray, ainsi que sur plate-forme numérique, aux Etats-Unis et à l’étranger. Le CEO de Miramax, Michael Lang, avait déclaré il y a quelques mois que les accords de distribution pour une diffusion numérique du contenu étaient au cœur de ses préoccupations et qu’il souhaitait pouvoir ainsi passer outre les chaînes de télévision payantes comme HBO ou Showtime.

La conclusion d’un accord avec Miramax serait une bonne nouvelle pour Netflix qui vient d’essuyer deux revers consécutifs avec deux de ses principaux et plus anciens partenaires, Showtime et Starz.

La chaîne de télévision payante Starz a en effet annoncé fin mars qu’elle entendait limiter la disponibilité de ses films et séries télévisées sur Netflix. Cette annonce intervient peu après une décision similaire prise par Showtime mi-mars. L’accord signé récemment entre la chaîne premium du câble et Netflix stipule que le service aux enveloppes rouges n’aura pas les droits de diffusion en streaming des saisons précédentes de séries encore à l’antenne sur Showtime. La chaîne câblée souhaite pouvoir proposer une certaine partie de son contenu exclusivement sur son nouveau service de visionnage avec authentification sur Internet, Showtime Anytime. Lancé avec Comcast sur son offre TV Everywhere Xfinity TV en octobre dernier, ce service permet aux abonnés de la chaîne d’accéder gratuitement à plus de 400h de programmes à la demande sur plates-formes numériques.

De la même manière, la chaîne payante Starz va imposer un délai de 90 jours entre la diffusion de ses séries sur son antenne et leur mise à disponibilité en streaming sur Netflix, procédure qui commencera à être appliquée dès le 1er avril avec la série Camelot. Jusqu’à présent, Netflix proposait les séries de Starz en streaming le lendemain de leur diffusion sur la chaîne premium. Les films diffusés sur Starz et pour lesquels la chaîne a la primeur, notamment grâce à des accords avec Disney et Sony, seront également mis à disposition plus tardivement qu’à l’heure actuelle sur Netflix. Ce délai n’a pas encore été précisé. Netflix a cependant souligné qu’il n’y aurait pas de changement immédiat dans la disponibilité des films puisque son accord avec Starz ne parviendra à échéance qu’à la fin de l’année 2011. Mais Starz semble d’ores et déjà décidé à revoir sérieusement les termes de l’accord qui lie les deux compagnies.

Pour un représentant de Netflix, la décision de Starz ne devrait pas avoir beaucoup d’impact sur la société puisque ses abonnés attendent généralement de pouvoir regarder plusieurs épisodes d’une série en même temps. Toutefois, ce changement de position de la part de Starz reste un coup dur pour Netflix puisque c’était l’accord signé en 2008 avec la chaîne premium qui avait permis à la société aux enveloppes rouges de faire décoller son service en streaming.

La limitation des fenêtres de diffusion sur Netflix a, pour certains, joué un grand rôle dans la décision de la société de se lancer dans la diffusion de programmes originaux, comme elle l’a fait fin mars en signant un accord avec Media Rights Capital concernant la série House of Cards (Voir l’article du 29 mars 2011 : Netflix se lance dans la production de séries télévisées).

Les décisions de Starz et de Showtime mettent en avant la situation de « frenemies » (friends et enemies) qui lie désormais les services sur abonnement comme Netflix et les chaînes du câble payantes. Le pas franchi par Netflix avec la série House of Cards en fait un concurrent encore plus menaçant pour ces chaînes. Netflix apparaît désormais comme une chaîne premium située en-dehors du modèle classique des chaînes câblées sur abonnement. Les annonces de Starz et Showtime démontrent que ces chaînes considèrent que fournir du contenu trop rapidement à Netflix pourrait décourager certains consommateurs de s’abonner au câble. En effet, l’offre de Netflix est considérée par beaucoup comme une des causes de la hausse des résiliations des abonnements du câble aux Etats-Unis (cord cutting). Toutefois, les chaînes premium ne peuvent pas totalement se passer d’une vitrine qui compte désormais 20 millions d’abonnés (Voir l’article du 22 février 2011 : Netflix dépasse les 20 millions d’abonnés), notamment pour leurs programmes de catalogue.

Pour certains analystes, la démarche de Starz et de Showtime annonce un revirement dans le marché de la distribution du contenu des chaînes câblées sur Internet. Ils pensent en effet que, de plus en plus, les chaînes du câble conserveront leurs droits de diffusion en streaming pour leurs initiatives de type TV Everywhere. Toutefois, à ce jour, à part HBO du groupe Time Warner, rares sont ceux qui ont systématiquement refusé de proposer du contenu en streaming sur Netflix.

Showtime shifts its Netflix stance, d’Andrew Wallenstein, Variety, 22 mars 2011

Starz to delay new series on Netflix streaming, movies may follow, de Joe Flint et Ben Fritz, Los Angeles Times, 24 mars 2011

Starz tightens Netflix windows, d’Andrew Wallenstein, Variety, 25 mars 2011

Netflix, Miramax in talks on streaming, de marc Graser et Andrew Wallenstein, Variety, 28 mars 2011

Géraldine Durand


Il n'y a pas encore de réaction sur cet article, réagissez!

Votre Réaction





*

Copiez le code de sécurité dans le champ de droite


* Champ obligatoire